Combien «coûtait» une vie humaine dans la Russie prérévolutionnaire?

makyzz/Freepik ; Russia Beyond
La vie humaine a-t-elle un prix? Cela a parfois été le cas au cours de l’histoire… Découvrez comment la notion de «coût» de la vie humaine a évolué au fil des siècles.

Le droit à la vie n’a pas toujours été un droit humain fondamental. À l’époque médiévale, lorsque les gens étaient divisés en couches sociales, en fonction de leurs ancêtres et de leurs richesses, certaines vies humaines étaient indispensables, tandis que d’autres étaient « moins chères », et avaient donc un prix. C’était également vrai pour la Russie. Lisez la suite pour voir comment la notion de « coût » de la vie humaine s’est transformée au cours des siècles.

Rus' ancienne

La justice sous la Loi russe par Ivan Bilibine

La Rousskaïa Pravda (Loi russe), le plus ancien code de lois connu de la Rus' de Kiev, définit des amendes pour le meurtre de certains types de personnes. Le code s’appliquait à la classe dirigeante, aux paysans et aux habitants de la Russie jusqu’au XVe siècle.

Les amendes étaient quantifiées en grivnas. Un grivna (qui équivalait à environ 150 à 200 grammes d’argent) était une unité de poids et de monnaie utilisée dans la Rus' de Kiev. Une grivna était considérée comme une somme assez importante. On pouvait acheter un village entier de 5 à 6 maisons ou un cheval de bataille entraîné et en pleine santé. Un demi-grivna constituait une année de salaire pour le travail d’un esclave.

Cour d’un seigneur féodal par Apollinaire Vasnetsov

L’amende pour avoir tué un homme libre était de 40 grivnas, une femme libre - 20 grivnas. Si l’homme servait le kniaz’ (prince) en tant qu’officiel, soldat ou domestique, le montant de l’amende doublait à 80 ou 40 grivnas, respectivement. L’argent était versé à l’administration locale - c’est-à-dire au kniaz’. Mais il n’était évidemment pas possible de payer l’amende à l’avance.

Des grivnas

Pour le meurtre de personnes dépendantes - kholops (une sorte de serfs), l’amende était moins lourde : « Pour un responsable de village, ou un responsable de travaux des champs, 12 grivnas. Et pour un serf, 5 grivnas… Pour une femme serf, 6 grivnas… Pour un enseignant, 12 grivnas, idem pour une nourrice, qu’il s’agisse de serfs ou de femmes », déclarait la Loi russe.

Inutile de dire que les gens du commun ne pouvaient pas payer une aussi énorme amende, aussi la communauté villageoise payait-elle généralement pour ses membres dans un tel cas.

316 euros par personne: tomber en esclavage aujourd’hui en Russie

Dans le Royaume de Moscovie

En 1497, Ivan le Grand de Russie introduisit un nouveau Code de Loi. Il déclarait que le meurtre d’un homme devrait être puni de la peine de mort - si le meurtrier était un criminel connu (c’est-à-dire qu’il commettait un meurtre pour la deuxième fois) ou si le meurtrier était un serf qui tuait son maître.

Portrait d'Ivan le Grand (1440-1505)

Selon le Code de Loi de 1497, le meurtre « simple » d'un homme libre coûtait 4 roubles. C'était aussi une somme énorme. Nous savons qu'en l'an 1534, 0,03 rouble vous permettait d’acheter une izba, une maison typique russe en rondins.

En 1550, Ivan le Terrible a introduit un nouveau Code de Loi. À partir de ce moment, le meurtre fait l'objet d'un procès formel et les amendes ne sont plus acceptées pour le meurtre d'un homme. Les meurtres prémédités étaient punis de mort ; les meurtres non prémédités étaient punis de flagellation publique ou d’une peine de prison (cependant, la notion de légitime défense a également été introduite). Une amende ne subsistait qu’en cas de « déshonneur » de quelqu'un avec des paroles ou des gestes.

Zemsky sobor par Sergueï Ivanov

Le Sobornoïe Oulojenie (1649) a légalisé le servage en Russie - à présent, les paysans serfs étaient la propriété des seigneurs, qui pouvaient les acheter et les vendre. Un prix a donc à nouveau été fixé sur la vie humaine.

Russie impériale

Au XVIIIe siècle, un réseau commercial de serfs très étendu s'est développé en Russie. Les achats de serfs étaient enregistrés dans des livres spéciaux, car chaque transaction devait être taxée. Le prix des serfs dépendait de leur âge, de leur sexe, de leurs capacités et variait considérablement.

Vente aux enchères de serfs par Klavdi Lebedev

Sous le règne de Catherine la Grande, le prix d’un serf adulte qui travaillait est passé de 30 à 100 roubles (un rouble pouvait vous permettre d’acheter un seau de vodka, 16 kilos de pain ou un trajet de Moscou à Saint-Pétersbourg). En 1782, un propriétaire vendait généralement ses serfs comme suit : un homme âgé de 28 ans pour 40 roubles, une femme de 25 ans pour 10 roubles, un garçon de 11 ans pour 11 roubles. Les prix étaient plus bas si les serfs étaient vendus en gros - par exemple, tout le village.

Au XIXe siècle, les prix des serfs professionnels ont grimpé en flèche. Un serf cordonnier coûtait 500 roubles (l'équivalent du salaire d'un responsable de haut rang), un cuisinier expérimenté ou un coiffeur pouvait coûter jusqu'à 1 000 roubles. Les prix les plus élevés concernaient les musiciens, acteurs et actrices, qui pouvaient coûter une fortune - jusqu'à 5 000 roubles, voire plus.

En Russie, le fléau de l’esclavage a la vie dure

Russie contemporaine

En URSS, la traite des esclaves et les amendes pour meurtre n’existaient pas. Dans la Russie contemporaine, nous pouvons évaluer le « prix » de la vie humaine en fonction des indemnisations que l'État verse aux familles des citoyens qui ont péri lors de catastrophes, de catastrophes naturelles et d'attaques terroristes.

De nos jours, les décès et blessures de civils imputables en partie à l’État sont généralement compensés par le budget de la région, et le montant de ces dépenses varie considérablement d’une région à l’autre, indique un rapport. Lors d’un accident de train en 2013, cinq enfants ont été blessés et l’assureur des chemins de fer russes a promis de leur verser 300 000 roubles (plus de 4 000 euros) ; pendant ce temps, trois enfants blessés dans le zoo de Moscou se sont vu verser 500 000 roubles (7 000 euros). Les familles des victimes de l'inondation de Krymsk (région de Krasnodar) en 2012 ont reçu environ 2 millions de roubles (27 000 euros selon le cours actuel).

Depuis 2013, 2,25 millions de roubles (31 000 euros) constituent le montant fixe des indemnités versées en cas de décès dans un accident d'avion, de bus ou de train. Les catastrophes de masse, à leur tour, ont un impact négatif énorme sur la société, et le gouvernement fédéral ajoute généralement une certaine somme aux compensations régionales et des assurances. N'oublions pas que les compagnies d'assurance ne fonctionnent pas toutes honnêtement. Malheureusement, de nombreuses personnes n'ont pas reçu d'indemnisation après le décès prématuré de leurs proches. 

Dans cet autre article, nous nous penchons sur la place des femmes dans la science en Russie contemporaine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies