Entre amour et haine: la relation entre Churchill et l'URSS pendant la Seconde Guerre mondiale

Daily Herald Archive/NMeM /Global Look Press
Le moins qu'on puisse dire, c'est que Sir Winston Churchill n'était pas un grand fan de l'URSS. Toutefois, il savait que seule l'union permettrait aux Alliés de vaincre Hitler. Au nom des bonnes relations, il but même un coup avec Staline.

Quiconque connaît l'histoire du XXe siècle sait qui est Sir Winston Churchill, premier ministre du Royaume-Uni de 1940-1945 et de 1951 à 1955, non seulement pour son héritage politique, mais aussi pour ses discours éloquents. Des citations marquantes telles que « Nous nous battrons sur les plages » ou « Ce fut leur heure la plus belle » ont inspiré la Grande-Bretagne pendant les périodes les plus difficiles de la Seconde Guerre mondiale, encourageant la population à résister à la guerre éclair d'Hitler.

Pourtant, bien avant l’arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne, Churchill avait un autre ennemi juré. Politicien conservateur, il détestait le bolchevisme depuis 1917, qualifiant Vladimir Lénine de « culture de la typhoïde » introduite en contrebande en Russie. Les communistes n'éprouvaient pas non plus de sentiments très chaleureux à l'égard Churchill.

Lire aussi : Comment les «fake news» ont nui aux relations soviéto-britanniques dans les années 1920

Par exemple, Léon Trotski l'a qualifié de « champion de la violence capitaliste » désireux d'étouffer les masses prolétariennes luttant pour leur liberté. Tout au long de sa carrière politique, Churchill a continué de critiquer l'URSS - et ce n'est que face à une menace commune que les ennemis ont uni leurs efforts.

«Si Hitler envahissait l'enfer…»

Au début de la Seconde Guerre mondiale, entre 1939 et 1941, Churchill, nommé Premier ministre en 1940, resta prudent dans ses commentaires sur l’URSS. Personne ne savait de quel côté pencherait Moscou. En octobre 1939, peu après l'invasion de la Pologne par l'URSS, Churchill a peut-être prononcé son commentaire le plus connu sur la Russie : « Je ne peux pas vous prédire l'action de la Russie. C'est un rébus enveloppé de mystère au sein d'une énigme ».

En deux ans, la situation s'est éclaircie. Le 22 juin 1941, l'Allemagne nazie envahit l'URSS et désormais, Londres et Moscou se trouvaient du même côté de la barrière. Fidèle à son caractère catégorique, Churchill manifesta immédiatement son soutien aux Soviétiques. Les raisons étaient claires. « Si Hitler envahissait l'enfer, je ferais au moins une référence favorable au diable à la Chambre des communes », a déclaré le Premier ministre à son secrétaire.

Lire aussi : «Pour éviter une nouvelle guerre»: comment Staline a émis l’idée de rejoindre l’OTAN

Nouvelles obligations

Churchill a choisi des mots plus respectueux en public. Dans son discours à la nation du 22 juin, il a déclaré : « Personne n’a été un opposant plus constant au communisme depuis vingt-cinq ans… Mais tout cela s’évanouit devant le spectacle qui se déroule actuellement. (…) Le danger que court la Russie est notre danger et le danger des États-Unis, tout comme la cause des combats russes pour leur foyer et leur maison est la cause des hommes libres et des peuples libres partout dans le monde ».

À l’époque, de nombreux politiciens et militaires britanniques étaient sceptiques à l’égard des perspectives de l’URSS, prédisant que la Russie tiendrait au maximum six mois. Churchill, cependant, fut d'un autre avis : « Je parie que les Russes se battent encore et se battront victorieusement d'ici deux ans ». Le temps lui a donné raison.

En moins d'un mois, la Grande-Bretagne et l'URSS ont signé l'accord anglo-soviétique, s'engageant à s'entraider dans la lutte contre Hitler. Néanmoins, des tensions ont perduré entre les parties, notamment en ce qui concerne l'ouverture du deuxième front en Europe.

Lire aussi : Surpris par la Russie: comment Lénine et Staline ont étonné H.G. Wells

Alliance difficile

Contrairement à Franklin D. Roosevelt, Staline n’a jamais été un partenaire de négociation commode pour Churchill. Lorsque le premier ministre s’est rendu à Moscou en août 1942 pour informer Staline des projets britanniques d’attaquer l’Allemagne en Afrique plutôt qu’en Europe, le dirigeant soviétique a d’abord dénoncé la lâcheté des Alliés et leur incapacité à tenir leurs promesses.

Les dirigeants ont trouvé un terrain d'entente seulement lors du troisième jour des pourparlers, quand ils se sont assis seuls dans une petite pièce et ont bu lourdement. Comme l'a rappelé Sir Alexander Cadogan, diplomate britannique de haut rang, « J'ai trouvé Winston et Staline… assis avec un carton lourdement chargé entre eux: de la nourriture de toute sorte et d'innombrables bouteilles ».

Le lendemain, Churchill, qui avait bu du vin caucasien, contrairement au pauvre Cadogan que Staline avait forcé à boire quelque chose de « plutôt sauvage », a probablement quitté Moscou avec une bonne migraine, mais aussi avec satisfaction - Staline avait accepté d'attendre l'ouverture du second front.

Lire aussi : Top 6 des dirigeants russes et soviétiques ciblés par d’audacieuses tentatives d’assassinat

La lune de miel prend fin

« Il a dit des choses élogieuses à propos de Staline pendant la guerre, notamment en 1942 », admet Richard M. Langworth, historien spécialiste de Churchill. En effet, après sa visite à Moscou, le Premier ministre a qualifié Staline de « grand chef de guerre robuste » que l’URSS avait de la chance d’avoir en temps de guerre.

Cela n'a cependant jamais signifié que Churchill aimait Staline ou avait changé de vision du communisme. « N'oubliez jamais que les bolcheviks sont des crocodiles… Je ne peux pas ressentir la moindre confiance à leur égard », écrit-il à Anthony Eden en 1942.

Peu après la fin de la guerre, en mars 1946, Churchill (qui n'était plus premier ministre) prononça son célèbre discours sur « Le nerf de la paix » à Fulton, dans le Missouri, où il exprimait la « sympathie et la bonne volonté » de la Grande-Bretagne à l'égard de la Russie, mais dans le même temps mettait en garde contre la diffusion de l'influence du communisme en Europe : « De Stettin dans la Baltique à Trieste dans l'Adriatique, un rideau de fer est descendu à travers le continent ». Le discours d'un homme politique aussi remarquable a marqué un avant et un après - peu de temps par la suite, les anciens alliés se sont transformés en rivaux. La guerre froide était sur le point de commencer.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies