Trois complots britanniques réussis contre l'Empire russe

Domaine public, Sputnik, Pixabay
Bien avant James Bond, les services de renseignements britanniques bien réels ont longtemps été actifs contre la Russie, et aucun autre pays n'a obtenu de résultats aussi impressionnants en matière de renseignement et de complot que la Grande-Bretagne. En assassinant des personnalités politiques et même des empereurs, les Britanniques ont frappé la Russie dans son cœur.

1. Meurtre de Paul Ier

Au cours de la dernière décennie du XVIIIe siècle, la plupart des monarques européens voulaient détruire la France révolutionnaire afin d'empêcher ses idées infectieuses de se propager dans leurs États. L'empereur russe Paul Ier ne faisait pas exception.

Au fil du temps, cependant, Paul Ier a été très déçu de constater que la confrontation avec les Français ne rapportait rien à la Russie. Tandis que les troupes du tsar versaient leur sang, les Britanniques et les Autrichiens restaient sur le côté, raflant le butin des victoires acharnées de la Russie.

La goutte qui a fait déborder le vase a été la saisie de Malte par la Grande-Bretagne en 1800. Après avoir délogé la garnison française, les Britanniques ont gardé l’île pour eux-mêmes au lieu de la restituer aux Chevaliers de Malte. Paul, qui était le grand maître de l'ordre, a pris cela comme une insulte personnelle.

>>> Comment la Russie et la France ont tenté de prendre l'Inde à la Grande-Bretagne

À la grande horreur des Britanniques, l'empereur de Russie a changé radicalement le cours de sa politique étrangère. Il s'est lié d'amitié avec l'ancien ennemi, Napoléon, et est planifié avec le souverain français une campagne commune en Inde, principale source de richesse de l'Empire britannique.

« Avec votre souverain, nous allons changer la face du monde ! », a déclaré Napoléon à l'envoyé russe à Paris.

Le plan prévoyait l’emploi de plus de 70 000 soldats français et russes pour combattre les troupes de la Compagnie des Indes orientales. Le premier groupe d’hommes - un détachement de Cosaques dirigé par l’ataman Matveï Platov - a commencé sa marche vers les frontières de l’Afghanistan le 13 mars 1801.

Cependant, l'invasion n’a jamais eu lieu. Le 23 mars 1801, Paul Ier a été assassiné à la suite d'une intrigue judiciaire dans laquelle la Grande-Bretagne, et personnellement le diplomate britannique Lord Charles Whitwort, a joué un rôle actif. Les Britanniques avaient financé le complot et même accordé aux conspirateurs un « bonus » après l'acte.

L’un des premiers décrets du nouvel empereur, Alexandre Ier, a été d’ordonner le retour des Cosaques de Platov. Bientôt, la Russie et la Grande-Bretagne étaient à nouveau alliées.

>>> Fin d’un mythe: le mot français «bistrot» n’a rien à voir avec la Russie

Napoléon a réagi avec fureur à la mort de son allié russe, déclarant : « Ils m’ont manqué le 3 Nivôse [le quatrième mois du calendrier républicain français, allusion à une tentative d'assassinat contre la vie de Napoléon le 24 décembre 1800, dans laquelle les Britanniques étaient impliqués  ; ils ne m'ont pas manqué à Saint-Pétersbourg ».

2. Massacre de l'ambassade de Russie à Téhéran

Au petit matin du 11 février 1829, une gigantesque horde de près de 100 000 Perses, armée de couteaux, de pierres et de bâtons, ont attaqué l'ambassade de Russie à Téhéran, qui n'était gardée que par 35 Cosaques. Les Perses ont déchiqueté littéralement les Russes, parmi lesquels se trouvait l'ambassadeur, le grand poète Alexandre Griboïedov.

Ce crime avait pour fondement le fait que les Russes avaient fourni un refuge aux Arméniens locaux qui fuyaient dans leur patrie historique, une partie de l'Empire russe. Un de ces Arméniens n'était pas un homme ordinaire. Jakub Markaryan Mirza, eunuque dans le harem du Shah, était également le trésorier principal et gardien des bijoux du Shah. Il connaissait trop de secrets pour être autorisé à fuir vers un État ennemi.

Après que toutes les demandes de livrer Markaryan Mirza eurent été refusées par Griboïedov, le dirigeant persan, Fath-Ali Shah Qajar, a ordonné d’exciter la foule, qui était déjà scandalisée par la récente défaite du pays dans une nouvelle guerre russo-perse. La foule en colère a tué les Russes ainsi que Makaryan, qui avaient trouvé refuge à l'ambassade.

>>> Pourquoi la Russie n’a-t-elle pas riposté à l’attaque de son ambassade à Téhéran?

Beaucoup estiment que les Britanniques étaient derrière le plan cruel qui a inspiré les Perses. Les Empires russe et britannique étaient engagés dans le « grand jeu » de la domination en Asie centrale et une nouvelle guerre russo-perse les aurait grandement aidés.

« Désormais, les Anglais triomphent, affirmant aux Perses que nous, les Russes, engagés dans la guerre contre la Turquie, ne pouvons rien leur faire. Ils disent que l'Angleterre déclarera bientôt la guerre à la Russie et conseillent au prince héritier Abbas Mirza de s'attaquer à nos régions frontalières », a écrit le secrétaire Ivan Maltsov, seul survivant du massacre de Téhéran, dans une lettre au ministre russe des Affaires étrangères, Karl Nesselrode.

Le Shah, cependant, voulait uniquement tuer Makaryan Mirza, et ne souhaitait pas lancer une nouvelle guerre. Quant à la Russie, elle restait enlisée dans sa la guerre contre les Ottomans et voulait éviter un conflit avec la Perse. C’est pourquoi l’incident a été étouffé.

3. Meurtre de Raspoutine

Alors que le rôle des Britanniques dans l'assassinat de Griboïedov et de Paul Ier est resté dans l'ombre, le meurtre de Grigori Raspoutine a été commis avec une participation britannique active et sans détour.

Une des figures les plus mystiques de l’histoire de la Russie, Raspoutine, était l’un des favoris de l’impératrice Alexandra et influençait de manière significative toute la famille Romanov. En 1916, Raspoutine avait acquis un tel pouvoir qu'il a conseillé directement à l'empereur Nicolas II d’entrer en guerre.

>>> Première Guerre mondiale: non, il n’y a pas eu de «trêve des loups» entre la Russie et l’Allemagne

Ceci était inacceptable dans le cercle de l'empereur, qui a réalisé quelle catastrophe pouvait résulter de l'activité de ce « saint homme ». Lorsque Nicolas II a rejeté toutes les demandes visant à écarter Raspoutine, les conspirateurs ont commencé à agir.

La grande question, bien sûr, est de savoir quel rôle les Britanniques ont joué dans ce complot : s’ils l’ont complètement organisé eux-mêmes ou s’y sont simplement ralliés. Quoi qu’il en soit, la Grande-Bretagne aurait certainement bénéficié de l’assassinat de Raspoutine.

Le Secret intelligence service (SIS) était certain que Raspoutine était un agent allemand. Ses agents craignaient que « Dark Forces » (Forces sobres, nom de code de Raspoutine) et son patron, l’impératrice Alexandra (d’origine allemande) préparaient une paix séparée avec l’Allemagne, ainsi que la sortie de la Russie de la guerre.

Quelles que soient les raisons, ce sont les Britanniques qui ont porté le coup de grâce. On pense que le tir mortel dans la tête de Raspoutine a été porté par un agent britannique du SIS, Oswald Rayner, qui, avec les conspirateurs russes, a mis fin à la vie du « moine fou » le 30 décembre 1916.

Dans cette autre publication, nous vous parlons de guerres victorieuses déterminantes pour la Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies