La centrale nucléaire flottante de Russie entre en service dans le Grand Nord

Pavel Lvov/Sputnik

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L’Akademik Lomonossov, première centrale nucléaire flottante au monde, a aujourd’hui été mise en marche dans l’Arctique russe, a annoncé sur son site Rosenergoatom, opérateur de la structure.

Basée dans le port de Pevek (5 550 kilomètres de Moscou), en Tchoukotka, région isolée de l’extrême Nord-Est du pays, elle a ainsi permis, au sein d’un réseau isolé pour le moment, d’illuminer le sapin de Noël de la ville. Qualifiant cet événement d’« historique », l’entreprise précise par ailleurs que c’est en 2020 que devrait débuter la pleine exploitation industrielle de la centrale.

À terme, elle est en effet vouée à remplacer la puissance des centrales voisines de Bilibino (nucléaire) et de Tchaoun (charbon), et deviendra par la même occasion la centrale nucléaire la plus septentrionale du monde.

Conçue pour résister aux menaces extérieures, telles que des tsunamis, elle est dotée de deux réacteurs KLT-40S, d’une capacité pouvant atteindre les 70 mégawatts d’électricité et 50 gigacalories par heure d’énergie thermique, soit suffisamment pour approvisionner une ville de 100 000 habitants.

Pour rappel, après avoir vu sa construction débuter en 2007 à Saint-Pétersbourg et son coût s’élever à 194 millions d’euros, la centrale avait en 2018 entrepris de longer le littoral arctique de la Russie pour rejoindre son port d’attache.

Dans cet autre article, nous répondions aux craintes suscitées par cette centrale nucléaire unique en son genre.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies