L’usine de Schneider Electric ferme ses portes à Ekaterinbourg

Dans une usine de Schneider Electric en Russie.

Dans une usine de Schneider Electric en Russie.

Andrey Pronin/TASS
Le français Schneider Electric a officiellement annoncé la fermeture de son usine à Ekaterinbourg (région de Sverdlovsk, dans l’Oural) en 2017. La direction du groupe a dû s’y résoudre à cause de la baisse de la production.

L’usine Schneider Electric Ural (fabricant d’équipements électriques) à Ekaterinbourg cesserait son activité à la mi-2017, a annoncé le service de presse du groupe.

« Le volume de production de l’usine Schneider Electric Ural se contracte à cause de la baisse de la demande en équipements pour les réseaux électriques. Régulièrement, les indicateurs de l’usine ne sont pas atteints, malgré toutes les mesures d’optimisation et frais engagés », a expliqué le service de presse.

103 employés de l’usine seront touchés par cette fermeture. Ils se verront proposer un reclassement dans d’autres sites russes du groupe.

« La région de Sverdlovsk accueille un centre logistique du groupe et des centres de compétences dans les principales universités de la région, le bureau du groupe à Ekaterinbourg accueille un centre d’ingénierie et plusieurs partenaires locaux fabriquent des produits sous la licence de Schneider Electric. Ils ne seront pas concernés par les changements », précise Schneider Electric.

Oleg Mochkarev, vice-président du comité des projets d’infrastructure chez Business Russia, estime que le géant français ne pouvait rivaliser avec les fabricants locaux qui proposent des produits équivalents à des prix plus faibles. « Par ailleurs, Rosseti (opérateur de réseaux énergétiques en Russie, ndlr) a réduit ses programmes d’investissement. Ainsi, Schneider Electric a compris qu’il ne parviendrait pas à réaliser les bénéfices anticipés et a décidé de fermer la production à Ekaterinbourg », estime l’expert.

Schneider Electric compte actuellement six usines, trois centres logistiques et des centres techniques et d’ingénierie en Russie. Le groupe a investi près d’un milliard d’euros dans ses usines en Russie.

L’usine Schneider Electric Ural a lancé son activité à Ekaterinbourg en été 2015 au sein de l’Usine électromécanique de Sverdlovsk. Le groupe français Schneider Electric y a transféré ses équipements moyenne tension depuis son usine de Kazan (Tatarstan). Cette décision devait permettre au groupe de réduire considérablement ses frais de location de surfaces de production et de logistique.

Source : Kommersant

Lire aussi : 

Malgré les difficultés économiques Orange Business Services n’a pas perdu un seul client

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.