Base navale en Syrie: la Russie signe son grand retour en Méditerranée

23 janvier 2017 Nikolaï Litovkine
La Russie et la Syrie ont signé un accord sur l’élargissement de la base navale de Tartous qui deviendra ainsi une base de la marine russe. Pour les experts, jusqu’à 11 navires russes pourraient stationner sur la côte méditerranéenne d’ici quelques années.
Russian navy
Moscou et Damas ont signé un accord concernant la base de Tartous. Sur la photo : Port-avions russe l’Amiral Kouznetsov impliqué récemment dans l’opération contre Daech en Syrie. Crédit : AP

Le 20 janvier, Moscou et Damas ont signé un accord portant sur la modernisation de la base logistique située dans la ville syrienne de Tartous.
 
L’accord, d’une durée de 49 ans, prévoit la possibilité d’être reconduit automatiquement par périodes de 25 ans si l’une des parties ne prévient pas l’autre de sa volonté de mettre fin au contrat un an avant la date limite.
 

La base logistique de Tartous a été mise en fonctionnement en 1977 et reste à ce jour l’unique point de stationnement de la marine russe dans la Méditerranée.

Avant et après

Encore récemment, la « base » de Tartous n’était qu’un ponton flottant réservé à la réparation des navires. Selon les conditions du nouvel accord, la Russie pourra y construire une base en bonne et due forme et déployer jusqu’à 11 navires dans la région.
 
« Nous lançons de grands travaux de construction d’une infrastructure militaire : front de quai, caserne, entrepôt de munitions, etc. Tartous sera une base de la marine russe et sera dirigée par le vice-amiral de la flotte », nous explique Mikhaïl Khodorenok, colonel à la retraite et observateur militaire pour Gazeta.ru.
 
Il précise que la construction de la base devrait prendre deux à trois ans, selon les estimations optimistes.
 
Par ailleurs, les effectifs dépendront du nombre de navires qui stationneront à Tartous : les experts estiment que les 11 navires ne stationneront pas dans la région de façon permanente.
 
« Aujourd’hui, il n’existe pas de menaces géopolitiques justifiant le déploiement d’un groupe naval aussi important en Méditerranée. Et puis nous n’avons pas autant de navires libres », estime le professeur de l’académie militaire Vadim Koziouline.
 

Pour M. Koziouline, environ cinq navires stationneront en permanence à Tartous, et d’autres navires s’y arrêteront de temps en temps lors d’expéditions à l’étranger.
 
« La base accueillera les navires ayant participé à l’expédition de l’Amiral Kouznetsov (porte-avions russe impliqué récemment dans l’opération contre Daech en Syrie, ndlr). Il s’agira sans doute de navires de la flotte de la mer Noire et de la flotte du Nord : ce sont de grands bateaux de débarquement, de patrouille et des navires anti-sous-marin », a ajouté l’expert.

L’analyste estime que le croiseur nucléaire Pierre le Grand et l’Amiral Kouznetsov ne pourront que faire des incursions près de la base, car ces bâtiments nécessitent une infrastructure spéciale, qui n’est pas nécessaire à l’heure actuelle.

« Tartous est l’un des piliers de l’influence russe au Proche-Orient. Personne ne sait comment la situation évoluera dans la région, ni même en Russie. Nous devons non seulement être présents en mer Noire, qui pourrait à tout moment être coupée par les forces de l’Otan, mais également en Méditerranée », nous explique Guevorg Mirzaïan, professeur agrégé au département de sciences politiques à l’Université des finances.

L’utilité de la base navale russe pour la Syrie

Mirzaïan explique que la Russie est garant de la sécurité de la Syrie : en effet, les voisins de Damas ont souvent eu des visées sur le pays.

« Ils ont besoin de nous pour pondérer l’Iran – une fois que la guerre civile en Syrie sera terminée, Téhéran obtiendra des leviers de pression sur la situation politique intérieure dans le pays. Ainsi, Damas souhaite notre présence maximale dans la région », a-t-il ajouté.

Mirzaïan estime que la Russie a obtenu le droit de construire une base militaire navale à Tartous en guise de récompense pour sa participation à la guerre contre Daech.

« Pour Bachar al-Assad, c’est un investissement à long terme qui lui permet de s’assurer le soutien d’un allié de poids pour de longues années », souligne l’expert. 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Lire aussi :

La Russie dans le top 5 des meilleures « cyberarmées »

Moscou va construire une station radar surpuissante dans le nord-ouest du pays

Russie et Arménie contrôleront ensemble le ciel du Caucase

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook