De Saint-Pétersbourg à Paris : des jeunes à vélo au nom de l’amitié en Europe

Service de presse

A la mi-juillet, un groupe de jeunes Européens de différentes nationalités se sont mis en route. Devant eux, un objectif ambitieux – parcourir quelque 2.600 kilomètres à vélo à travers huit pays européens en un peu moins de trois semaines pour relier Saint-Pétersbourg à Paris.

Baptisé Greater Europe Bike (GEB), ce projet a été lancé par des membres de l’Association des jeunes pour une Grande Europe qui œuvre depuis 2012 afin de promouvoir le dialogue et la coopération entre les différents pays du continent européen en solidarisant leur jeunesse. Ce sont précisément ces valeurs que défend le GEB.

Oscar Boy et Vlada Peshkov à Saint-Pétersbourg. Crédit : GEB

Comme l’explique à RBTH l’initiatrice et chef du projet, l’Ukrainienne Inna Chelyadina, la motivation de la création du projet était simple – « créer une initiative capable d’unir des jeunes de l’Union européenne et des pays de l’espace postsoviétique ».

« Nous avons été inspirés par l'Orchestre d’une Grande Europe pour la Paix (initiative mise en place les 27–28 août 2015, ndlr) où les jeunes étaient unis par la musique. Nous, nous avons choisi le vélo comme symbole de l’amitié, des valeurs communes et de la mobilité », relate Inga.

Les membres initiaux de l’équipe GEB se sont rencontrés lors du forum annuel de l’Association « Rencontres de la Grande Europe ». Au bout d’une semaine de travail intensif sur le concept, le projet a été soumis au jugement d’une commission d’évaluation professionnelle et a été primé pour sa créativité et son approche pragmatique.

Le choix du trajet ne doit rien au hasard, explique Inga. « Pour nous, Paris et Saint-Pétersbourg sont deux grandes capitales, la première est la capitale culturelle de l’Europe, et la seconde peut être de plein droit qualifiée de capitale culturelle de la Russie », précise-t-elle.  

Compte tenu de la complexité de la tâche, il n’était pas évident de trouver des participants, avoue Inga. Néanmoins, à ce jour le projet réunit neuf personnes de sept nationalités. Unis, ils avancent sur les routes de l’Europe, prouvant que les difficultés et les obstacles sont surmontables tant que la bonne volonté existe.

Vlada Peshkov, particpante

Née à Nijni Novgorod, en Russie, j’ai déménagé à Aix en Provence, en France, à l’âge de sept ans. Plus de la moitié de ma vie s’est écoulée dans le sud de la France mais je n’ai jamais oublié mon pays de naissance et ses beaux paysages. J’y retourne encore régulièrement. Depuis un an je fais mes études d’architecture à Bruxelles. Je suis en quelque sorte une enfant du monde. J’aime voyager et me confronter à de nouvelles cultures.nn         Il y a exactement un an, j’ai pris part au forum de Youth Association for a Greater Europe où j’ai rencontré des personnes formidables, venant de nombreux pays. Avec cinq d’entre elles, nos idées pour la création d’un projet pour une meilleure Europe coïncidaient : promouvoir la paix dans le monde, casser les stéréotypes, faire des nouvelles rencontres avec des personnes de différentes nationalités, partager nos cultures tout en faisant du sport et découvrant de nouveaux pays! Greater Europe Bikes est donc né d’amitié, de partage, d’amour pour la découverte d’horizons inconnus et bien évidemment, pour le vélo!nn         Afin de garantir une sécurité optimale à nos futurs participants, Oscar Boy, l’un des organisateurs du projet, et moi-même, sommes partis à la découverte des routes et des pistes cyclables en Russie, Estonie, Lettonie et Lituanie. Nous avons eu l’occasion de parler à des cyclistes locaux et de filmer notre parcours. Ce voyage était nécessaire à la bonne organisation du projet. Cette fois, nous avons non seulement pu imaginer mais aussi ressentir par nous-mêmes les envies et les besoins de nos futurs participants. Nous avons non seulement envie d’organiser un parcours en vélo mais de le compléter avec différentes activités sportives ou culinaires pour favoriser les moments de partages et de rencontres.n

Lire aussi : 

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.