Comment l'Union soviétique a découvert les jeans et le rock'n'roll

Ivan Shagin/МАММ/МDF/russiainphoto.ru
L’Occident et l’Union soviétique ont enfin eu la possibilité de s’étudier de près au Festival mondial de la jeunesse et des étudiants organisé à Moscou en 1957. Les Soviétiques y ont découvert les attraits de la civilisation occidentale et les Américains et les Européens ont constaté que des gens ordinaires, et non des «démons rouges», vivaient derrière le rideau de fer.

Le Festival mondial de la jeunesse et des étudiants organisé à Moscou en 1957 a ouvert l'un à l'autre l’Occident et une Union soviétique alors fermée.

Il n’était pas le premier du genre. Mis en place par plusieurs organisations internationales de jeunesse de gauche, des festivals de la jeunesse et des étudiants ont été organisés à partir de 1947, principalement dans les pays du bloc de l'Est. Lorsque le sixième festival s’est tenu dans la capitale soviétique dix ans plus tard, il a attiré 34 000 spectateurs venus de 131 pays.

Pendant deux semaines, du 28 juillet au 11 août, Moscou a été le théâtre d'innombrables concerts et spectacles, projections de films, expositions, séminaires scientifiques et culturels, conférences et réunions, concours intellectuels et compétitions sportives. De jeunes spécialistes - des architectes aux éleveurs - se sont rencontrés pour partager leur expérience. Une réunion de jeunes chrétiens s’est même tenue dans le plus important monastère de Russie - la Trinité de Saint-Serge, non loin de Moscou.

Le festival, organisé sous le slogan « Pour la paix et l'amitié », n’a pas réuni uniquement des jeunes de pays d'Europe orientale ou d'États africains et asiatiques proches de l’Union soviétique. Les Moscovites ont également vu des chimistes français, une fanfare anglaise et des musiciens de jazz américains, des musiciens belges et espagnols, des acteurs finlandais, suédois et néerlandais et de nombreux autres représentants du « monde capitaliste ».

Alexeï Kozlov, célèbre musicien de jazz, se souvenait en 1997 : « Il est inutile aujourd'hui d'expliquer à la nouvelle génération ce que le mot "étranger" signifiait à l'époque. Sous l’effet de la propagande permanente visant à susciter la haine de tout ce qui est étranger, ce mot insufflait aux citoyens soviétiques un mélange de peur et d’admiration. L’Union soviétique ne connaissait rien des touristes ou des hommes d'affaires. Les diplomates et les journalistes ne marchaient pas dans les rues. C’est pourquoi, lorsque nous avons vu des milliers d’étrangers dans les rues de Moscou et que nous avons pu leur parler, nous étions submergés par l’euphorie ».

« Je me souviens parfaitement de ces sentiments - fraternité, amitié avec des étudiants étrangers, des jeunes du monde entier », a déclaré un autre participant, Oleg Kouznetsov.

Parfois, les relations entre les Moscovites et les étrangers devenaient beaucoup plus proches. Le festival a été le prélude à l’apparition, neuf mois plus tard, de la première génération de nombreux enfants d’origine mixte, les « enfants du festival ». La vague suivante de ce type a eu lieu après les Jeux olympiques de Moscou de 1980.

Le festival a eu une grande influence sur la culture, la société et le mode de vie soviétiques. Pour la première fois, les citoyens soviétiques ont appris ce qu'étaient des baskets, le badminton, les jeans et le rock’n’roll. Et si les deux premiers se sont rapidement répandus en Union soviétique, les deux derniers ont connu une histoire plus troublée. Considérés par les autorités comme une « maladie capitaliste », sans être toutefois interdits, ils n'étaient certainement pas les bienvenus dans le pays des travailleurs et des paysans. Cependant, ils sont rapidement devenus des objets de culte - un culte qui perdurerait très longtemps après la disparition de l’URSS elle-même.

Parmi les nombreuses chansons dédiées au festival, l'une - Les Nuits de Moscou - est devenue si populaire qu'elle est probablement encore aujourd'hui la chanson russe la plus reconnaissable à l'étranger. Elle a été traduite dans plusieurs langues, dont l'anglais, l'italien, le chinois et l'hébreu.

L’une des émissions de télévision soviétiques les plus célèbres - le concours d’humour étudiant KVN (« Club des gens drôles et inventifs »), lancée en 1957, était inspirée du Festival de la jeunesse. Aujourd'hui devenue un projet commercial extrêmement rentable, elle reste très populaire dans la Russie moderne.

La tradition consistant à organiser des Festivals mondiaux de la jeunesse et des étudiants n’est pas morte avec l’effondrement du bloc de l’Est. Ils sont toujours organisés dans le monde entier. Bien que certains d’entre eux soient des événements majeurs, aucun n’est parvenu à battre le Festival de 1957 en nombre de participants, ni en termes d’importance politique et sociale.

Avec le réalisateur Claude Lelouch et le compositeur Michel Legrand, qui faisaient partie de la délégation française au Festival de la jeunesse, Russia Beyond fait un voyage dans le temps dans cet autre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies