Quatre faits sur une guerre durant laquelle la Russie n’a gagné aucune bataille

Getty Images
La guerre absolument catastrophique contre le Japon a entraîné pour la Russie de nombreuses défaites, la chute de son prestige militaire et la montée des mouvements révolutionnaires à l'intérieur du pays.

La marine russe a subi sa plus grande défaite

La plus cuisante défaite navale de l'histoire de la Russie s'est produite dans le détroit de Tsushima, entre le Japon et la Corée, les 27 et 28 mai 1905. La deuxième flotte de 38 navires de guerre du Pacifique a été complètement anéantie par celle japonaise supérieure en nombre et forte de 89 navires.

Cependant, les chiffres ne constituaient pas le seul avantage du Japon : la plupart de leurs navires étaient deux fois plus rapides que ceux russes, plus modernes et plus perfectionnés. De plus, les marins japonais avaient une expérience de combat bien supérieure à celle de leurs homologues russes.

À la suite de la bataille, 21 navires russes ont été coulés, sept ont été capturés, six ont été mis à l'abri dans des ports neutres, où ils ont été saisis, et seuls quelques-uns ont réussi à en réchapper.

>>> Quinze affiches de propagande sur une défaite militaire cuisante pour la Russie

Après la catastrophe de Tsushima, l’Empire russe a cessé d’être une superpuissance navale et, pendant des décennies, le mot « Tsushima » est devenu synonyme d’échec total.

Le Monténégro, allié de la Russie, a continué à « combattre » le Japon pendant plus d’un siècle après la guerre

Pour remercier la Russie de son soutien politique et économique à long terme, la Principauté du Monténégro a déclaré la guerre au Japon, un geste très symbolique, puisqu'aucune armée monténégrine n'a été envoyée en Extrême-Orient pour combattre les Japonais (quelques volontaires seulement).

Cependant, lorsque la Russie et le Japon ont conclu une paix en 1905, le Monténégro a été négligé et est donc resté techniquement en guerre.

Après la Première Guerre mondiale, le pays a perdu sa souveraineté pendant presque un siècle. Durant sa courte période « d'indépendance », le Royaume du Monténégro était un État italien fantoche qui n’ a pas été reconnu par les Japonais et aucun traité de paix n’a été conclu.

Ce n’est qu’en 2006, après que le Monténégro a divorcé avec la Serbie et fait son apparition sur la carte politique, que les deux pays ont mis de l’ordre dans leurs relations. 101 ans après, la « guerre » était officiellement terminée.

>>> L'ours contre le lion: quand la Russie et la Grande-Bretagne étaient au bord de la guerre

La Russie n'a pas remporté une seule bataille majeure

Les troupes russes n’ont remporté aucune bataille majeure de la guerre russo-japonaise, aucune offensive ou aucun raid n’a été un succès, et même la longue défense héroïque de la forteresse de Port Arthur s’est achevé par sa capitulation.

Cependant, tous les épisodes de la guerre n’ont pas catastrophiques pour l’armée russe : lors de la bataille de Mukden (1905), la plus grande et la plus sanglante de la guerre, les pertes japonaises ont été deux fois plus importantes (15 000 contre 8 000). L'armée russe a été forcée d'abandonner Moukden et de se retirer, mais les Japonais ont qualifié cette bataille de « victoire incertaine », qui a considérablement miné leur esprit offensif.

Le succès n’a pas été atteint lors de combats ouverts, mais grâce à la ruse des marins russes : lors du siège de Port Arthur, ils ont découvert que deux cuirassés japonais - Hatsuse et Yashima - utilisaient le même itinéraire quotidien lors de missions de patrouille. Le poseur de mines Amour a profité du brouillard pour miner cette route et les deux navires ont été détruits le lendemain.

>>> Ingérence occidentale: comment les troupes étrangères sont intervenues en Russie il y a un siècle

Un général japonais s'empare d'une forteresse russe, mais se suicide finalement

La troisième armée japonaise, dirigée par le général Nogi Maresuke, a assiégé la forteresse russe de Port Arthur dans la province chinoise du Liaoning en juillet 1904. La longue défense a duré jusqu'au 2 janvier 1905 et a coûté la vie à 56 000 Japonais, dont deux des fils de Nogi Maresuke.

Lorsque la forteresse a fini par se rendre, Nogi Maresuke a été proclamé héros national du Japon, mais lui-même a vu ces événements sous un tout autre jour.

Après la guerre, le général a fait à l'empereur Meiji un rapport sur la capture de la forteresse. Nogi Maresuke s’est effondré, a pleuré et demandé pardon pour la perte de tant de soldats japonais.

Maresuke a demandé au souverain l’autorisation de mettre fin à ses jours par un suicide rituel – seppuku (harakiri). Meiji a refusé de blâmer le général et la demande a été refusée - du moins tant que l'empereur a vécu.

>>> Les cinq pires défaites militaires de l'histoire russe

Nogi Maresuke est revenu à la vie ordinaire, devenant un mentor du futur empereur Hirohito et construisant des hôpitaux pour les soldats blessés et des mémoriaux pour les soldats japonais et russes tombés au combat.

Peu de temps après la mort de l’empereur, Maresuke s’est cru libéré de l’ordre de Meiji et s’est suicidé avec son épouse le 13 septembre 1912.

Nous vous proposon en outre de découvrir comment le soldat russe était perçu sur le champ de bataille.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies