Ce «James Bond» qui mourut à Moscou

Getty Images
L’espion anti-communiste Sidney Reilly a été arrêté par les Soviétiques le 27 septembre 1925 et fusillé peu de temps après. Bien que la vie de Reilly reste dans une grande mesure entourée de mystère, une chose est claire à son sujet: l’agent était profondément lié à la Russie, de sa naissance à sa tentative d’organiser l'assassinat de Lénine.

« Le bolchevisme avait été baptisé dans le sang... Ses dirigeants étaient des criminels et des meurtriers », a déclaré Sidney Reilly, un agent du Bureau des services secrets britanniques qui est considéré comme le prototype du James Bond de Ian Fleming. D'origine russe, Reilly a consacré sa vie à vaincre le régime qui était arrivé au pouvoir en 1917, mais n’est pas parvenu à atteindre son but.

La haine de Reilly envers le communisme est l'une des rares choses qui sont claires à propos de l'homme. Des dizaines de détails de sa vie restent entourés de mystère. Pour commencer, nous ne savons même pas où il est né et comment il est devenu citoyen britannique.

L’homme aux mille noms

Sidney Reilly diffusait différentes versions concernant ses origines : il prétendait être un pasteur irlandais ou le descendant d'une noble famille russe. Cependant, aujourd'hui, la plupart des historiens concordent sur le fait qu'il est né en 1873 dans une famille juive, à Odessa (actuelle Ukraine) ou quelque part dans l'ouest de l'Ukraine.

Son vrai nom de famille était Rosenblum, mais le personnage reste un mystère - différentes sources l'appellent Semion, Sigmund ou Gueorgi. D’une façon ou d’une autre, M. Rosenblum arriva en 1896 à Londres où il épousa une femme d'origine irlandaise et changea son identité pour devenir Sidney Reilly.

Double/triple agent

Les biographes de Reilly débattent toujours pour savoir s'il était un espion britannique avant la révolution d'Octobre. Lui-même rappelait qu'il avait commencé sa carrière dans les services spéciaux britanniques dans les années 1890, mais l’historien Andrew Cook, auteur de As des espions : l’Histoire vraie de Sydney Reilly suggère que Reilly mentait et qu’en réalité, c’était un escroc qui cherchait uniquement à s'enrichir lui-même.

Comme l'indiquent les historiens, Reilly ne semble pas digne de confiance. On a signalé qu’il avait participé à la guerre russo-japonaise (1904-1905), espionnant à la fois pour la Grande-Bretagne et le Japon. Alors qu’il vivait en Russie en 1906, Reilly est devenu ami avec les cercles révolutionnaires russes, tout en travaillant dans le même temps pour la Grande-Bretagne et le renseignement tsariste.

Tout en graissant la patte du plus grand nombre de personnes possibles, Reilly n'a pas oublié de gagner de l'argent car il adorait la haute société, les femmes et les jeux de hasard. « Nous considérons qu'il n’est pas digne de confiance et impropre au travail suggéré », a écrit dans un compte-rendu l'un des agents du Secret Service Bureau britannique au sujet de Reilly au début de la Première Guerre mondiale.

Mission en Russie

Cependant, l'agent a gagné la confiance de Winston Churchill et de Mansfield Cumming (le premier chef de l'organisation qui a précédé le renseignement britannique MI6) - les dirigeants britanniques le trouvaient charismatique, audacieux et extrêmement brillant dans son travail.

Ainsi, en 1917, Reilly fut nommé en Russie, pays auquel il s’était toujours intéressé.

En vivant dans ce pays incognito, il a réussi à recruter des agents doubles importants. De plus, Reilly a obtenu un certificat de tchékiste (police secrète bolchevique) et avait même accès au Kremlin. De la sorte, il a décidé que la meilleure option pour vaincre les bolcheviks était de décapiter leur parti en tuant ses principaux dirigeants: Vladimir Lénine et Léon Trotski.

Complot et conséquences

Avec d'autres agents britanniques, Reilly a planifié un coup d'État. Les régiments lettons qui surveillaient les chefs de parti les plus importants étaient censés retourner leurs armes contre les bolcheviks. Leur chef, Edouard Berzine, a promis de le faire après avoir reçu 1,2 million de roubles (38 700 $ de 1918) des Britanniques.

Berzine n'avait pas l'intention de trahir les bolcheviks: il menait en réalité une action de provocation, conformément aux ordres de la Tcheka. Après que Berzine eut soutiré une solide somme d'argent aux Britanniques, les autorités ont « découvert » la conspiration des diplomates et ont pris l'ambassade d’assaut. Reilly a fui vers l'Europe.

Dernière visite

L'agent infatigable a poursuivi ses tentatives de venir à bout des Soviétiques. À la fin de l’année 1918, il a passé plusieurs mois dans le sud de la Russie où les forces de l'Armée blanche (antibolcheviques) étaient concentrées et essayaient de convaincre Londres de les aider économiquement et militairement. Mais ces efforts furent vains. Les Blancs perdirent et, quelques années plus tard, les bolcheviks finirent par avoir raison de Reilly.

En septembre 1925, il franchit la frontière soviétique pour rencontrer ses connexions avec l'organisation anticommuniste Confiance. En réalité, il s’agissait d’une fausse organisation montée par l’OGPU (successeur de la Tcheka) afin de piéger les ennemis de l'URSS venus de l'étranger.

Reilly, malgré son expérience et son flair légendaire, est tombé dans le piège avec les autres. Il a été exécuté dans une forêt près de Moscou en novembre 1925.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer