Comment Vladimir Boukovski a révélé au monde la psychiatrie punitive soviétique

AP
Le célèbre ex-dissident soviétique Vladimir Boukovski (1942 - 2019), qui a passé 12 ans dans des prisons et des camps et dont la réputation a été entachée par un scandale de pornographie infantile, est décédé le 27 octobre à Cambridge, au Royaume-Uni.

Russia Beyond désormais sur Telegram! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Un échange inhabituel a eu lieu à l'aéroport de Zurich en décembre 1976. Avec l'aide des États-Unis, le Chili et l'URSS ont échangé Luis Alberto Corvalán, secrétaire général du Parti communiste chilien (emprisonné par le gouvernement d'Augusto Pinochet) contre Vladimir Boukovski, un résident de la prison centrale de Vladimir âgé de 35 ans. Corvalán s’est envolé pour Moscou tandis que Boukovski est resté à l'Ouest.

Corvalán était un politicien communiste éminent, tandis que Boukovski, qualifié par la presse soviétique de « voyou », n’occupait aucun poste et semblait être un prisonnier soviétique ordinaire. Son confrère dissident Vadim Delaunay a même écrit une épigramme à cette occasion :

Ils ont échangé un voyou contre Luis Corvalán :

Quel genre de chienne pensez-vous que nous pourrions donner pour Brejnev ?

Mais blague à part, qu'est-ce qui était si important dans ce « voyou » de Boukovski ? Et qu'est-ce qui a suivi son échange contre Corvalán ?

Lire aussi : Comment un homme a traversé la mer Noire à la nage pour fuir l'URSS

Schizophrénie paresseuse

Vladimir Boukovski, fils d’un journaliste soviétique, est devenu un dissident critique de la société soviétique à l’adolescence - et ce n’était pas sans danger en URSS. En 1960, Boukovski a écrit un article fustigeant le Komsomol (organisation de jeunesse soviétique) : « Le Komsomol est mort. Son cadavre embaumé semblait être un corps vivant trop longtemps… ». 

Boukovski a appelé à la démocratisation de l'organisation - mais les autorités ont répondu par la répression. En 1962, on a diagnostiqué chez Boukovski une schizophrénie lente, une maladie très soviétique « développée » dans les années 1960 par le psychiatre soviétique Andreï Snejnevski.

« La plupart des pays du monde ne reconnaissaient pas une telle maladie. Mais c’était très pratique pour le KGB, permettant de déclarer une personne folle, même sans aucun symptôme [de schizophrénie]. L’absence de symptômes s’expliquait par la lente progression de la maladie », écrit Arzamas. Décrire les dissidents comme des malades mentaux était le principal instrument de la psychiatrie punitive soviétique, un phénomène que Boukovski révélerait plus tard au monde.

Années difficiles

Boukovski a passé la plus grande partie des années 1960 derrière les barreaux : la psychiatrie soviétique a changé d'avis sur son diagnostic, le déclarant fou et sain d'esprit à différentes occasions, l'envoyant dans des asiles (1963, 1965) ou des camps de prisonniers (1967). Dans ses mémoires, il a décrit les conditions de vie dans les asiles psychiatriques comme horribles : les personnes étaient droguées, parfois battues et torturées, placées dans les mêmes cellules que des patients dangereux.

L'hôpital psychiatrique spécial où Boukovski a été enfermé

Lorsque Boukovski a été libéré d’internement en 1969, plusieurs autres personnes étaient déclarées malades mentales en raison de leur dissidence et placées dans des asiles, notamment Natalia Gorbanevskaïa, qui avait protesté contre l'intervention soviétique en Tchécoslovaquie en 1968, le général Piotr Grigorenko, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale qui avait critiqué le Parti communiste, ainsi que plusieurs autres.

« Au total, il y avait environ six personnes [mises en asile]. J'ai compris qu'il existait un système de [psychiatrie punitive]. Quelque chose devait être fait », a rappelé Boukovski dans une interview. Il a secrètement rencontré le journaliste américain William Cole de CBS et a donné une interview en direct sur l'incarcération de dissidents sous prétexte de maladie mentale. Il a également réussi à faire passer en contrebande plusieurs matériaux à l’Occident.

En 1971, les autorités soviétiques ont à nouveau arrêté Boukovski, l'ont jugé et déclaré coupable d'agitation anti-soviétique. Il a passé sept ans en prison. Comme nous le savons, sa peine de prison s’est terminée avec l’échange contre Corvalán. En 1976, l'Occident le considérait comme un dissident important et un activiste des droits de l'homme remarquable.

Vladimir Boukovski après sa libération

Lire aussi : Histoire d’une fuite: trois jours dans l’océan pour dire adieu à l’URSS 

La vie après sa libération

Boukovski s'est établi au Royaume-Uni, a obtenu une maîtrise en biologie à l'Université de Cambridge et a écrit plusieurs mémoires, dont le plus célèbre est intitulé Construire un château : ma vie de dissident. En tant qu'émigré, il est resté l'un des critiques les plus sévères envers l'URSS et de sa politique : il a par exemple soutenu le boycott des Jeux olympiques de Moscou en 1980. Plus tard, lorsque l'URSS s’était effondrée, Boukovski a appelé à la tenue d'un procès similaire à celui de Nuremberg, dénonçant officiellement le communisme.

Boukovski rencontre le président américain Jimmy Carter en 1977.

Il a été déçu que cela ne se soit pas produit et a écrit : « Après avoir échoué à achever définitivement le système communiste, nous courons maintenant le risque d'intégrer le monstre résultant dans notre monde ». Il a également continué à critiquer les nouveaux dirigeants de la Russie, d'abord Boris Eltsine, puis Vladimir Poutine.

Sa patrie, cependant, n’était pas le seul objet de dénigrement de Boukovski - par exemple, il a dénoncé l’UE comme étant un « monstre » et un système quasi totalitaire. « Je pense que l'Union européenne, comme l'Union soviétique, ne peut pas être démocratisée », a déclaré Boukovski au Brussels Journal, indiquant que l'UE en tant que structure devait être détruite.

Boukovski lors d'un rassemblement à Moscou, 2007.

Scandale

En 2015, Boukovski, âgé de 74 ans, s’est à nouveau retrouvé sous les feux de la rampe - mais pas à cause de son activisme pour les droits de l'homme ou de ses écrits. Le dissident vétéran a été accusé de téléchargement et de possession de plus de 20 000 images de pornographie infantile. Boukovski, à son tour, a déposé une requête devant la Haute Cour pour diffamation, affirmant que le service des poursuites de la Couronne britannique l'avait diffamé. La plainte de Boukovski a cependant été rejetée.

Boukovski à l'âge de 73 ans.

Boukovski a assuré qu'il était innocent : « Je me fiche du risque d'être envoyé en prison. J'ai déjà passé 12 ans dans les prisons soviétiques. Je ne m'attends pas à vivre très longtemps, et peu importe si je passe les dernières semaines de ma vie en prison ». La Cour a décidé de reporter de façon indéfinie le procès en raison de la santé de Boukovski, qui souffrait de multiples maladies.

Sa santé ne lui a jamais permis de se retrouver devant le tribunal. Le 27 octobre 2019, Boukovski est décédé d'une insuffisance cardiaque, emportant à la fois son héritage et sa controverse.

Dans cette autre publication, découvrez d'inspirantes citations du père soviétique de la bombe H devenu défenseur des droits de l’homme 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies