La Russie, pays d’origine de 20% du gaz naturel liquéfié importé en Europe en 2019

Novatek

Au total, entre 12 et 13 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) russe ont été livrées cette année au Vieux continent. La Russie occupe ainsi 20% de ce marché, contre 13% pour les États-Unis, a précisé à RBC Alexandre Novak, ministre russe de l'Énergie.

Il s’agit là de chiffres en forte croissance, puisque l’an dernier, la Russie n’avait exporté que 4,43 millions de tonnes de cette denrée (et 0,15 en 2017). Le pays, qui se trouvait en 2018 en quatrième position des fournisseurs de l’Europe, derrière le Qatar (16,42 millions de tonnes), l’Algérie (9,29 millions) et le Nigeria (9,07 millions), et devant les USA (2,7 millions), pourrait ainsi avoir amélioré sa position dans ce classement.

Par ailleurs, l’ensemble de ces approvisionnements russes s’avère être assuré par l’usine Yamal LNG, située dans l’Arctique et dont le français Total détient 20% des actions. Le site, ayant produit en 2019 quelque 17,2 millions de tonnes de GNL, a ainsi expédié 81% de ce total en Europe.

L’usine Yamal LNG

Il est également intéressant de souligner qu’à cet égard la France serait en 2019 le principal acheteur de cette marchandise russe en Europe, avec 4,7 millions de tonnes, avance Maria Belova, analyste chez Vygon Consulting, citée par RBC.

En outre, cet essor de la consommation européenne de gaz naturel liquéfié semble ne pas se faire au détriment de celle du gaz fourni par pipeline, puisque les exportations du géant russe Gazprom vers ce marché n’ont baissé que de 0,1% cette année (pour atteindre 188,1 milliards de mètres cubes), et ont même connu une forte hausse vers des pays tels que l’Hexagone et les Pays-Bas, qui ont enregistré une croissance respective de 9,1% et 36,9% de leur demande.

Mise à jour: cet article a subi une modification ultérieure à sa publication.

Dans cet autre article, nous vous présentons le secteur énergétique russe en quatre questions-réponses.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies