Nikita Khrouchtchev comme vous ne l’aviez jamais vu

Le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev et l’ambassadeur américain en URSS lors d’une réception, 1955

Le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev et l’ambassadeur américain en URSS lors d’une réception, 1955

Getty Images
Difficile à croire, mais Nikita Khrouchtchev frisait parfois le ridicule. Il ne cachait le fait qu'il avait des origines modestes et était souvent sans tact et direct dans ses manières, devenant la cible de nombreuses blagues au sein du peuple soviétique. Sa sincérité exacerbée se manifestait même lors des visites et réceptions officielles.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L'URSS avait des relations chaleureuses avec Cuba et le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev avait des relations encore plus chaleureuses avec Fidel Castro.
Il était si heureux de voir Fidel à Moscou qu'il l'a même invité au sommet du mausolée de Lénine - un honneur rare.
Khrouchtchev et Castro lors d'un meeting d'amitié soviéto-cubaine à Moscou, le 23 mai 1963
En 1959, Khrouchtchev a fait une tournée aux États-Unis, devenant le premier leader soviétique à s'y rendre. Lors de cette visite il s’est lié d’amitié avec le fermier américain Roswell Garst et a été étonné par les énormes quantités de maïs...
En 1960, il lancera une campagne du maïs en URSS, toutefois son plan sera voué à l'échec.
Nikita Khrouchtchev lors d'un déplacement dans l'Iowa.

Nikita Khrouchtchev goûte son premier hot-dog à la moutarde américain. Quand on lui a demandé s'il avait aimé, le dirigeant soviétique a répondu «Ok, excellent», avant d’ajouter que ce n’était pas assez.

En 1960, il a prononcé un discours légendaire à l’Onu et aurait brandi sa chaussure - ce qui est un mythe, il a seulement promis de montrer à tout le monde la « Kouz’kina mat’ » (« Mère de Kouzma », l’expression idiomatique russe pour exprimer une menace).
Sur le balcon du QG de la délégation russe à l’Onu, septembre 1960.
Et il a eu la chance de rencontrer Jacqueline Kennedy. N'était-il pas un peu intimidé ? Ou hésitait-il entre lui baiser la main ou la lui serrer en vrai communiste.
En 1955, Khrouchtchev a réalisé une grande tournée en Inde.  
Une autre photo légendaire réalisée en Inde le montre en train de s’alimenter mutuellement avec le premier ministre du Cachemire selon les traditions locales de l’hospitalité.
Une photo avec le dirigeant chinois Mao Zedong lors de la visite de Khrouchtchev en Chine en 1958.  
En 1960, Khrouchtchev a effectué une visite en Hongrie, un pays qui faisait partie du bloc de l'Est. C'était un invité de marque.
Khrouchtchev joue aux palets avec le leader hongrois János Kádár
Un autre grand ami communiste méritant des câlins était Walter Ulbricht, le dirigeant de l'Allemagne de l'Est (enfin, son successeur, Erich Honecker, a également obtenu un baiser légendaire de Leonid Brejnev qui a été immortalisé sur le mur de Berlin).

Dans cette autre publication, découvrez les photos de Staline soigneusement cachées au peuple soviétique 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies