«Les Russes sont des collègues et des amis très fiables»: une expatriée italienne raconte

Archives personnelles
Chiara Clemente, 27 ans, va et vient entre la Russie et l’Italie depuis plus de trois ans. Selon elle, les Russes sont des collègues et des amis formidables qui n'ont rien à voir avec la façon dont ils sont représentés dans les films.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Je m'appelle Chiara. J'ai 27 ans, je suis née et j'ai grandi à Monza, une ville moyenne près de Milan, mais ma famille vient d'une belle ville du sud de l'Italie appelée Mattinata (dans les Pouilles). J'ai étudié le russe à l'Université de Milan et j'avais vraiment hâte de venir dans ce pays mystérieux et intimidant pour tester ma connaissance de la langue et me perfectionner.

Je travaille ici depuis un peu plus de trois ans. Au début, en 2016, je suis allé à Tcheboksary pendant un an pour enseigner l'italien, mais je suis revenue en Italie et j'y ai travaillé pendant un certain temps. En janvier 2018, je suis retournée en Russie pour poursuivre mes études à l'Université polytechnique Pierre le Grand. Finalement, j’ai trouvé un emploi au bureau de SEMrush à Saint-Pétersbourg, une société internationale d’informatique, où je travaille depuis deux ans maintenant.

L'image que nous avons en Europe de la Russie est généralement celle d'un endroit effrayant et froid qui n'a pas grand-chose à offrir,  peuplé de personnes désœuvrées buvant beaucoup de vodka. Ma famille et mes amis avaient bien sûr peur et pensaient que j'étais un peu folle de vouloir y aller. Mon impression initiale, quand j’ai vu l'aéroport de Tcheboksary, était d’être de retour dans les années 80 ou 90. Mais après une balade en voiture à travers les paysages enneigés de Tchouvachie, j'ai tout aimé, surtout le temps ! (Oui, je sais que c'était l'hiver, mais le froid sec de -33 était très rafraîchissant le matin : c'est certainement ce qui m'a le plus impressionné au début ; aussi parce que c'est ce dont j'avais le plus peur).

>>> Est-il facile de trouver un emploi en Russie en tant qu'étranger?

À propos de mon travail

Chez SEMrush, je travaille dans le département marketing, avec une spécialisation sur le marché italien. Je suis responsable des webinaires et du contenu vidéo. Le travail est formidable, et il y a beaucoup de place pour s’épanouir, trouver sa voie et se développer afin de devenir un meilleur professionnel. C'est ce que j'aime le plus à propos de SEMrush, en plus du fait que l'équipe est pleine de gens incroyables, tant au niveau professionnel que personnel.

C’est quelque chose de complètement différent de mon travail précédent en Italie, où je traduisais et gérais la section e-commerce du marché italien pour une multinationale. Il est difficile de comparer les deux parce que nous parlons de domaines et d'entreprises très différents, mais je dirais que la plus grande différence réside dans le fait que mon emploi précédent était dans une entreprise très verticale, tandis que SEMrush donne plus de liberté aux employés : on leur permet d’apporter quelque chose de nouveau et de le concrétiser.

Différences et similitudes

Les Russes et les Italiens sont très différents dans leur approche du travail, d’après ce que j'ai vécu. Ce qui m'a le plus choqué, c'est que lorsque j'ai commencé à travailler à SEMrush, tous mes collègues étaient plus ou moins de mon âge, voire plus jeunes. En Italie, il est très rare de trouver une grande entreprise comme celle-ci avec une majorité de jeunes employés. Je dirais donc que la Russie est très en avance à cet égard car les jeunes peuvent commencer leur carrière très tôt.

Cependant, il existe également des similitudes, comme le fait qu’il est assez facile de créer des liens avec les collègues, et je pense que les deux grandes puissances commerciales que sont l’Italie et la Russie sont assez similaires : de nombreuses petites et moyennes entreprises tirent parti de ce que le pays a à offrir. En Italie, dans le domaine de la restauration par exemple, nous sommes fiers de nos merveilleux produits et traditions. De son côté, la Russie peut être fière de son excellent service de la clientèle et de ses espaces magnifiquement conçus (les restaurants et les cafés ici sont vraiment bien faits et de grande qualité !).

>>> Un manager italien expatrié dépeint le monde professionnel russe

La langue et la mentalité locale

J'ai beaucoup d’anecdotes à propos d’erreurs comiques commises en essayant de parler russe, qui ont bien fait rire mes collègues ! Une fois, j'ai essayé de parler de « кулич »  (l'équivalent russe du « panettone » italien), mais j'ai dit « кирпич », ce qui signifie « brique » ; je vous laisse imaginer leurs réactions…

J'ai appris que les Russes sont des collègues et des amis de confiance. Je n'ai pas rencontré une seule personne qui n'ait pas essayé de m’aider à me sentir à l'aise, et c'est quelque chose d'extrêmement important lorsque vous êtes loin de chez vous. De plus, travailler avec les Russes est beaucoup plus facile en termes de communication : les Italiens (et les Européens en général) vont essayer de trouver une manière agréable (et très longue !) de vous dire que vous devez modifier quelque chose tandis que les Russes ne vont pas tourner autour du pot et vous diront directement ce qu’il en est. J'apprécie cela, car cela rend tout plus rapide et simple !

Ce qu'un étranger doit savoir

La chose la plus importante est de toujours garder un œil sur la bureaucratie. La Russie, tout comme l'Italie, aime les papiers et la documentation, alors assurez-vous que tous vos papiers sont en règle avant et pendant votre séjour.

Trouver un emploi : si votre entreprise ne veut pas vous faire un permis de travail, ce sera très difficile, surtout si vous ne connaissez pas le russe. Si vous arrivez à trouver une entreprise qui accepte, alors travailler et vivre ici est très agréable. Le coût de la vie est suffisamment bas pour vous permettre de vivre au-dessus de la moyenne (en fonction de votre salaire, bien sûr). Pour les Italiens et les Européens en général, le secteur informatique est un bon choix.

À Saint-Pétersbourg, une communauté des expatriés très vivante

La majorité de mes amis ici sont russes, mais j'ai aussi beaucoup d'amis étrangers, que j’ai rencontrés pour la plupart grâce à mon expérience à l’Université polytechnique Pierre le Grand. Je connais aussi de nombreux Italiens, et je reste en contact avec eux via un groupe Facebook appelé « Italiani a San Pietroburgo » (« Italiens à Saint-Pétersbourg »), où nous échangeons des informations, des conseils sur les endroits où manger une bonne pizza ou acheter des produits italiens. Le fondateur du groupe organise parfois des rencontres.

La communauté des expatriés est très vivante : la ville propose des tonnes d'activités, de clubs et d'événements qui facilitent la socialisation entre les expatriés. Outre les bars, les discothèques et les restaurants, il existe des jeux d'évasion, des musées et d'innombrables clubs (sur les livres, l'art, le cinéma, etc.) auxquels vous pouvez participer même sans connaître le russe.

>>> Existe-t-il des professions «féminines» et «masculines» en Russie?

La Russie a changé ma vie

J’ai découvert que les Russes ne sont pas du tout comme ils sont décrits dans les films, et sont au fond assez similaires aux Italiens ! De plus, je n’aurais pas dû avoir aussi peur du climat – le temps froid peut en fait être très agréable (même si le temps de Saint-Pétersbourg n'est pas idéal pour les promenades au parc, pour être honnête).

Je peux dire sans hésiter que la Russie a changé ma vie. J’ai rencontré en Russie des gens incroyables que je considère comme ma deuxième famille. J'ai trouvé le travail de mes rêves. J'ai découvert une ville merveilleuse qui m'a donné une totale indépendance. Ce sera toujours le pays qui m'a le plus apporté et où j'ai trouvé ma voie, ce que je n'oublierai jamais. D’ailleurs, je me suis fait un tatouage sur le thème russe sur la cheville, alors oublier ce pays n’est même pas envisageable !

Découvrez dans cet autre article sept piliers culturels qui unissent les Russes du monde entier.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies