Quel armement pour le porte-avions russe après sa modernisation

Porte-avion russe Amiral Kouznetsov.

Porte-avion russe Amiral Kouznetsov.

RIA Novosti
La réparation de l’unique porte-avions russe va coûter 40 milliards de roubles (650 millions d’euros). Après celle-ci, il ne sera plus un simple porte-avions, et aura en outre la capacité de frapper l’ennemi avec des missiles de croisière Kalibr-NK.

La modernisation verra le remplacement du système de missiles vieillissant Granit dont est équipé l’Amiral Kouznetsov par des systèmes de lancement universels 3S14 qui pourront accueillir, selon le cahier des charges des militaires, des missiles de croisière de type Kalibr-NK, des missiles de croisière supersoniques antinavires Onyx ou les futurs missiles hypersoniques Tsirkon. Les moteurs et l’électronique embarquée du Kouznetsov seront également entièrement remplacés.

« En particulier, le système d’appontage et de décollage sera modernisé, de façon à assurer la sécurité des chasseurs embarqués », déclare une source de l’agence TASS.

Le groupe aéronaval embarqué restera composé de chasseurs MiG-29K/KUB et Su-33.

En fin d’année dernière, le groupe aéronaval de l’Amiral Kouznetsov avait perdu deux chasseurs à l’appontage de retour de mission en Syrie. Dans les deux cas, les accidents avaient été causés par des défauts dans les brins d’arrêt auxquels les chasseurs embarqués s’accrochent lors de l’appontage.

Le principal problème du « Kouznetsov »

D’après les experts, le principal casse-tête pour les militaires et les industriels reste le moteur très ancien du porte-avions.

 « Dieu seul sait ce que l’on repèrera durant le diagnostic. La question est de savoir que faire de sa chaudière : la réparer pour qu’elle dure encore quelques années avant de lâcher définitivement ; ou bien la remplacer complètement par une chaudière moderne, ce qui exigera une rénovation complète de tout le navire », a expliqué à RBTH Viktor Mourakhovski, rédacteur en chef de la revue L’Arsenal de la Patrie.

Selon lui, dans le second cas, le navire sera immobilisé en cale sèche pour des années, et les travaux feront exploser le budget prévu. Cependant, il considère que le pays ne peut pas encore se permettre de construire un nouveau porte-avion de classe Shtorm.

« Le Shtorm coûte dix fois plus cher que la réparation du Kouznetsov. Pour l’instant, cet argent n’existe pas, et nous n’avons pas un besoin urgent de ce navire », considère Mourakhovski.

Cependant, les experts voient d’un œil favorable l’installation sur le Kouznetsov de systèmes de lancement universels 3S14, qui pourront accueillir des missiles de croisière de type Kalibr-NK, des missiles de croisière supersoniques antinavires Onyx et les futurs missiles hypersoniques Tsirkon.

« Contrairement aux Etats-Unis, la Russie dispose de beaucoup moins de navires capables d’escorter un porte-avions et de le protéger convenablement. C’est la raison pour laquelle il a été décidé d’installer ces armes sur le porte-avions lui-même », considère Viktor Litovkine, expert militaire de l’agence TASS.

Lire aussi :

Quels nouveaux armements pour les troupes russes d’ici 2025?

Base navale en Syrie: la Russie signe son grand retour en Méditerranée

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer