En images: la plus belle femme de l'émigration russe

Kira Lisitskaïa (Photos: La Russie Illustrée; Domaine public)
Après avoir fui l’URSS, Marina Chaliapine-Freddi a été ballerine, actrice, officier de marine et épouse du ministre italien de la Culture.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« À l’époque, se voir décerner la couronne de beauté devant tout le monde, c’était honteux ! Mais en fait, ça n’avait rien à voir avec les concours qu’on organise actuellement », a rappelé Marina Chaliapinа.

En 1931, la fille du chanteur d'opéra russe Fiodor Chaliapine a reçu le titre de « Miss Russie » parmi les jeunes femmes russes émigrées à Paris. Elle faisait forte impression sur les gens avec son charisme, mais tout le monde s'est souvenu avant tout d'elle comme d’une personne au destin extraordinaire. Un simple fait en témoigne  : elle est devenue officier de marine.

Marina Chaliapinа est la fille de Fiodor Chaliapine et de Maria Petzold, sa maîtresse, qui deviendrait plus tard son épouse officielle. Ils durent émigrer peu après la révolution, ce qui bouleversa la vie de la famille : les biens et les économies de Chaliapine furent confisqués, et seule l'intervention de l'écrivain Maxime Gorki permit pendant quelque temps au grand chanteur de joindre les deux bouts, de devenir directeur artistique du Théâtre Mariinski (anciennement Théâtre impérial) et même d’obtenir le titre de premier Artiste du Peuple de l'Union soviétique. Cependant, la famille continuait à souffrir de la faim et Marina s’est vu diagnostiquer une forme grave de tuberculose.

>>> Qui était réellement Fiodor Chaliapine, plus célèbre chanteur d’opéra de Russie?

Boris Koustodiev. Portrait de Marthe et Marina Chaliapina, 1920

En 1921, avec l'aide d'amis, la jeune femme fut emmenée en Finlande pour y être soignée et Chaliapine lui-même reçut l'autorisation de faire une tournée à l'étranger. À Paris, où il avait acheté une propriété, il installa bientôt Petzold, les enfants de cette dernière, ainsi que la quasi-totalité des enfants de son premier mariage. Marina, dont la santé s’était rétablie, y a également déménagé.

Fiodor Chaliapine avec sa fille Marina. Paris, 1931

À l’époque, de nombreux aristocrates russes ayant émigrés s'étaient déjà installés à Paris, parmi lesquels la danseuse étoile Mathilde Kschessinska, entourée d'une aura de scandale en raison de rumeurs sur la liaison qu’elle aurait eue avec le tsar Nicolas II. Marina, neuf ans, a été envoyée dans son école de ballet.

Saveli Sorine. Portrait de Marina Chaliapina

« Je voulais vraiment être ballerine et danser sur la scène du Théâtre Bolchoï. À Paris, j'ai étudié au studio de Kschessinska, qui était le meilleur studio de ballet d'Europe. [...] Mon père traitait Kschessinska avec beaucoup de respect. Lui, comme personne d'autre, savait que le chemin d'un grand artiste n'est pas toujours parsemé de pétales de rose », a déclaré Marina dans une interview au quotidien russe Kommersant.

La famille Chaliapine, 1934

En 1927, le grand artiste Chaliapine se voit interdire de retourner dans son pays natal. La raison invoquée était l'aide caritative qu’il aurait apportée aux enfants d'émigrants - après cela, il a été déchu du titre d'artiste du peuple, tout lui a une nouvelle fois été confisqué et ses comptes ont été bloqués. Le gouvernement soviétique ne voulait pas accepter le fait que Chaliapine vécût avec sa maîtresse Petzold alors qu'il avait une épouse officielle en Russie. Toute la famille s'est finalement rendu compte que sa place était désormais en Europe.

>>> Miss Russie en exil: les concours de beauté au début du XXe siècle

Marina Chaliapinа ne voulait pas devenir reine de beauté et s’est simplement prêtée au jeu, sous la pression d'autres émigrés russes éminents. « Je dansais une fois lors d'une soirée chez Mathilde Kschessinska. Dans la salle étaient assis Bounine [le lauréat du prix Nobel de littérature Ivan Bounine], Korovine [l’impressionniste Konstantin Korovine] et, je pense, Kouprine [l’écrivain Alexandre Kouprine]. Ils ont eu l'idée de choisir Miss Russie parmi les filles émigrantes. Ils m'ont observée et ont tout à coup décidé à l'unanimité : Voici notre Miss Russie ! ».

Sur leur insistance, Marina a accepté. Il n'y avait pas de défilés de mode en maillot de bain lors de telles compétitions à l'époque ; c'était avant tout un concours de bonnes manières, de talents et de noble naissance. Tout devait « se dérouler dans une atmosphère de moralité irréprochable, et les qualités morales des candidats devaient jouer un rôle de premier plan ».

Après la victoire, elle possédait une armée de fans - après tout, elle était officiellement reconnue comme la plus belle fille de l'émigration. Parmi eux se trouvait même le prince de Siam Chula Chakrabongse, qu'elle a considéré comme son fiancé secret pendant 10 ans.

Fiodor Chaliapine avec sa fille Marina en Amérique

Marina n'est pas devenue ballerine en raison d'une blessure à la jambe. Au lieu de cela, elle s'est intéressée à la course automobile. En 1938, de retour de Rome à Paris, où elle allait rendre visite à son père, elle apprend par le douanier de l'aéroport que Fiodor Chaliapine est mort d'une leucémie.

Après la mort de son père, elle se rend à New York pour étudier à l'Académie d'intérieur et de design, puis s'installe à Vienne, pour devenir metteuse en scène et créer des ballets. Mais pas pour longtemps. À Vienne, des amis l'ont invitée en Italie pour travailler sur un film consacré au ballet. Marina y est allée, et y a rencontré son futur mari Luigi Freddi, de 17 ans son aîné.

Luigi Freddi était le chef de la Direction générale de la cinématographie (l'organisation qui contrôlait le cinéma). Après un certain temps, il est devenu ministre de la Culture d'Italie. Il organisa le premier Festival du Film de Venise et, en 1937, fonda et dirigea le plus grand studio de cinéma d'Europe, Cinecittà. Marina, qui avait pris le double nom de Chaliapinа-Freddi, a joué dans trois films de son mari : Bons vieux tempsJuste pour toi, Lucia et L’Enfant de personne.

>>> Sophia Dolgoroukova, la princesse pilote

Cependant, ils ont dû faire une croix sur sa carrière cinématographique lorsque Luigi, après la chute du régime fasciste, a été accusé de collaboration avec Mussolini, arrêté et privé de ses biens. Bientôt libéré, il ne trouva plus de travail et Marina dut prendre en charge la famille. Elle parlait couramment cinq langues, était brillamment instruite et connaissait bien l'histoire de l'art. Elle a commencé à travailler sur le paquebot transatlantique de luxe Italian Line assurant l’itinéraire Gênes - New York, où elle était chargée de divertir les passagers de première classe. Pour les besoins de ce poste, elle a reçu le titre d'officier de la marine italienne.

Marina Chaliapina sur la tombe de son père à Moscou

Marina dit avoir vécu avec Luigi 40 années très heureuses. Luigi est mort en 1977, et Marina lui a survécu de 32 ans, décédant en 2009 à l'âge de 98 ans. Elle a été enterrée au cimetière romain de Laurentino dans la crypte familiale des Freddi. Elle a survécu à tous ses frères et sœurs et est restée jusqu'à un âge très avancé fidèle à l'alcool, aux cigarettes, à la conduite de voitures de luxe et à la vie de bohème.

Dans cette autre publication,découvrez pourquoi la muse de Maïakovski a été  considérée comme une sorcière et accusée de son suicide.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies