Production d’armes: la Russie pour la première fois au deuxième rang mondial

Reuters

Pour la première fois depuis 2002 (date à laquelle elle a été intégrée à cette étude), la Russie figure au second rang du classement des pays pour le volume des ventes d’armes sur le marché intérieur et extérieur, informe l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm dans son récent rapport concernant les 100 plus grandes entreprises mondiales de production d’armes et de services à caractère militaire pour l’année 2017.

En effet, si les États-Unis semblent indétrônables dans ce secteur, représentant à eux seuls 57% des ventes mondiales (57,9 l’année précédente, en 2016), la Russie grimpe sur la deuxième marche du podium, avec un taux de 9,5% (7,1 en 2016), doublant ainsi le Royaume-Uni, dont l’indicateur s’élève à 9% (9,6 en 2016). La France se place quant à elle en quatrième position, avec un résultat de 5,3% (5 en 2016). L’Hexagone enregistre cependant la plus forte croissance (11%) du classement sur la période 2016-2017, devant l’Allemagne (10%) et la Russie (8,5%).

Lire aussi : Le quatrième sous-marin furtif russe remis à l’Algérie (presse)

Par ailleurs, si sur ces 100 compagnies 42 s’avèrent basées sur le territoire américain, 10 sont russes (dont les plus importantes sont Almaz-Antei, la Compagnie aéronautique unifiée et la Compagnie unifiée de construction navale), 7 britanniques, et 6 françaises.

Il est en outre intéressant de constater que depuis 2002, le volume des ventes des 100 plus importantes sociétés mondiales dans ce domaine a crû de 44%, pour atteindre 398,2 milliards de dollars.

À noter que par manque de données suffisamment précises, la Chine n’est pas prise en considération dans cette étude. Les estimations mentionnent toutefois la probabilité qu’une dizaine de sociétés chinoises auraient pu figurer dans ce top 100.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment la Russie est devenue l’un des plus importants exportateurs d’armes au monde.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies