La Russie quitte le Top-5 des plus gros budgets défense

La Russie a commencé à réduire progressivement le poste budgétaire consacré à la défense nationale.

La Russie a commencé à réduire progressivement le poste budgétaire consacré à la défense nationale.

Evgeny Biyatov / RIA Novosti
Cependant, la part du budget défense de la Russie par rapport au PIB reste plus élevée que celle des États-Unis, de la Chine et de l’Europe.

La Russie a quitté le Top-5 des pays réalisant les dépenses les plus élevées en armement, indique un rapport de la compagnie analytique britannique Jane’s Defence Budget pour l’année 2016. Les États-Unis, la Chine et la Grande-Bretagne arrivent en tête du classement. L’Inde est quatrième, devant l’Arabie saoudite et la Russie. Ainsi, la Russie passe en-dessous de la cinquième place pour la première fois depuis les années 1990, informe Financial Times.

Après l’entrée en vigueur des sanctions occidentales et la chute des prix du pétrole, la Russie a commencé à réduire progressivement le poste budgétaire consacré à la défense nationale. Ainsi, en 2016, les dépenses publiques dans la défense ont été fixées à 49,5 milliards d’euros et en 2017 à 43,8 milliards d’euros, indique Alexeï Arbatov, directeur du Centre de sécurité internationale de l’Institut de l’économie mondiale et des relations internationales. « Cela s’explique uniquement par le déficit budgétaire et la crise économique, il n’y a aucune autre raison », estime Arbatov.

En Russie, les dépenses en défense représentent, selon différentes estimations, près de 5% du PIB. Ce chiffre est supérieur à celui des États-Unis (environ 3,1% du PIB), de la Chine et de la plupart des pays européens (2% du PIB et moins). Les seuls pays à dépenser davantage à l’échelle de leurs économies sont l’Arabie saoudite (environ 13%) et Israël (environ 5,5%).

Dans la structure du budget, les dépenses dans le domaine de la défense se sont contractées moins que les autres postes, les réductions étant plus importantes pour les postes sociaux de l’économie russe, ce qui montre les priorités de l’administration du pays, souligne Arbatov. Ainsi, le gouvernement russe a décidé de réduire le financement du poste « Développement des innovations et modernisation de l’économie » (250 milliards de roubles), ainsi que les programmes sociaux « Nouvelle qualité de vie » (90,9 milliards de roubles) et « Développement du réseau de transports » (83,5 milliards de roubles), informait Novaïa Gazeta en octobre 2016.

La Russie réduira les dépenses militaires grâce au rallongement des délais de mise en œuvre de ses différents projets, mais sans les annuler complètement, estime Arbatov. Il précise qu’une partie des dépenses sera redistribuée dans le cadre du nouveau Programme national d’armement 2025, qui viendra remplacer le programme équivalent pour 2020. En outre, « certaines économies sont possibles en matière d’exercices militaires massifs » qui, par le passé, pouvaient réunir jusqu’à 150 000 soldats, estime l’expert.

 

Lire aussi :

Pourquoi la Russie réduit sa production dans la foulée de l’OPEP

Les universités russes font le plein d’étudiants étrangers

Lancement de la production de moteurs électriques haut de gamme en Russie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.