Le fabricant de matériel agricole français Kuhn Group s’établit sur les terres noires de Russie

Service de presse
L’année dernière, la filiale russe de la compagnie française Kuhn Group a acquis en Russie 19 hectares de terres pour la construction de son site central dans la région, sa douzième usine d'assemblage de matériel agricole. En dépit du fait que le coup d’envoi du chantier ne soit prévu que pour le printemps 2019, la société a d’ores et déjà réalisé un important travail préparatoire de localisation.

Voilà déjà un an que sur le territoire de l’Université agricole de Voronej (467 kilomètres au sud de Moscou) est opérationnel un site spécialement équipé, au sein duquel se tiennent des machines agricoles de la marque Kuhn, ainsi que des pièces détachées, des armatures de charrues, etc. Ici, les futurs ingénieurs se familiarisent avec le matériel agricole moderne. Après leurs études, ils se feront une place dans le secteur, où ils seront à nouveau confrontés à la production de Kuhn, le groupe s’étant solidement établi sur le marché russe : à ce jour, son réseau de points de vente comprend 40 sociétés et son chiffre d’affaires pour l’année 2017 s’est élevé à 30 millions d’euros.

« J’ai moi-même étudié à l’Université agricole de Voronej, j’ai eu à travailler avec de vieux tracteurs et semoirs », se remémore Iouri Soloviev, directeur du service après-vente de la compagnie Kuhn Vostok, filiale du groupe pour la Russie. Le partenariat avec la société française a ainsi permis à l’université de moderniser son parc d’engins de formation.

Naissance du projet

Soloviev travaille au sein de Kuhn Group depuis l’apparition de sa filiale en Russie, soit depuis 10 ans. « Les premiers engins agricoles de fabrication française, y compris ceux de la marque Kuhn, ont été importés en Russie durant l’URSS, précise-t-il. Dans les années 1990, Kuhn Group agissait ainsi par le biais de partenaires, mais en 2008, pour réagir efficacement aux exigences des clients, l’entreprise a pris la décision de créer sa filiale orientale : Kuhn Vostok ».

Lire aussi : Agriculture: quelles perspectives économiques unissent la France et la Russie?

S’orientant vers les demandes du marché pour les engins agricoles de gros gabarit, les Français ont par conséquent décidé d’ériger dans le pays un site d'assemblage, au sein duquel se trouveront également un large stock de pièces détachées et un centre de formation. La recherche du lieu pour la construction d’un tel site industriel a été menée en examinant avec attention les zones économiques particulières de la province russe. « À part la région de Voronej, la compagnie a étudié un site dans celles de Lipetsk et d’Orel, et des discussions ont eu lieu au sujet de la région de Moscou, où, tout près de l’aéroport Domodedovo, sur l’autoroute M4, est établi notre partenaire, la compagnie américaine John Deere, éclaircit Soloviev. En 2012, le choix s’est définitivement arrêté sur Voronej et nous avons obtenu le soutien officiel du gouverneur ».

Début de réalisation

Pour la région de Voronej, qui s’impose dans le pays comme une importante région agricole, le projet de Kuhn Vostok est indubitablement significatif, et peut donc prétendre à un soutien de l’État après la première étape de réalisation.

En 2017, Kuhn Vostok a annoncé l’acquisition de 19 hectares près de l’aéroport de Voronej, avec un accès à l’autoroute M4. « Notre parcelle est déjà approvisionnée en eau et en gaz, note Soloviev, présentant un modèle 3D de la future usine. Pour ce qui est de l’électricité, pour l’instant elle est en quantité insuffisante et nous avons demandé à ce que l’on soit raccordés à une ligne plus puissante ».

Lire aussi : La Russie, prochain acteur de poids sur l’échiquier mondial de l’industrie fromagère?

Site d'assemblage de Saverne (Bas-Rhin), siège de Kuhn Group

Pour la première étape de réalisation du projet, Kuhn Group ambitionne de construire un bâtiment d’une surface de 12 500m², puis d’y ajouter un autre de 8 ou 9 000m². « La réalisation de la deuxième étape dépend de si l’on atteint les chiffres prédéfinis. Notre but [celui de la filiale Kuhn Vostok] est un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros d’ici 2020 », affirme Soloviev.

Premiers pas pour la localisation

En dépit du fait que le début du chantier ne soit prévu que pour le printemps prochain, la compagnie œuvre d’ores et déjà à l’aménagement du site et à la préparation du personnel. Par ailleurs, Kuhn Group mène depuis déjà plusieurs années un processus de recherche de fournisseurs fiables, tant dans les alentours de Voronej que dans d’autres régions russes. « Actuellement il est important pour nous de localiser la production et l’assemblage des engins élaborés spécialement pour le marché de Russie », assure Soloviev.

Les premiers partenaires dans cette optique ont déjà été trouvés. En 2016, en parallèle avec le début de l’assemblage d’entrainement de semoirs tractés, avec lesquels fonctionnent parfaitement les tracteurs russes MTZ, la compagnie a lancé avec l’un des plus grands fabricants de matériel agricole de la région des négociations, à propos desquelles la compagnie n’a pas encore divulgué d’informations détaillées.

Lire aussi : Le président de la CCI France Russie: «La Russie reste un pays dans lequel il faut investir»

Toutefois, Russia Beyond est parvenu à apprendre qu’une partie des pièces destinées aux semoirs de Kuhn Group et conçues au sein de l’entreprise d’un fournisseur de Voronej, a même rejoint les lignes d’assemblage en France. « En cas de poursuite réussie de notre coopération, notre partenaire livrera des pièces non seulement pour l’usine Kuhn Vostok, mais également pour les autres usines du groupe dans le monde, qui assemblent des engins tant pour le marché russe que celui des autres pays de la CEI », a commenté la compagnie.

Main dans la main avec les établissements d’enseignement supérieur

Le site d'assemblage de Kuhn Vostok promet de créer dans la région près de 50 emplois, et la compagnie établit actuellement des liens avec les établissements d’enseignement supérieur de Voronej, dont les diplômés pourront intégrer ses lignes d’assemblages ou son dépôt de pièces détachées.

En dehors de son partenariat avec l’Université agricole de Voronej, avec laquelle Kuhn Vostok compte créer des programmes conjoints de formation et éditer des ouvrages spécialisés dans le matériel du groupe, ce dernier conduit des négociations avec les diplômés de l’Institut technologique local. « Ces spécialistes seront également nécessaires dans notre entreprise, explique Soloviev. Ils pourront être en charge des processus techniques, de la soudure, des convoyeurs ».

Lire aussi : La Russie exporte plus de nourriture que d’armements

Pour le moment, les étudiants de Voronej jouissent de la possibilité d’effectuer au sein de la compagnie un stage pratique et de gagner un peu d’argent en y travaillant sous contrat. « Nous regardons qui travaille comment, en ayant l’avenir dans le viseur », avance Soloviev.

Le 17 septembre, Kuhn Vostok rencontrera le gouvernement de la région dans le but de faire appel aux dirigeants des organes étatiques au niveau fédéral, mais avant cela la compagnie doit nécessairement signer un accord avec l’organisation en projet. C’est directement de cela que dépendra la vitesse avec laquelle les automobilistes circulant sur la M4 pourront apercevoir le site principal d'assemblage russe du groupe Kuhn.

Dans cette autre publication, nous vous dévoilons dix marchandises que la Russie exportecontre toute attente.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies