Pourquoi y a-t-il un monument aux pilotes soviétiques à Wuhan?

Sputnik; Vmenkov (CC BY-SA 3.0)
Les pilotes soviétiques ont déployé une endurance et un héroïsme hors du commun en aidant les Chinois dans leur guerre contre le Japon. Ils ont même fait «tomber à l’eau» l'anniversaire de l'empereur japonais.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

En parcourant le parc central Libération de la désormais célèbre ville de Wuhan, vous pouvez tomber sur un obélisque de huit mètres de haut sur lequel, entre autres, les mots suivants sont gravés : « Le souvenir des pilotes soviétiques vivra à jamais dans le cœur de le peuple chinois ». Il y a aussi une fosse commune contenant les restes d’une trentaine de militaires soviétiques.

Il est bien connu qu'à la toute fin de la Seconde Guerre mondiale, en août 1945, l'Armée rouge a libéré des Japonais la partie nord-est de la Chine, la Mandchourie. Mais que faisaient les pilotes soviétiques à Wuhan, beaucoup plus au sud, et comment ont-ils mérité la gratitude des Chinois ?

Ennemi commun

Détachements ouvriers et paysans de Chine pendant la lutte contre les envahisseurs japonais

Les troupes soviétiques se sont retrouvées en Chine bien avant 1945, à savoir en 1937, peu de temps après le début de l'invasion de ce pays par le Japon. Moscou percevait la politique agressive de Tokyo comme une menace à sa propre sécurité et a accepté la demande d'aide des dirigeants chinois. Comme le disait Staline à l'époque : « Nous serons en mesure de fournir une assistance régulière à la Chine à condition qu'il n'y ait pas de guerre en Europe ».

Mao Zedong

Tout d'abord, l'URSS a promu une réconciliation temporaire entre les communistes de Mao Zedong, ses alliés idéologiques, et le parti au pouvoir Kuomintang, ce qui a conduit à la formation d'un front uni contre l'agresseur.

>>> Ces conflits armés qui ont opposé la Russie et la Chine

Tchang Kaï-chek

Moscou n'était pas prêt à entrer dans un conflit ouvert avec le Japon, mais a accordé au gouvernement de Tchang Kaï-chek plusieurs prêts pour acheter des armes soviétiques à des prix préférentiels, 20% inférieurs aux tarifs du marché mondial. Au total, d'octobre 1937 à 1941, l'Union soviétique a fourni à la Chine 1 235 chasseurs et bombardiers, 82 chars, 16 000 pièces d'artillerie, plus de 14 000 mitrailleuses, 50 000 fusils, près de 2 000 véhicules, ainsi que des munitions, des masques à gaz, des médicaments et bien plus encore.

En plus des armes, des spécialistes militaires soviétiques, officiellement présentés comme des volontaires pour éviter un conflit avec le Japon, ont commencé à arriver secrètement dans le pays. En des délais record, ils ont pu augmenter l'efficacité au combat de 40 divisions d'infanterie (sur 246) de l’armée chinoise, mal entraînée, ont contribué à la formation de divisions mécanisées et entraîné les équipages de chars et d’avions de façon intensive. Si auparavant les troupes chinoises subissaient des pertes dans un rapport de cinq contre un dans les batailles contre les Japonais, grâce aux spécialistes soviétiques, ce chiffre a considérablement diminué.

Aviateurs soviétiques à l'aérodrome de Hankou

Le rôle le plus important parmi ces spécialistes a été joué par les pilotes soviétiques, qui ont non seulement formé leurs collègues chinois, mais également participé activement aux batailles aériennes. Avec leur arrivée, l'armée de l'air impériale japonaise a cessé de dominer le ciel de la Chine.

Raid sur Taïwan

Les Japonais ont découvert l'émergence d'un nouvel ennemi sérieux le 21 novembre 1937, lors d'une bataille aérienne au-dessus de la capitale chinoise, Nankin. Sept chasseurs soviétiques I-16 ont combattu 20 avions japonais, abattant deux chasseurs et un bombardier sans perdre aucun appareil.

Un I-16 chinois

Plusieurs fois plus nombreux que les Japonais, les pilotes soviétiques volaient 4 à 5 fois par jour pour défendre les villes chinoises. Mais ils ne se sont pas limités à la seule défense.

>>> Comment les Américains ont volé à l'URSS sa victoire sur le Japon

Le 23 février 1938, à l'occasion du vingtième anniversaire de l'Armée rouge, 28 bombardiers SB, ayant parcouru près de mille kilomètres sans l’appui des chasseurs, ont frappé l'une des principales bases de l'armée de l'air japonaise sur l'île de Taïwan (alors connue sous le nom de Formose). Pour économiser du carburant et augmenter l'autonomie de vol, les bombardiers ont volé à une altitude d'environ 5000 mètres.

Sans masques à oxygène, les pilotes étaient à bout de forces pendant tout le vol en raison du manque d’air. « Le cœur bat plus vite, la tête tourne, on a tendance à s’endormir… et ici vous ne pouvez compter que sur votre propre endurance physique », s’est rappelé Fiodor Polynine, qui commandait le raid, dans ses mémoires.

L'attaque de la base aérienne de Matsuyama à Taïwan a été une surprise totale pour les Japonais. 40 avions ennemis ont été détruits, sans compter plusieurs appareils démontés se trouvant dans des conteneurs, des hangars et trois ans d’approvisionnement en carburant. En conséquence, le gouverneur de Taïwan a été démis de ses fonctions et le commandant de la base aérienne s'est suicidé.

Glaive de la justice

Opération Canton. Troupes japonaises détruisant des fortifications chinoises

Au printemps 1938, l'aviation japonaise soumit Wuhan à de violents bombardements. En tant que l'une des villes les plus importantes du pays, elle était devenue un refuge temporaire pour le gouvernement chinois et le commandement militaire après la chute de Nankin en décembre 1937.

Le 29 avril, les pilotes japonais ont décidé de féliciter l'empereur Hirohito à l’occasion de son anniversaire en infligeant un coup écrasant à la ville. 18 bombardiers ont traversé le ciel, couverts par 27 chasseurs. À l'approche de Wuhan, ils ont été accueillis par 64 chasseurs soviétiques I-15 et I-16.

>>> Comment des «samouraïs russes» se sont battus pour le Japon lors de la Seconde Guerre mondiale

Avions soviétiques en Chine

« Des nuages ​​blancs flottaient haut dans le ciel bleu, et les explosions d'obus antiaériens ressemblaient à des fleurs, a rappelé un témoin oculaire de la bataille aérienne, Guo Moruo : Le crépitement des canons antiaériens, le rugissement des avions, les explosions des bombes, le tac-à-tac incessant des mitrailleuses - tout se fondait en un rugissement sans fin. Les ailes des avions brillaient de façon éblouissante au soleil, volant parfois vers le haut, parfois tombant rapidement, puis se précipitant de gauche et de droite »

En seulement une demi-heure de bataille, 11 chasseurs ennemis et 10 bombardiers ont été abattus. Les pertes du côté soviétique sont estimées à 12 avions. Les Japonais stupéfaits ne sont plus apparus au-dessus de Wuhan pendant environ un mois. Leur nouvelle tentative, faite le 31 mai, s'est à nouveau soldée par un échec. Ils ont perdu 14 avions, tandis que des escadrons célèbres de l'armée de l'air japonaise tels que les « Samurai des airs » et les « Quatre rois célestes » ont été vaincus. Pour leur contribution à la défense de la ville, les Chinois ont respectueusement surnommé les pilotes soviétiques « Glaive de la justice ».

Avions soviétiques en Chine

En 1940, lorsque les relations entre le Kuomintang et les communistes de Mao se sont finalement détériorées, l'URSS a progressivement mis fin à son aide militaire au gouvernement de Tchang Kaï-chek. Les soldats soviétiques ont cessé de participer aux hostilités contre les Japonais.

>>> Comment la Chine et l'URSS ont failli se livrer une guerre nucléaire

Au total, sur les 700 pilotes et techniciens aéronautiques envoyés par Moscou en Chine entre 1937 et 1940, 214 sont morts. Les restes de beaucoup d'entre eux reposent dans des dizaines de fosses communes à travers le pays, soigneusement gardées aujourd'hui par l'État chinois.

Dans cette publication découvrez comment l'Union soviétique a aidé les communistes à prendre le pouvoir en Chine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies