Trois mystifications historiques qui ont bouleversé le destin de la Russie

Du fils autoproclamé d'Ivan le Terrible à la guerre froide, en passant par le «Protocoles des Sages de Sion».

1. La tromperie de Faux Dmitri

Voici peut-être l'imposteur le plus célèbre de l'histoire de la Russie : il a réussi à convaincre le pays qu'il était le plus jeune fils d'Ivan le Terrible, Dmitri, qui avait échappé de justesse à la mort, et qu'il était l'héritier légitime du trône. Après sa mort, le trône a été occupé par les boyards (ils ont tué Dmitri en 1606), et le pays a été plongé dans la tourmente - une période de guerre civile, de guerres, de dictature et de répression a débuté.

Selon la version la plus courante, Faux Dmitri était en réalité le moine en fuite Grigori Otrepiev. Quand dans le peuple se sont propagées des rumeurs selon lesquelles le prince Dmitri était encore en vie, Otrepiev était au service d'un prince polonais, et il a profité de l'occasion pour affirmer lors d'une confession qu'il était le fils du tsar, remplacé par un autre garçon à cause d'un danger imminent pesant sur lui. Ainsi a commencé toute l'intrigue. Les Polonais ont amplifié avec succès l'idée du prince survivant et firent monter Faux Dmitri sur le trône. Il convient de noter que les nobles étaient au courant de la tromperie d'Otrepiev, mais ils l’ont utilisé pour confisquer le pouvoir à un personnage qu'ils voyaient d'un encore plus mauvais œil - Boris Godounov.

Lire aussi : Bataille pour Moscou: comment l’État russe a survécu et vaincu en 1612

Sous Faux Dmitri les étrangers sont entrés à Moscou comme chez eux, et non en tant qu'invités : les Polonais ont marié Faux Dmitri à la Polonaise Marina Mniszek et ont couronné cette dernière en tant que reine russe. Ils pensaient également que comme c’était précisément eux qui avaient mis le prétendant sur le trône, il n'avait donc pas d'ordres à leur donner. Les Polonais ont fait irruption dans les maisons de Moscou, détroussaient les passants, et après que le faux Dmitri eut été brutalement assassiné, des émeutes ont éclaté contre eux. Selon la légende, les cendres de l'imposteur ont été tirées en direction de la Pologne.

2. Protocoles des Sages de Sion

Durant l'histoire, les « Protocoles des Sages de Sion » - le document contenant un soi-disant « plan juif de conquête du monde » - ont été réédités, traduits et distribués à des millions d'exemplaires dans le monde entier. La Russie n'a pas fait exception et la falsification historique a pendant des décennies renforcé les sentiments antisémites dans le pays et a « justifié » l'existence d'une soi-disant conspiration « judéo-maçonnique ».

Lire aussi : Secrets et mythes des francs-maçons de Russie

Les « Protocoles » ont d'abord été publiés en Russie en 1903 sous le titre Programme pour la conquête du monde par les juifs dans le journal Znamia de Saint-Pétersbourg. L'idée principale du document était la suivante : il existe 24 protocoles contenant des instructions sur la façon dont les Juifs vont d'abord détruire tous les États, puis créer un empire juif mondial sur leurs débris.

Il existait plusieurs légendes sur la façon dont les protocoles ont été découverts. Selon l'une d'elles, le manuscrit authentique a été confisqué en 1897 parmi les documents du principal agent sioniste de la police secrète russe Theodor Herzl. On ne sait pas si c'est le cas ou non, parce que l'original n'a jamais été retrouvé. Mais après la publication des « protocoles », la Russie fut balayée par une nouvelle (dans l'Empire russe, les attaques contre les Juifs ont été enregistrées depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle) vague de violents pogroms antisémites. Et si leurs participants de base ne pouvaient pas connaître les protocoles, les organisateurs des pogroms non seulement les lisaient, mais aussi les diffusaient avec persistance.

Lire aussi : Palestine soviétique: pourquoi Staline a créé un État juif au fin fond de la Sibérie

Des doutes sur la véracité des protocoles sont apparus presque immédiatement après leur publication, mais les débats sur leur authenticité s'étendirent sur tout un siècle. Désormais, un point final a été mis à ce différend. En 2006, les militants russes des droits de l'homme ont préconisé l'inclusion des « Protocoles » dans la liste des matériaux extrémistes et interdits, ce qui n'a été fait qu'en 2012.

3. Le plan d'Allen Dulles visant à détruire l'URSS

« La guerre se terminera - tout va se calmer, se décanter. Et nous abandonnerons tout ce que nous avons, tout ce que nous possédons : tout l'or, tout le pouvoir matériel pour tromper et berner les gens! Le cerveau humain, la conscience des gens est capable de changement. Après avoir semé le chaos là-bas, nous allons imperceptiblement remplacer leurs valeurs par des contrefaçons et les faire croire à ces fausses valeurs ».

Lire aussi : Cinq lieux moscovites où le KGB a débusqué des agents de la CIA

Ce sont des lignes du soi-disant « Plan de l'ancien directeur de la CIA Allen Dulles ». Le document expose des plans du renseignement américain pour la désintégration progressive et en fin de compte l'effondrement de l'Union soviétique par la diffusion de valeurs fausses et « l'attrait du monde libre ». Il s’agissait de propager « les danses à la mode, de beaux tissus, des disques, des poèmes, des chansons à la nature particulière... » En fait, le document est un produit de l'idéologie post-soviétique apparu au début des années 1990. Il a longtemps été utilisé comme un argument important dans les conflits internes sur le néo-impérialisme américain contre la Russie : le plan diabolique était cité à la télévision, dans la presse et dans les débats. En fin de compte, de nombreux citoyens n'ont même pas remis en question l'existence d'un tel document, et le mythe s'est enraciné dans la conscience de masse si profondément qu'il a alimenté les états d’esprits anti-américains dans le pays non seulement dans les années 1990, mais jusqu'à ce jour.

Lire aussi : Pas de pitié: trois ennemis de l’URSS abattus à l’étranger

Pour la première fois, des extraits du plan ont été publiés en 1993 dans le journal Sovetskaïa Rossiia (le plan lui-même était daté de 1945). Il a été cité, ainsi que les « Protocoles des Sages de Sion », par le métropolite de Saint-Pétersbourg et de Ladoga Jean comme preuve du fait que l'Occident avait lancé contre la Russie une guerre « vile » et « soigneusement planifiée ». Cependant, au fil des années, de plus en plus d'incohérences ont été révélées dans la doctrine russophobe.

Par exemple, certaines lignes du plan se sont avérées être des citations pratiquement mot pour mot du roman Appeléternel de l'écrivain russe Anatoli Ivanov de 1981. Il y a eu des tentatives de s'assurer que le KGB avait reçu le discours de ses agents illégaux aux États-Unis, et à l'époque de Brejnev, le message a été légèrement modifié afin de lui donner une émotivité littéraire. Et pourtant, le texte original n'a jamais été présenté au public…

Y-avait-il une connexion entre les services secrets soviétiques et la légendaire contrée de Shambhala ? Pour en savoir plus, n'hésitez pas à vous diriger vers notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies