Comment le célèbre explorateur norvégien Fridtjof Nansen a sauvé des Russes de la faim

Kira Lisitskaïa (Photos: Topical Press Agency, ullstein bild/Getty Images)
Les photographies terrifiantes de personnes affamées que Nansen a montrées en Occident ont choqué l’opinion publique et lui ont permis d'organiser l'aide.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L'un des Norvégiens les plus célèbres de l'histoire, Fridtjof Nansen, a apporté une énorme contribution à l'étude de l'Arctique, devenant un héros pour toute une génération d'explorateurs polaires. On lui doit également de grands progrès dans les domaines de la zoologie et de l’océanographie, et il a même été le premier à traverser le Groenland à skis.

Fridtjof Nansen à Kharkov (aujourd'hui en Ukraine)

Cependant, Nansen n’est pas devenu célèbre uniquement pour ses expéditions et ses réalisations scientifiques. Il est très connu en raison de son travail humanitaire, pour lequel il a reçu le prix Nobel en 1922. Il a fourni une assistance aux prisonniers de guerre de la Première Guerre mondiale, aux réfugiés de l'Europe d'après-guerre et aux Arméniens qui ont souffert du génocide turc. Une page de sa biographie concerne le sauvetage des habitants de la Russie soviétique en proie à la famine au début des années 1920.

Une catastrophe aux causes multiples

Les principales raisons de la terrible famine de 1921-1922 étaient la guerre civile, qui a perturbé tous les liens économiques dans le pays, et une grave sécheresse, qui a détruit un cinquième de toutes les récoltes. Le gouvernement soviétique a jeté de l’huile sur le feu en intensifiant, dans des conditions déjà difficiles, la réquisition de céréales à la population.

L'une des photographies prises par Fridtjof Nansen en Russie soviétique lors de son voyage dans les régions affamées en 1921

>>> Quand de terribles famines s’abattaient sur l’URSS (images chocs)

En conséquence, la famine a balayé de vastes territoires du pays, où vivaient plus de 90 millions de personnes : des steppes du Kazakhstan et des montagnes de l'Oural à la région de la Volga, au Sud de l'Ukraine et à la Crimée. « Les huttes étaient abandonnées, sans toit, avec des orbites vides en guise de fenêtres et de portes. Les toits de chaume des huttes avaient été enlevés et mangés il y a longtemps. Dans le village, bien sûr, il n'y avait pas d'animaux - pas de vaches, pas de chevaux, pas de moutons, de chèvres, de chiens, de chats, pas même de corbeaux. Tous avaient déjà été mangés. Un silence de mort régnait dans les rues couvertes de neige », a rappelé un témoin oculaire de ces événements, le sociologue Pitirim Sorokine.

La situation a commencé à échapper au contrôle des autorités soviétiques. Un exode de la population des zones touchées a commencé, la mortalité a augmenté en flèche et le cannibalisme s'est répandu. Après avoir longtemps dissimulé la situation réelle dans le pays, les bolcheviks ont été contraints, à l'été 1921, de lancer publiquement un appel à l'aide en direction de la communauté mondiale. Et cette aide est arrivée.

« Mission Nansen »

Pour que les pays de l'Occident et de la Russie soviétique, qui éprouvaient une hostilité et une méfiance mutuelles, se mettent d'accord sur l'organisation et les conditions de la fourniture de l’aide, il leur fallait une personne jouissant d'une grande autorité et respectée des deux côtés. C'était Fridtjof Nansen, qui à ce moment-là avait cessé ses expéditions dans l'Arctique en raison de son âge et s’était concentré sur les activités humanitaires au sein de la Société des Nations. Il a dirigé le Comité international d’aide à la Russie, également connu sous le nom de « mission Nansen ».

Un couple avec leurs enfants pendant une famine en URSS, 1922

>>> Le coût humain des plans quinquennaux soviétiques

À l'automne de la même année, Nansen s'est rendu en Russie pour évaluer par lui-même l'ampleur de la famine. « La visite la plus terrible a été le cimetière, qui contenait une montagne de 70 ou 80 cadavres nus, dont la plupart étaient ceux d’enfants décédés au cours des deux derniers jours et qui avaient été amenés ici depuis des abris ou simplement ramassés dans la rue, s’est souvenu le Norvégien. Pour les fossoyeurs, il était impossible d’enterrer un tel nombre de morts, car le sol était gelé et il était très difficile de creuser, alors des montagnes composées des cadavres des malheureux se formaient. De nombreux cadavres gisaient dans les rues et dans les maisons, car il n'y avait aucun moyen de les emmener au cimetière ».

De retour de Russie, il a réalisé un certain nombre de voyages dans les pays d'Europe et des États-Unis, où il a montré de terribles photographies et lancé un appel à l'aide non seulement destiné aux chefs d’États, mais aussi aux citoyens. En conséquence, la mission Nansen a attiré plus de trente organisations caritatives activement impliquées dans la lutte contre la faim. Il s'agit notamment de l'Union internationale de protection de l'enfance (UIPE), de la Société religieuse des amis (« Quakers »), de la Croix-Rouge internationale et d’un certain nombre de ses bureaux régionaux.

Organisation de l'assistance

Des centaines de membres de la mission Nansen sont arrivés en Russie. Des cantines gratuites ont été ouvertes dans les orphelinats, dans les gares, dans les usines des régions les plus touchées (région de la Volga et Ukraine). 210 cuisines de campagne offertes par l’UIPE ont été envoyées dans les villages. Chacune d’elle pouvait nourrir plusieurs centaines de personnes à la fois.

Famine en URSS, 1921-1923. Des enfants affamés essaient un dîner de charité de la Mission Nansen

>>> Les cinq périodes les plus terribles de l'histoire russe

Une personne affamée recevait un demi-litre de soupe et un peu plus de 100 grammes de pain blanc par jour. En outre, le personnel de la mission a distribué des colis envoyés par des citoyens de pays occidentaux contenant de la farine, de la viande en conserve, des raisins secs, du riz, des sardines, du cacao et d’autres produits.

Le comité a régulièrement augmenté ses approvisionnements. Ainsi, de mars à mai 1922, le volume de nourriture pour la ville de Saratov (Volga) a été multiplié par près de 2,5. Au total, à l'été, l'organisation de Nansen nourrissait 1,5 million d'enfants et d'adultes en Russie.

Appréciée du peuple

La « mission Nansen » n'était pas une organisation caritative de premier plan parmi celles qui combattaient la faim en Russie au début des années 1920. L'Administration d'aide américaine (American Relief Administration, ARA), un organisme non-étatique, disposait de ressources nettement supérieures. Elle représentait jusqu'à 90% de toutes les livraisons alimentaires.

Néanmoins, parmi tous les étrangers qui ont aidé les citoyens affamés, Fridtjof Nansen a été le mieux perçu par les Russes. Il connaissait bien la Russie et ses habitants, n'exprimait pas une hostilité ouverte au bolchévisme et préconisait la normalisation des relations entre le gouvernement soviétique et les dirigeants des pays occidentaux.

>>> Collectivisation: comment l'URSS a brisé la paysannerie russe

Fridtjof Nansen s'est rendu à plusieurs reprises en Russie, évaluant soigneusement l'efficacité de sa « mission » dans le pays. Lorsqu'on lui a demandé un jour s'il avait peur de parcourir la région affamée et touchée par le typhus de la Volga, il a répondu : « Il y a eu pire dans ma vie. Et ici, un peuple au bon cœur souffre profondément ».

Avec cette autre publication, découvrez des photos révélant les souffrances et les espoirs de l’URSS des années 1920.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies