La Russie se fixe l’objectif de s’emparer de 40% du marché mondial du gaz naturel liquéfié

Getty Images

La Russie ambitionne de produire et d’exporter, à l’horizon 2035, 100-140 millions de tonnes annuelles de gaz naturel liquéfié (GNL), soit 40% du marché, a annoncé son ministre de l’Économie, Alexandre Novak, à l’occasion du Forum international de l’Arctique, inauguré mardi à Saint-Pétersbourg. 

« D’ici 2035, la demande en GNL dans le monde s’élèvera à 300-350 millions de tonnes. La Russie a toutes les possibilités pour occuper environ 40% de cette niche. Cela exigera d’immenses investissements et créera une sérieuse commande pour l’industrie et la science nationales », a-t-il en effet déclaré.

>>> La Russie double les États-Unis dans les exportations vers l'Europe de gaz naturel liquéfié

Selon lui, la croissance de la consommation de ce carburant est aujourd’hui bien plus importante que celles des autres types d’énergies à travers le monde. En une décennie, la demande internationale aurait en effet crû de 40% et si le nombre de pays importateurs était alors de huit, il se porte aujourd’hui à 42, les nations de l’Asie de l’Est en étant les plus gourmandes.

Le ministre a par ailleurs souligné le rôle crucial de l’essor de la Route maritime du Nord dans le développement de ce secteur en Russie, puisqu’elle facilitera les exportations de cette marchandise produite aujourd’hui principalement dans le Grand Nord.

Les brise-glaces sont justement des acteurs incontournables de cette voie maritime arctique. Dans cet autre article, nous vous présentons donc les plus célèbres des navires à propulsion nucléaire de ce type du pays.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies