Les toilettes dans la Russie tsariste

Getty Images; Russia Beyond
Les historiens se penchent rarement sur cette partie de l'histoire de la Russie tenue à l'écart des regards indiscrets. Nous avons cependant creusé le sujet…

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Au XIXe siècle, le thème des toilettes et de leur organisation était considéré par les historiens russes comme « inconvenant » et « bas ». « Où le tsar russe allait au petit coin ? » est pourtant l'une des questions les plus posées par les personnes visitant les palais et résidences historiques en Russie.

De toute évidence, la façon dont les villageois russes géraient leurs toilettes ressemblait à celle de n’importe quel village du monde - un trou quelque part au fond de la cour. Mais la noblesse et la famille impériale russe, qui vivaient dans des palais de pierre, avaient des toilettes à un tout autre niveau.

Toilettes rouges

« Les toilettes étaient situées dans le mur nord de la salle et étaient éclairées par une petite fenêtre », a écrit l'historien et restaurateur Boris Postnikov à propos des toilettes de la maison en pierre de Mikhaïl Sarpounov, un riche orfèvre de Pskov du XVIIe siècle. « Les eaux usées passaient par un canal vertical à l'intérieur du mur, éventuellement équipé de tuyaux d'argile, jusqu'à un seau spécial installé un étage en dessous dans une niche intra-murale. Sur un côté de cette niche, il y avait une fenêtre en forme de fente dans la rue pour la ventilation, et à l'intérieur du bâtiment – une petite porte pour remplacer le seau ».

Toilettes médiévales typiques

Dans cet exemple, vous voyez que la zone d'élimination des déchets était située à un étage inférieur et équipée d'une ventilation pour se débarrasser de l'odeur. Ces toilettes étaient connues dans les châteaux européens depuis au moins le XVe siècle. Mais où se retrouvaient finalement les déchets? Dans les rivières locales, dans tous les cas. Un historien des technologies, Nikolaï Falkovski, a révélé que le Kremlin de Moscou, dès le XVIIe siècle, avait un système d'égouts qui allait aux rivières Moskova et Neglinnaïa. Les tsars utilisaient des toilettes personnelles ou des pots de chambre, tandis que les fonctionnaires qui travaillaient dans les institutions d’État à l’intérieur du Kremlin avaient leurs toilettes collectives à l’intérieur des bâtiments des institutions, qui étaient nettoyées… annuellement.

>>> Quelles langues parlaient les Romanov?

Où les WC étaient-ils installés ? Une description des appartements d'Ivan le Terrible à Kolomna indique que les toilettes étaient éloignées des chambres du tsar et de la tsarine et reliées à celles-ci par des passages en bois. Une description du palais d'Alexis Mikhaïlovitch à Izmaïlovo (1687) montre que des toilettes étaient disponibles à chaque étage du palais, situées près des salons et séparées de ceux-ci par des pièces de passage.

Toilettes en bois

L’intérieur des toilettes du tsar et de la tsarine était recouvert de tissu rouge. Leurs pots de chambre portables en cuivre, qui pouvaient être emportés en voyage, étaient également recouverts de velours rouge et transportés dans des étuis en cuir spéciaux. Des pots de chambre étaient également utilisés à l'intérieur des salons : Pierre Ier, selon les archives, avait son propre pot, recouvert de tissu et de satin rouges, jusqu'à l'âge de 11 ans en 1683. Il n'était pas inconvenant pour un noble de rang impérial d'utiliser un pot de chambre, même adulte.

« Où le tsar russe va au petit coin ? »

Toilettes cachées dans un placard. Peterhof, Russie

Les premières toilettes russes à écoulement ont été installées dans les années 1710 dans le palais de Monplaisir, lieu préféré de Pierre le Grand à Peterhof, et dans le Palais d'été du jardin d'été de Saint-Pétersbourg. Le premier Russe à avoir des toilettes à circulation était le prince Alexandre Menchikov, proche associé de Pierre

Qu'y avait-il à l'intérieur des toilettes d'un homme riche russe au XVIIIe siècle? Une rare description étrangère de toilettes russes a été faite par Daikokuya Kōdayū (1751-1828), un capitaine japonais dont le navire a été dévié de sa route près des îles Aléoutiennes en 1783. Kōdayū a ensuite passé près de 10 ans en Russie. À son retour au Japon, il a été minutieusement interrogé par ses compatriotes sur la vie en Russie, la décrivant en détail.

>>> Trésors impériaux: ces joyaux de la couronne de Russie ayant été perdus, vendus ou mis sous clef

Kōdayū a écrit que les toilettes dans les villes russes étaient organisées à l'intérieur des maisons, même les maisons à quatre ou cinq étages avaient des toilettes à chaque étage. À l'intérieur, un siège « en forme de boîte, 40-50 cm de haut », avec une ouverture ovale, et « des bords taillés et lissés ». Pour les enfants, il y avait des toilettes spéciales avec des sièges plus bas. « Les latrines peuvent être spacieuses, avec quatre et cinq trous, de sorte que trois ou quatre personnes puissent les utiliser en même temps. Les nobles ont même des poêles dans leurs latrines pour les garder au chaud », a écrit Kōdayū. Sous les trous se trouvent de grands entonnoirs en cuivre, et tout s'écoule d'eux dans un grand tuyau vertical menant à un cloaque, qui est creusé profondément sous la maison et tapissé de pierre. Le cloaque était vidé régulièrement par des « équipes d’assainissement » composées de personnes de la classe inférieure.

Comment les questions d'hygiène personnelle étaient-elles organisées au Palais d'Hiver et dans les autres résidences royales russes ? En gros de la même manière qu'à Moscou, mais avec une touche européenne. Au lieu des pots de chambre volumineux, les femmes utilisaient pour uriner un bourdalou (urinoir) - une sorte de vase qui pouvait être caché sous la jupe pendant la journée sans avoir besoin d'aller aux toilettes. À l’intérieur des chambres, des pots de chambre étaient encore présents, mais au XVIIIe siècle, les toilettes sont devenues la norme dans les maisons nobles et les palais royaux.

Un bourdalou

En 1777 en Angleterre, des toilettes à chasse d'eau d'aspect contemporain ont été introduites pour la première fois. Les toilettes utilisées par les tsars russes de la fin du XVIIIe au début du XIXe siècle différaient peu de celles que nous utilisons actuellement. La principale différence résidait dans le système d'égouts - jusqu'au XXe siècle, le palais d'Hiver n'avait pas d'égouts centralisés, seulement des tuyaux solitaires en bois ou en terre cuite ici et là. Les déchets étaient finalement évacués du palais dans des seaux (un peu comme dans la maison de Sarpounov du XVIIe siècle à Pskov) et déversés dans le fleuve Neva.

Un bidet ayant appartenu à Élisabeth de Wittelsbach

>>> Quand les premières lunettes sont-elles apparues en Russie?

En 1826, des toilettes à chasse d'eau avec système de drainage ont été installées dans le palais d'Hiver. L’empereur Nicolas Ier, qui accordait une grande attention à l’hygiène personnelle, a ordonné l’installation de toilettes dans ses chambres et dans celles de l’impératrice, ainsi qu’à proximité des principales salles de réception. Lors des grandes réceptions au palais, la question des toilettes était aiguë - parfois, des centaines, voire des milliers de personnes étaient présentes dans le palais lors des cérémonies. Les premiers égouts centralisés du palais d'Hiver étaient équipés de pompes et d'un réservoir de déchets souterrain. Les déchets étaient ensuite à nouveau déversés dans la Neva.

Toilettes portables, XIXe siècle

Après 1838, écrit l'historien Igor Zimine, des cuvettes de toilettes émaillées ont été installées dans le palais d'Hiver. Toutes étaient placées dans des armoires en bois encastrées dans les murs des pièces, leurs portes déguisées sous forme de penderies - une « tradition » qui a été préservée jusqu’au début du XXe siècle. Nikolaï Sabline, capitaine du yacht de l'empereur Nicolas II, se souvenait qu'en 1914, lorsque le président français Raymond Poincaré était en visite en Russie, il était confus en essayant de trouver des toilettes dans le palais de Peterhof : « Dans ce vieux palais, les toilettes étaient un appareil très démodé, construit dans le mur et lambrissé de bois. Comme une armoire. Lorsque le président avait besoin d'aller au petit coin, il ne pouvait pas les trouver. Et quand cela lui a été signalé, il était extrêmement confus par une chose aussi antédiluvienne et ne savait pas comment entrer dans un tel cabinet… ».

À quels hobbies s’adonnaient les tsars ? Trouvez la réponse dans cette publication

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies