Quatre beautés qui ont marqué l'histoire russe

L’épouse d’un tsar, la maîtresse d’un empereur, une actrice issue d'une famille de serfs et la femme la plus riche de l’empire avaient toutes un trait en commun : elles étaient d’une beauté saisissante.

1. Anastasia Romanovna

Boyarine à la fenêtre par Constantin Makovski

« Ce n’était pas son rang noble, mais ses qualités personnelles qui ont justifié le choix [du tsar]. En la décrivant, ses contemporains lui assignaient toutes les vertus féminines pour lesquelles ils pouvaient trouver des mots en russe. C'étaient la chasteté, l'humilité, la piété, la sensibilité et la miséricorde combinées à un esprit fort ; sans parler de sa beauté, c’est la qualité par défaut de l’épouse d’un heureux tsar », a déclaré Nikolaï Karamzine, célèbre historien russe du XIXe siècle, à propos d’Anastasia Romanovna, la première tsarine russe et première des femmes d’Ivan le Terrible. Ivan a choisi la belle de 17 ans au cours d'un « show » de mariées, lors duquel des centaines de prétendantes ont été amenées au Kremlin. On sait qu'elle n'était pas grande et que son charmant visage était entouré de longs cheveux châtain clair.

Lire aussi : Ces femmes russes devenues célèbres dans le monde entier

Son mariage avec Ivan a duré 13 ans. « Bien qu’il était jeune et dynamique, elle le gouvernait avec une affabilité et une sagesse admirables », a écrit à propos du couple royal Jérôme Horsey, agent de la Compagnie russe et diplomate.

Sa mort en 1560 a gravement traumatisé psychologiquement le tsar. Ivan pensait qu’elle avait été empoisonnée par des boyards rebelles. La mort d’Anastasia a été suivi de la première vague de répression d’Ivan contre les boyards. Anastasia appartenait à la famille de Romanov, dont les membres occuperaient le trône russe pendant 300 ans à compter de 1613.

2. Praskovia Jemtchougova

Une des meilleures chanteuses d'opéra et actrices de Russie du XVIIIe siècle, Praskovia Jemtchougova est née dans la famille de serfs (le servage serait aboli en Russie un siècle plus tard, en 1861). Elle et sa famille étaient la propriété de la famille noble Cheremetiev. Praskovia jouait dans un théâtre de serfs établi par Piotr Cheremetiev et son fils Nikolaï. Ce dernier est tombé sous le charme de la beauté délicate et raffinée de la jeune et talentueuse actrice.

Cependant, comme l'écrivit Nikolaï dans une lettre à son fils, sa « sincérité, sa bienveillance et sa fidélité » faisaient encore plus forte impression que sa beauté. Ces traits de sa personnalité « m'ont fait défier les préjugés de la société en matière de noble naissance et m’ont poussé à la choisir pour épouse ». Ils se sont mariés en secret en 1801. Pour rendre un mariage possible, Cheremetiev a fourni à l'actrice de faux documents la rattachant à une noble famille polonaise. Praskovia est morte deux ans après avoir donné naissance à leur fils Dmitri, à qui cette lettre était adressée. Elle n'avait que 34 ans.

Lire aussi : Cinq espionnes soviétiques de légende

3. Maria Narychkina

Maria Narychkina a été pendant des années la maîtresse de l'empereur russe Alexandre Ier. Les contemporains ont beaucoup parlé de sa beauté saisissante et l'un d'eux, Philip Vigel, a écrit dans ses mémoires que sa beauté était si grande qu'elle semblait « artificielle et irréelle ». Le célèbre commandant militaire russe Mikhaïl Koutouzov, qui avait battu Napoléon lors de la campagne de ce dernier en Russie en 1812, plaisantait sur le fait qu’il valait la peine d’aimer les femmes tant qu’il en existait d’aussi belles que Maria Narychkina.

On dit qu’il y eut des tentatives de convaincre Alexandre de divorcer, mais elles ont échoué. Maria a eu quatre filles illégitimes avec l'empereur. Son mari, Dmitri Narychkine, était un ami du tsar et a fermé les yeux sur cette affaire.

4. Zinaïda Ioussoupova

La princesse Zinaïda Ioussoupova était l'une des femmes les plus riches et belles de la fin de la Russie impériale. Son fils, Felix Ioussoupov, qui a organisé le meurtre de Raspoutine, a écrit à son sujet : « Ma mère était charmante. Elle était grande, mince, raffinée, avec des cheveux sombres, les yeux brillants comme des étoiles. Elle était aussi intelligente, instruite, artistique et gentille. Personne ne pouvait résister à sa magie ».

Lire aussi : De l'autre côté de la toile: les femmes dans l'art russe

C’était aussi une philanthrope célèbre. Meriel Buchanan, fille du dernier ambassadeur britannique en Russie impériale, a décrit Zinaïda Ioussoupova dans son livre Femmes de la Cour russe : « Elle était toujours prête à donner, librement et généreusement, à quiconque le lui demandait, et à aider toute personne en détresse, prêtant son nom, sa maison, ses ressources pour toute bonne cause, mais elle se tenait à l’écart de toute publicité et de toutes les complications du pouvoir ».

Appartenant à l’une des plus riches familles russes, elle possédait une vaste collection de bijoux, la deuxième après celle des Romanov. Lorsqu'elle a fui la Russie après la Révolution en 1917, elle a réussi à emporter les plus grosses pierres avec elle.

Peu de gens savent qu’au début du XXe siècle, ce sont les beautés russes issues de l’émigration qui ont transformé le travail de mannequin en un métier prestigieux et bien rémunéré. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous dirigervers notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies