Qu’est-il arrivé aux personnes les plus riches de l’Empire russe après la Révolution de 1917?

Kira Lisitskaya (Photo: Domaine public)
Curieusement, certaines des plus grandes fortunes du pays ont sympathisé avec la cause révolutionnaire.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Nikolaï Vtorov – 60 millions de roubles (environ 641 millions d’euros en 2021)

Nikolaï Vtorov, propriétaire de la maison Spaso (photo numéro 3)

Vtorov reçut le surnom d’« Américain sibérien », pour ses compétences entrepreneuriales remarquables. Son père, un commerçant prospère, lui donna une bonne base pour la vie – après sa mort, il lui laissa en héritage plus de 13 millions de roubles.

Après s’être installé à Moscou en 1897, Vtorov investit massivement cet argent dans de nombreuses entreprises, banques et usines. Il investit également dans la création de nouvelles unités de production : dans des usines de teintures chimiques et dans d’autres de fabrication automobile.

La Première Guerre mondiale fut une bénédiction pour le commerce de Vtorov qui, en travaillant à pleine capacité, adapta rapidement sa production pour les besoins militaires.

Après la Révolution de 1917 Vtorov proclama sa pleine loyauté envers les bolcheviks, mais il ne vécut pas suffisamment longtemps pour pouvoir s’adapter au nouveau style du régime. Il mourut l’année suivante, en 1918, dans des circonstances mystérieuses.

Sa demeure moscovite, la maison Spaso, devint la résidence officielle de l’ambassadeur américain en Union soviétique et ensuite en Russie.

Lire aussi : Émail russe: dix chefs-d'œuvre de Fabergé, Rückert et d'autres joailliers 

La famille Nobel – 60 millions de roubles (approximativement 641 millions d’euros en 2021)

Emanuel Nobel. Photo numéro 2 : puits de pétrole à Bakou, dans l'Empire russe

Descendant d’une autre famille influente, Emanuel Nobel, tint un busines dans l’industrie pétrolière. Sa famille investit fortement dans la production de pétrole et de kérosène dans l’Empire russe. La société des frères Nobel (Branobel), fondée en 1879, évinça du marché « Standard Oil », principal fournisseur de kérosène en Russie. Branobel ouvrit plusieurs douzaines de raffineries de pétrole dans l’Empire russe, investit dans des oléoducs, installations de stockage et navires pétroliers.

Au début de la Première Guerre mondiale, les revenus de la société grandissaient en même temps que la demande de pétrole en Russie tsariste. Néanmoins, la famille fut bientôt touchée par la crise économique et politique dans le pays. Quand les bolcheviks nationalisèrent la production de pétrole en 1918, la famille renommée dut quitter la Russie. Emanuel Nobel mourut en Suède en 1932.

Savva Morozov – 44 millions roubles (environ 471 millions d’euros en 2021)

Savva Morozov et sa mère

La célèbre dynastie Morozov avait des origines des plus modestes. Elle fut établie par un serf qui, dans les années 1790, utilisa seulement cinq roubles pour créer une entreprise textile prospère. Avec le temps, la petite firme grandit considérablement et au début du XXe siècle, elle devint l’une des plus grandes sociétés textiles de l’Empire russe.

C’est à ce moment-là que Savva Morozov prit en main les affaires familiales. Il fut une personne extrêmement riche et un philanthrope. Pressentant peut-être la catastrophe s’approcher, Savva proposa à sa mère (qui était la propriétaire légale de la fortune familiale) d’introduire un nouveau système de gestion dans leurs entreprises, système qui partagerait le profit et certaines fonctions de gestion avec leurs employés. Sa mère, furieuse, retira Savva de la direction de la compagnie en 1905. Cette année même, Savva se suicida à Cannes, en France.

Les usines et la fortune familiales furent nationalisées en 1918. Cependant, la mère de Savva n’en sera pas témoin, car elle décéda en 1911.

Lire aussi : Henri Brocard, le roi français de la parfumerie russe 

La famille Günzburg – 25 millions de roubles (à peu près 267 millions d’euros en 2021)

Baron Horace Günzburg

Après son installation à Saint-Pétersbourg, cette famille juive allemande fonda une société bancaire dans la ville. La compagnie « I.E. Günzburg » se développa rapidement et devint l’une des plus grandes en Russie tsariste dans les années 1860.

Horace Günzburg, à l’époque à la tête de la famille, investit largement dans les activités d’assurances, les mines d’or, les chemins de fer, les navires et les sucreries. Il reçut le titre de baron et fit connaissance avec des hauts fonctionnaires de l’administration du tsar.

Au début des années 1890, la société bancaire traversa une crise et la famille se tourna davantage vers l’exploitation minière. Horace Günzburg prit contrôle de la riche société des mines d’or de la Léna.

En 1912, des travailleurs de ces sites d’extraction sibériens furent exécutés en conséquence de la répression brutale de mouvements contestataires. Cette affaire fut largement médiatisée et le conseil d’administration de la société démissionna. Les derniers membres de la famille Günzburg quittèrent la Russie en 1917 et fuirent la Révolution.

La famille Goukassov – 15 millions roubles (environ 160 millions d’euros en 2021)

Abram Goukassov

Un des trois frères de l’influente famille Goukassov, Abram, fit fortune dans le secteur pétrolier. Il fonda avec ses deux frères l’association Partenariat de la Caspienne, industrie pétrolière et société de commerce, qui possédait 60 puits de forage et représentait près de 8% de la production totale de pétrole de la péninsule d’Abşeron.

En 1917, les trois frères quittèrent la Russie mouvementée et émigrèrent en France. Abram Goukassov, qui eut des relations importantes à l’étranger, réussit à prospérer également dans cet exil. En 1924, il fonda une société de construction navale à Paris, nommée « Pétroles d’Outre-Mer ». Abram Goukassov décéda en Suisse en 1969.

Dans cet autre article, nous vous narrions comment un descendant d'esclaves américains a fait fortune dans la Russie impériale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies