Les touristes russes font une croix sur la Turquie

Un passager dans le terminal "A" à l'aéroport international Vnukovo de Moscou.

Un passager dans le terminal "A" à l'aéroport international Vnukovo de Moscou.

RIA Novosti/Artem Zhitenev
Les tour-opérateurs russes ont cessé la vente de voyages en Turquie suite à l’incident impliquant l’avion russe Su-24, abattu par l’aviation turque. L’industrie du tourisme russe pourrait perdre jusqu’à 30 millions de dollars dans les trois mois à venir, car la Turquie est actuellement la principale destination étrangère pour les touristes russes.

Les principaux voyagistes russes ont cessé la commercialisation des voyages en Turquie sur les recommandations du ministère des Affaires étrangères et de l’Agence fédérale du tourisme. Les responsables russes ont appelé les touristes à éviter de se rendre en Turquie en raison de la « forte menace terroriste », après que l’aviation turque ait abattu le chasseur russe Su-24 le 24 novembre dernier. Toutefois, la suspension officielle des communications aériennes n’est pas encore à l’ordre du jour.

Il n’existe pas de données précises sur le nombre de Russes se trouvant actuellement en Turquie. Selon les estimations de l'Union russe de l'industrie du tourisme (RST) et l'Association des tour-opérateurs de Russie (ATOR), il s’agit de 10 000 personnes tout au plus. Environ 20% d’entre elles ont changé leurs réservations au profit de la Turquie suite à la suspension de la communication aérienne avec l’Egypte (deuxième destination étrangère la plus populaire auprès des Russes) ce mois-ci en raison de la menace de nouvelles attaques terroristes. L’Agence fédérale russe pour le tourisme Rostourismeestime le nombre de voyageurs à 10 – 20 000 personnes.

La suspension de la vente de voyages en Turquie pourrait entraîner des pertes s’élevant à plusieurs millions de dollars, estime ATOR. « Novembre ne tombe pas en haute saison en Turquie, il est donc prématuré de parler de pertes conséquentes pour la filière. Mais si le conflit s’aggrave et les ventes sont suspendues pour deux à trois mois, l’industrie du tourisme subira des dommages bien plus importants que ceux liés à l’interdiction des vols vers l’Egypte », indique le communiqué d’ATOR.

Les voyagistes russes estiment les pertes potentielles à 30 millions de dollars (28 millions d'euros).

La Russie, deuxième client de la Turquie

En 2014, 3,3 millions de touristes russes se sont rendus en Turquie, plaçant le pays en tête de liste des destinations pour les vacanciers russes, selon les statistiques de Rosstat. Au premier semestre 2015, 1,3 million de personnes ont voyagé en Turquie.

Igor Blinov, représentant d’Onlinetour, estime le coût minimum d’une semaine de vacances en Turquie à 20–30 000 roubles (290–430 euros) par personne. Ainsi, en 2014, le volume du marché du tourisme russe organisé à destination de la Turquie s’élevait à environ 65,57–98,35 milliards de roubles (938 millions –1,4 milliard d'euros).

Pour le tourisme turc, la Russie est le deuxième pourvoyeur de touristes après l’Allemagne (5,4 millions d’Allemands se sont rendus en Turquie en 2014 et 4,4 millions entre janvier et septembre 2015).

Selon le ministère turc du Tourisme, chaque touriste étranger a dépensé 775 dollars (726 euros) en moyenne pour ses vacances en Turquie en 2014 et 709 dollars (664 euros) entre janvier et septembre de cette année. Ainsi, les Russes ont probablement dépensé environ 3,5 milliards de dollars (3,3 milliards d'euros) en Turquie en 2014 et 2,3  milliards de dollars (2,2 milliards d'euros) au cours des neuf premiers mois de cette année.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.