Le vin russe, de sa naissance à sa renaissance

Vladimir Astapkovitch/RIA Novosti
La Russie n'a jamais été célèbre pour le vin, étant perçue par beaucoup comme un pays dont la population consomme exclusivement de la vodka. En fait, la production de vin en Russie possède une histoire riche, et elle est liée à des événements historiques majeurs depuis que l'État est devenu le moteur du développement de l'industrie.

Immédiatement après être monté sur le trône en 1613, Mikhaïl, le premier souverain de la dynastie Romanov, ordonna de créer « un jardin de la cour du tsar ». Jusque-là, le pays ne produisait pas de raisin pour faire du vin, ce breuvage étant importé depuis des siècles de l'étranger. Le « jardin » était en fait la première plantation de raisins en Russie, située dans un monastère de la ville d'Astrakhan, sur le delta de la Volga, à environ 1500 kilomètres au sud de Moscou.

Astrakhan.

Plus tard, un expert jardinier d'une principauté allemande fut invité à moderniser la culture de la vigne en Russie et, au milieu des années 1650, le successeur de Mikhaïl, le tsar Alexeï, buvait déjà le premier vin russe fabriqué à Astrakhan. À peu près à cette époque, les vignes ont commencé à être cultivées sur la rivière Don, également dans le sud.

Nouvelles conquêtes

La production de vin en Russie a été stimulée par de nouvelles conquêtes. Sous la domination de Pierre le Grand au début du XVIIIe siècle, les terres du sud situées le long de la côte de la mer d'Azov ont été pacifiées et le tsar a repoussé les frontières de la Russie plus loin dans la région du Caucase.

Pierre le Grand.

Tous ces endroits étaient favorables à la culture du raisin. La région la plus importante pour la vinification, encore célèbre aujourd'hui, a été prise par la Russie plus tard durant ce siècle. Dans les années 1780, Catherine la Grande a vaincu les Turcs et a assuré son contrôle sur la Crimée et les terres qu'elle a appelées Novorossia (« Nouvelle Russie », qui comprenait la région contemporaine de Krasnodar et une grande partie de l'Ukraine orientale moderne).

Moderniser la production de vin de Crimée

Le développement de l'industrie vinicole dans ces nouvelles régions de l'Empire russe est principalement lié à deux hommes. Le premier est le comte Mikhaïl Vorontsov, gouverneur de Novorossia pendant plus de trois décennies (1822-1854). Il a supervisé l'apparition de la première école de vinification de Crimée, dont le personnel comprenait les premiers spécialistes de la fortification de vins de dessert avec de l'alcool rectifié, accélérant ainsi le processus de maturation du vin et améliorant ses qualités.

Mikhaïl Vorontsov.

À la fin du XIXe siècle, la famille impériale achète à ses héritiers une partie des biens des Vorontsov et Leo Galitzine devient le nouveau responsable de l'innovation viticole sur les terres des Romanov. Avec l'aide d'un géologue, il a trouvé sur la rive sud de la Crimée un lieu ayant une température constante de 12-14 degrés Celsius. Galitzine a construit une gigantesque cave avec sept tunnels de longue distance pouvant contenir 250 000 décilitres de vin en barriques, ainsi qu'un million de bouteilles. La cave fait depuis partie du célèbre vignoble Massandra.

Production professionnelle de vins mousseux dans la petite ville de Novyi Svet.

Galitzine est souvent qualifié de père fondateur de la vinification commerciale en Russie. En plus de la cave Massandra, il a mis en place la première production professionnelle de vins mousseux dans la petite ville de Novyi Svet, son propre domaine en Crimée. Galitzine a également fait beaucoup pour développer des vignobles à Abrau-Durso, près du port de Novorossiïsk sur la mer Noire.

Vin fin pour les gens du commun

Galitzine estimait que son but était de favoriser une culture par laquelle « les gens ordinaires boiraient du bon vin, et ne s'empoisonneraient pas avec de la piquette ». Cela prendrait du temps, cependant. La production de masse de vin de qualité a pris de l'ampleur sous le régime soviétique seulement, dans les années 1930 à l'époque de Staline.

Lorsque les bolcheviks se sont emparés du pouvoir en 1917, ils ont décidé de maintenir l'interdiction du gouvernement impérial établie en 1914 pendant la guerre, qui proscrivait la production et la consommation de toutes les boissons alcoolisées jusqu'en 1923. L'approche de l'alcool a alors radicalement changé.

Sovietskoïe champanskoïe.

Le gouvernement soviétique n'a mis en place une politique visant à stimuler la production de vins pétillants, de dessert et de table qu'en 1936. Le vin mousseux soviétiques ressemblait à du champagne (appelé champanskoïe en russe), boisson qui a des associations avec la classe supérieure.

Le gouvernement soviétique voulait envoyer un message indiquant que la boisson préférée de l'aristocratie européenne était abordable pour le peuple soviétique de base. Bon marché, rapide à produire et de qualité raisonnable, les Soviétiques croyaient avoir accompli la tâche. En 1937, la production officielle de Sovietskoïe champanskoïe a commencé, et était réalisée en utilisant une technologie avancée, nouvellement développée.

Le Champanskoïe soviétique devient une marque

Anton Frolov-Bagreïev, qui a débuté sa carrière au domaine Abrau-Durso sous Golitzine, a été le cerveau de la nouvelle méthode. Le Sovietskoïe champanskoïe est rapidement devenu populaire, et dans les années 1950, la technologie a été perfectionnée. Plus tard, une licence pour la méthode soviétique de production de vin mousseux fut même achetée par Moët et Chandon.

Les vins de marque étaient également appréciés en URSS, et leur production a augmenté de façon spectaculaire à la fin des années 1930. Les vins de dessert de marque tels que Oulybka (sourire) et Tchiornie glaza (yeux noirs) ont été produits pendant des décennies et ont conquis le cœur des consommateurs.

Cependant, le développement de l'industrie vinicole russe a connu un coup d'arrêt dans la seconde moitié des années 1980. Pendant la campagne de prohibition de Gorbatchev, des vignobles entiers ont été détruits et l'industrie a grandement souffert. Elle s'est quelque peu récupérée après son départ du pouvoir et en 2014, la Russie s'est classée au 11ème rang mondial pour la quantité de terres cultivées dans la production de vin.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer