Des mamies d’un village russe se lancent dans la fabrication de caramel pour Lipton

La muse du projet, une mamie du village de Mali Tourich.

La muse du projet, une mamie du village de Mali Tourich.

Service de presse
Des mamies d’un village russe fabriqueront des cuillères de caramel pour la commande du grand groupe international Unilever. Les consommateurs recevront un produit préparé avec amour et des ingrédients naturels, alors que les retraitées russes obtiendront une source de revenus et l’occasion de socialiser.

Cuillères de caramel par des mamies de l’Oural

Gouzel Sanjapova, entrepreneure du village de Mali Tournich, situé dans l’Oural, a signé un contrat de vente de cuillères à café remplies de caramel pour la marque Lipton avec le grand groupe international Unilever, informeInterfax.

Muse du projet, une mamie du village de Mali Tourich.nService de presse<p>Muse du projet, une mamie du village de Mali Tourich.</p>n
Cuill&egrave;res de caramel&nbsp;par des mamies de l&rsquo;Oural.nService de presse<p>Cuill&egrave;res de caramel&nbsp;par des mamies de l&rsquo;Oural.</p>n
 
1/2
 

Des mamies locales participeront à la fabrication : elles recouvriront des herbes et des baies de caramel, puis les consommateurs pourront tremper la cuillère dans leur thé pour lui donner un parfum d’été.

« Mon village est un lieu qui m’est cher : je suis née ici, j’ai travaillé dans un kolkhoze, il y a beaucoup de fraises sauvages et d’autres baies ici, raconte la muse du projet, une mamie du village de Mali Tourich. J’aime beaucoup le miel, depuis mon enfance, je me rappelle comment on en fabriquait dans mon village ».

Il faut préciser que les confiseries savoureuses et saines préparées par les mamies de l’Oural ont été testées avec succès par le laboratoire d’Unilever et un laboratoire national.

« Le premier lot test portera sur 15 000 kits promotionnels Lipton. La boite de Lipton Yellow Label contiendra 100 sachets et 3 cuillères à café, indique Anastasia Lander, responsable des relations publiques chez Unilever Russie à Interfax. Elle précise que les cuillères seront commercialisées dès début novembre.

Nouvelle infrastructure

À l’avenir, l’entrepreneure de l’Oural envisage de construire une usine de caramel dans son village. « Les mamies du village fabriqueront du miel aux baies, des cuillères à café et des bonbons naturels. Nous comptons également lancer la production de dragées- peut-être des sucettes ou du caramel », affirme Gouzel Sanjapova.

Sucettes fabriquées par des mamies de l’Oural. Crédit : Service de presseSucettes fabriquées par des mamies de l’Oural. Crédit : Service de presse

L’expansion de la production permettra de créer de nouveaux emplois dans le village. La nouvelle usine pourra employer 20 personnes, alors que Mali Tournich ne compte que 50 habitants.

La récolte des fonds pour financer le projet est assurée par le biais d’un site Internet de collecte de fonds. La superficie de l’usine s’élèvera à 216 m2. Selon les estimations préliminaires, le coût total de la mise en œuvre du projet s’élève à 88 000 euros, 15 000 euros ont déjà été récoltés.

Un lieu de travail et de rencontres

La construction de l’usine devrait radicalement changer le niveau de vie des villageois. Pour l’entrepreneure, la nouvelle usine« sera un lieu de travail, mais aussi un lieu de rencontres ». Un espace sera aménagé au sein de l’entreprise pour permettre aux habitants locaux d’échanger.

Pour les mamies impliquées dans la production de cuillères à café, la participation au projet est déjà un moyen de socialiser et non seulement une occasion d’obtenir un revenu.

« Il faut travailler, s’occuper et bouger plus, parler aux gens », nous dit la mamie-muse de l’Oural à propos de ses priorités dans la vie. « Le bonheur c’est d’avoir de quoi manger, de quoi s’habiller et de ne pas pleurer. D’être ensemble », voici la sagesse qu’elle partage avec nous.

Lire aussi :

Vendre, donner, échanger : ce que font les Russes de leurs objets inutiles

« Nos t-shirts améliorent l’image des dirigeants russes à l’étranger »

Un cinéma pour redonner de l’espoir aux plus démunis

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.