Ces entrepreneurs russes qui réussissent à l’étranger

Service de presse
En Russie, l'économie se rétablit progressivement: les entrepreneurs russes sont-ils toujours disposés à tenter leur chance à l'étranger?

Selon le Service fédérale des impôts, le nombre de nouveaux entrepreneurs a atteint 336 000 en 2017 en Russie, soit une augmentation de 16 000 par rapport à 2016. Mais qu'en est-il des entreprises russes à l'échelle internationale ? Existent-ils et, si oui, où ?

PME en Europe avec ou sans caractère russe

Les destinations les plus populaires des entrepreneurs russes pour ouvrir un business en Europe sont l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie et la République tchèque, explique à Russia Beyond Pavel Boutenko, directeur du marketing, des ventes directes et du développement de l'innovation chez INTOUCH, une compagnie d'assurance basée à Moscou.

La mise en place d'une entreprise n'est pas simple : il existe de nombreuses exigences, et les taxes sont élevées. Mais cela en vaut la peine car l'Europe offre un niveau de sécurité plus élevé pour la propriété privée et un système commercial plus transparent. « L'ouverture d'une entreprise en Europe peut ne pas toujours garantir d'énormes profits, contrairement à la Russie, mais il y a sûrement moins de risques à craindre », explique Boutenko.

Rien de surprenant à ce qu'une grande partie des entreprises russes à l'étranger soient souvent créée par les Russes qui vivent dans ces pays et soient largement représentées dans la restauration publique et le tourisme. Bien sûr, ces entreprises ont généralement un caractère russe. Par exemple, Konstantin Pinaïev a créé en 2013 une société offrant des visites guidées de Londres pour les personnes russophones.

D’autres entreprises disposent d'un public plus large et s’adressent aux personnes de toutes nationalités. Par exemple, les habitants de Barcelone peuvent se divertir avec un jeu de quête organisé par une société russe. « En Espagne, avec ses règles claires et équitables pour les entreprises, il est plus facile de travailler. En Russie, vous pouvez grimper très vite, mais vous pouvez aussi tout perdre très rapidement. Ici, le développement est lent et stable. L'intérêt et la confiance des clients sont conquis très progressivement », a confié son propriétaire à Russia Beyond.

La crise force à aller de l’avant

Cependant, il n’y a pas que les Russes qui vivent à l'étranger qui soient intéressés par la création d’un business en Europe. Lorsque la crise a éclaté en 2015, de nombreux hommes d'affaires russes ont déménagé ou sérieusement pensé à délocaliser leurs entreprises à l'extérieur du pays. A l’époque, un forum spécial destiné aux hommes d'affaires russes s’est tenu à Berlin sur la façon de créer une entreprise en Europe.

Dans un reportage du quotidien russe RBC de mai dernier, certaines entreprises ont déclaré qu'elles avaient délocalisé la production vers la Chine, l'Inde et l'Europe parce que c’était plus facile et moins coûteux et/ou parce que cela les aidait à entrer sur le marché local. Les conditions locales du marché rendent parfois moins couteuses la production d'un produit particulier à l'étranger, et son exportation ultérieure vers la Russie, ont-ils soutenu.

« Bien sûr, nous aimerions exporter nos produits en provenance de Russie, mais le problème est qu'il est difficile de trouver un soutien ici », a déclaré Evald Aliev, directeur associé de Prodgreen, une société de production de produits alimentaires semi-finis.

Trouver des partenaires

Des coentreprises existent également, mais elles sont souvent représentées par de grandes entreprises ou des sociétés informatiques. Tout ce qui concerne les technologies de pointe a un fort potentiel pour les coentreprises avec des partenaires étrangers, explique Pavel Sigal, vice-président d'Opora Rossii, une association commerciale russe de petites et moyennes entreprises.

« Les investisseurs étrangers peuvent fournir une expertise solide en matière de technologies et attirer des professionnels hautement qualifiés ainsi que de nouvelles technologies dans les coentreprises, a déclaré M. Sigal à Russia Beyond. Cela peut être appliqué dans toutes les sphères, du détail au commerce électronique ».

Un exemple est la solution de cloud personnel Cloudike développée par des professionnels de l'informatique en Russie en 2013. Après avoir reçu un investissement de 1 million de dollars de fonds de capital-risque sud-coréens en 2014 et avoir accepté un partenaire sud-coréen, Sun Ung Lee, les développeurs ont réussi à exporter leur technologie à l'étranger : ils ont mis en place 10 grands projets avec des sociétés étrangères, dont Vodafone Turquie, l’opérateur mobile indonésien Indosat Ooredoo et le fabricant turc d'appareils électroménagers Vestel. Désormais, ils travaillent au Mexique, en Turquie, en Indonésie et en Corée du Sud.

Lire aussi :

Comment la Russie contribue à créer les Boeing et les Airbus

Ouvrir un restaurant à Moscou, comment ça se passe?

Malgré la crise, L'Oréal a investi 36,5 millions d'euros en Russie

Danone envoie 5 000 vaches d’Europe en Sibérie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.