Orient sauvage: comment l’Empire russe s’inclina devant un peuple nomade

Louis Choris/Wikipedia
Imaginez un affrontement militaire entre une superpuissance du XVIIIe siècle et un groupe d'éleveurs de rennes et de pêcheurs dont les armes étaient en os... qui soutiendriez-vous? Eh bien, ne parlez pas trop vite! L'Empire russe a tenté de vaincre le peuple Tchouktche et contre toute attente a perdu.

Il existe en Russie une région en Extrême-Orient appelée la Tchoukotka. Située sur la péninsule des Tchouktches, sur les rives de la mer des Tchouktches, c’est (sans surprise) le peuple Tchouktche qui y vit. Peuple indigène de ces terres, ils parlent la langue tchouktche et jouissent d'une relation étroite avec la nature - historiquement, ils ont aussi la réputation d’être des guerriers redoutables. L'Empire russe l’a appris à ses dépens.

Extension impériale

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, l'Empire russe s’étendait vers l'est vers en direction de l’océan Pacifique. Beaucoup de peuples indigènes ont été enveloppés par cette expansion - ils ont souvent dû montrer leur loyauté aux dirigeants russes et payer le yassak, un droit de péage spécial que l’on payait en fourrure. En contrepartie, la Russie leur fournissait des instruments en fer, des armes à feu et d'autres équipements utiles.

Éleveurs et pêcheurs

La plupart des autochtones ont accepté les conditions, mais certains les ont rejetées. Les Tchouktches étaient parmi ces derniers. Ils ont refusé de payer le yassak et malgré le fait qu’ils possédaient seulement des armes de base en bois, en os et en pierre, ils étaient déterminés à lutter contre l'Empire. Les Tchouktches étaient un groupe de tribus nomades qui comptait environ 9 000 membres, principalement composé d’éleveurs de rennes et de pêcheurs – sur le papier, ils n'étaient pas à la hauteur face à des soldats bien préparés munis d’armes de pointe.

Lire aussi : Éleveurs de rennes, une vie à la poursuite des animaux

Peuple têtu

La Russie a d'abord essayé de convaincre les Tchouktches de payer le yassak en envoyant un ambassadeur sur leurs terres en 1711, mais sans succès. Ils n'étaient pas prêts à se soumettre – c’était des gens fiers de leur identité, de leur culture et de leurs traditions, se qualifiant de Luoravetlans, signifiant « les seules vraies personnes ».

Au début du XVIIIe siècle, la Russie avait déjà mis en place plusieurs avant-postes en Tchoukotka, y compris la colonie fortifiée d’Anadyrsk (ne la confondez pas avec l’Anadyr moderne, à 6000 km à l'est de Moscou). Mais ils convoitaient de nouveaux territoires et la patience de l'Empire était à bout. En 1727, l'impératrice Catherine a lancé une campagne pour affirmer son règne sur l'Extrême-Orient et ses habitants récalcitrants.

Premiers chocs

Le tout premier raid russe fut un énorme succès : environ 450 personnes (russes et leurs alliés natifs loyaux) ont tué environ 800 guerriers tchouktches, ne subissant que de légères pertes en retour. Ce n'était pas une surprise: les flèches et les lances ne faisaient pas le poids contre les fusils et les canons.
Mais ce n’était que le début d'une longue et épuisante guerre que la Russie n'a pas réussi à gagner. Après que les Tchouktches ont subi leur première défaite, ils ont changé de tactique en évitant les chocs frontaux et optèrent pour la tactique consistant à attaquer les villages russes par petits groupes avec beaucoup de succès, avant de se disperser dans la toundra. Ils se battaient sur leur propre terrain, et c'était une guérilla efficace.

Lire aussi : Extrême-Orient russe: comment la Russie a t-elle conquis cet immense territoire?

L'impasse

Malgré toute leur expérience militaire et leur domination technologique, les Russes ne purent s'adapter à la lutte contre la Tchouktches dans la nature. Les indigènes utilisaient leur connaissance du paysage et se déplaçaient rapidement, ne restant jamais à un endroit assez longtemps pour permettre aux Russes d'infliger des dommages à leurs camps.

En 1742, l'impératrice Elisabeth ordonna à ses soldats « d'éliminer tous les Tchouktches non pacifiques ». Dmitri Pavlioutski, le gouverneur local connu pour ses batailles couronnées de succès contre le Tchouktches et son caractère impitoyable, a organisé une série de raids. Cela n'a pas fonctionné - en 1747 son régiment a été piégé et Pavlioutski a été tué.

Faites du commerce, pas la guerre

En 1764, le Sénat a décidé d'arrêter la guerre car cette approche était manifestement trop chère et stérile. La colonie d’Anadyrsk a été incendiée par les Russes eux-mêmes alors qu'ils se retiraient vers l'Ouest, mettant fin à leurs tentatives de conquête des Tchouktches.

Lire aussi : Comment la Sibérie est devenue russe

Étonnamment, la conquête économique a été beaucoup plus efficace. La Russie vendit peu après un vaste éventail de marchandises aux nomades, qui étaient impressionnés par ce que l'Empire avait à offrir. Ceci mit rapidement fin aux turbulences de la guerre. Les Tchouktches et les Russes sont devenus de solides partenaires commerciaux.

En 1779, Catherine II a officiellement proclamé tous les Tchouktches citoyens de la Russie – même si beaucoup d'entre eux ne savaient probablement rien à ce sujet. Quoi qu’il en soit, le statu quo nouvellement formé satisfaisait tout le monde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer