Pourquoi un ancien général blanc a-t-il voulu devenir soldat dans l'Armée rouge?

Russia Beyond (Photos : Archives; Arkadi Chaï kmet/russiainphoto.ru)
Jadis, Piotr Makhrov s'était battu désespérément contre les bolcheviks. Par la suite, il a exigé qu’on lui permette de donner sa vie pour l'Union soviétique.

Suivez Russia Beyond sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le 23 juin 1941, le deuxième jour après le début de l'invasion du territoire de l'URSS par la Wehrmacht, l’ambassadeur soviétique auprès du régime de Vichy, Alexandre Bogomolov, reçut un message inhabituel d'un émigrant russe en France : « Le devoir de soldat m'oblige à défendre ma patrie avec le peuple russe. Je vous prie de demander au gouvernement soviétique la permission de retourner en Russie et de m'enrôler dans les rangs de l'Armée rouge ».

Piotr Makhrov

Il n'y aurait rien eu de spécial dans cette demande si ce n’était deux circonstances. Premièrement, ce volontaire patriote avait déjà 64 ans à cette époque, et deuxièmement, ce n’était nul autre que le général Piotr Makhrov, l'un des principaux opposants aux bolcheviks pendant la guerre civile, qui occupait durant celle-ci le poste élevé de chef d'état-major général des Forces armées du sud de la Russie (FASR).

L’appel de l’apatride

« C'était un officier extrêmement compétent, efficace et un connaisseur de l'état-major général. Il avait l'esprit rapide et flexible, très vif  : c’est ainsi que Piotr Makhrov a été décrit par le commandant FASR, le général Piotr Wrangel, qui ajoutait : Il n'était pas opposé à jouer au démocratisme ».

>>> Comment un général blanc est devenu khan en Mongolie

Makhrov a continué à adhérer au « démocratisme » et aux opinions libérales après s’être installé en France à la suite de la défaite du mouvement blanc. Lors de conversations avec ses amis, il a déclaré qu'il était très intéressé par le socialisme et qu'il lisait beaucoup à ce sujet. Le général a même émis l'idée qu'à l'avenir le monde arriverait inévitablement au socialisme. Cependant, il n'est pas devenu communiste.

Des ouvriers d'une usine soviétique écoutent l'annonce radio du début de la guerre

Le début de la guerre de l'Allemagne nazie contre l'Union soviétique a divisé la communauté émigrée russe en Europe. Certains l’ont accueilli avec jubilation, souhaitant la défaite du vieil ennemi et rêvant de la « libération » de leur patrie des mains des Allemands. Certains d'entre eux ont activement collaboré avec le Troisième Reich à ces fins.

Pour l'autre partie des émigrants, à laquelle appartenait Piotr Makhrov, l'invasion allemande fut une véritable tragédie. « Tout d'abord, nous devons être Russes, a déclaré le général, Nous devons combattre uniquement le gouvernement russe actuel, mais pas combattre le peuple russe, comme c'était le cas à l'époque de la guerre civile... Il est criminel pousser les jeunes à agir de manière aventureuse aux côtés des ennemis de la Russie ».

Dans une lettre à l'une de ses connaissances, Makhrov a admis que le jour où les Allemands ont déclaré la guerre à la Russie l'a tellement affecté qu'il était prêt à rejoindre l'Armée rouge « même en tant que simple soldat »

Prisonnier des Pyrénées

Bogomolov a ignoré la demande du général âgé - le diplomate soviétique avait d’autres chats à fouetter à cette époque. De son côté, le contre-espionnage allemand a « apprécié » à sa juste valeur l'impulsion patriotique de Piotr Makhrov.

Dans des lettres de l'ancien commandant à ses amis tombées entre les mains des Allemands, il exhortait à ne pas coopérer avec les nazis, écrivait que l'Armée rouge « renverserait » la Wehrmacht et mentionnait également sa volonté de rejoindre les rangs des troupes soviétiques.

Le 19 août 1941, des gendarmes français se présentent à l'appartement du général à Cannes avec un mandat d'arrêt contre lui. Ils ne connaissaient pas les raisons de la détention, mais soulignent que « c’est l’œuvre de ces sales Boches ».

Piotr Makhrov a été envoyé à la prison de la ville, après quoi il a été transféré au camp de concentration de Vernet d'Ariège, dans les Pyrénées françaises, à la frontière avec l'Espagne. Pour une personne âgée, c’était une épreuve difficile.

Henri Albert Niessel

Makhrov a été sauvé d’une mort certaine par le général français à la retraite Henri Albert Niessel, qui vivait à Paris, et qu'il avait rencontré à Varsovie pendant la guerre civile. Grâce à ses efforts, le 6 décembre 1941, Makhrov, épuisé, est libéré.

>>> Pas de pitié: trois ennemis de l’URSS abattus à l’étranger

Le patriote malheureux a rencontré Alexandre Bogomolov en février 1945. S'excusant de n’avoir pas pu réagir à ce moment-là à la lettre de l'ancien chef militaire, le diplomate soviétique a toutefois noté qu'il l'avait transférée à Moscou, où elle n'était pas passée inaperçue.

La demande touchante du général blanc âgé de s'enrôler dans les rangs de l'Armée rouge a joué un rôle important dans le fait que le 14 juin 1946, le Présidium du Soviet suprême de l'URSS a publié un décret sur la restauration de la citoyenneté de l'URSS pour les anciens sujets de l'Empire russe et les personnes ayant perdu la nationalité soviétique résidant en France.

Piotr Makhrov

Piotr Makhrov a reçu un passeport soviétique, cependant, en essayant de le renouveler il a pour une raison inconnue essuyé un refus. À son grand regret, le général n’a pas pu retourner en URSS et est mort en 1964 à Cannes à l'âge de 87 ans.

Dans cette autre publication, découvrez comment la chanteuse favorite de Nicolas II est devenue officier du renseignement soviétique.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d'interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies