Cinq faits peu connus sur le caviar noir

Legion Media
Le sommelier Alexandre Dmitriev, travaillant au bar à caviar de l'hôtel Belmond Grand Hotel Europe de Saint-Pétersbourg, nous raconte pourquoi le caviar est si cher et pourquoi on l'envoie dans l'espace.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Alexander Dmitriev

Le processus de production est très long et complexe

Le caviar noir est la denrée la plus célèbre et la plus fine de Russie. C'est également le produit le plus rare : depuis 2007, la pêche de l'esturgeon sauvage est totalement interdite en Russie.

L'élevage d'esturgeons est un processus très coûteux. Lorsque les bancs de poissons se reproduisaient à l'embouchure de la Volga, dans les années 1980-1990, on pouvait les pêcher avec un minimum d'efforts. La mer Caspienne en était aussi très peuplée. 

Aujourd'hui, des fermes élèvent littéralement les jeunes poissons à partir d'œufs, et ce, jusqu'à l'âge de frai, ce qui prend plusieurs années : ainsi, le sterlet, le plus petit type d'esturgeon, fraie à l'âge de 3 ou 4 ans, l'esturgeon à 8 ans, et le béluga entre 15 et 20 ans. 

On le déguste mieux à la main

Voici la méthode de dégustation que l'on utilisait autrefois : prenez une petite quantité de caviar et placez-la directement sur votre main, sur la zone entre votre pouce et votre index. C'est ce que les marchands avaient l'habitude de faire avant de conclure une affaire. Ils avaient en général une unique cuillère en nacre ou en argent pour tous, et présentaient le caviar pour que tout le monde puisse le goûter. Ils pensaient qu'on ne pouvait réellement savourer le caviar qu'en le mangeant à même la peau. Et il faut toujours attendre un peu, car le caviar est toujours servi frais, mais son goût s'apprécie mieux à température ambiante. 

>>> Trois plats russes encore plus savoureux avec du caviar rouge

On trouve du caviar dans les rations des cosmonautes

Le caviar le moins cher est le caviar pressé. Dès que l'Homme a su faire du caviar, il a compris que sa durée de conservation était courte. On le plaçait donc dans un tonneau avec une solution saline chaude, puis on le pressait ; ce processus saturait le caviar de sel, et en éliminait toute humidité.

Il existe d'ailleurs une théorie qui dit que le mot païoussnaïa, qui désigne le caviar pressé, vient du mot russe poïas, qui signifie « ceinture ». Les haleurs de bateaux de la Volga, dont le travail était très difficile, accrochaient, il est vrai, du caviar à leur ceinture pour pouvoir manger un morceau, et travailler longtemps sans faire de pause. Le caviar noir est très nourrissant, et contient un taux élevé de protéines et une grande quantité de vitamines. C'est pour cette raison que depuis l'époque soviétique, on trouve du caviar noir dans les rations des cosmonautes. Cependant, si vous n'avez jamais goûté au caviar, il n'est pas recommandé de commencer par du caviar pressé, car sa saveur est assez particulière.

La vodka n'est pas le meilleur accompagnement pour le caviar

En URSS, la combinaison caviar-vodka était très courante. Jusque dans les années 1930, on consommait le caviar avec du distillat de céréales (c'est-à-dire du whisky non vieilli) ou du « vin de pain à moitié brûlé » appelé polougar, une vodka de qualité inférieure.

Il y a deux façons de faire : la méthode classique consiste à boire le distillat puis à manger du caviar noir, mais il est aussi possible de d'abord manger le caviar, avant de faire passer l'arrière-goût avec 25 grammes de distillat en une seule gorgée. Plus la saveur du caviar est douce, plus celle de la boisson doit l'être. Par exemple, je servirais du distillat de blé pour le sterlet, car c'est le plus doux ; on peut servir du distillat de seigle pour l'esturgeon, et le caviar salé se marie bien avec le distillat d'orge.

Le champagne peut lui aussi servir d’accompagnement : il contient du sucre, qui se combine toujours bien avec le caviar. L'acidité élevée du champagne va bien avec la texture grasse du caviar, et on dit que la sensation des œufs qui éclatent est la même que celle des bulles qui pétillent. C'est aussi une question d'idéologie : le champagne est en effet considéré comme un produit de luxe, tout comme le caviar noir.

>>> Huit choses qui ne manqueront pas de charmer les étrangers en Russie

Son import et son export sont soumis à une réglementation stricte

D'après la législation russe, une personne peut emmener jusqu'à 250 grammes de caviar noir hors de Russie. Cependant, les normes du pays d'arrivée peuvent différer des normes d'export russes. Ainsi, les douanes américaines n'autorisent pas plus de 125 grammes de caviar noir par personne. Les mêmes restrictions s'appliquent également à l'importation de caviar noir dans l'Union européenne. Pour éviter que les services de sécurité de l'aéroport ne vous prennent votre caviar, n'en transportez pas dans votre bagage à main.

Dans cet autre article, nous vous partagions de précieux conseils pour choisir et manger votre caviar.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies