La Russie et les Emirats créeront un chasseur de cinquième génération

Un MiG-29.

Un MiG-29.

Mikhail Fomitchev / RIA Novosti
Le futur appareil sera créé sur la base du chasseur de quatrième génération MiG-29. Selon les experts, il s’agira d’un appareil tourné vers l’exportation, qui jouira d’une forte demande sur le marché mondial.

La Russie et les Emirats arabes unis vont créer conjointement un chasseur léger de cinquième génération sur la base du MiG-29, réputé pour sa maniabilité. Il s’agira du premier projet conjoint des deux pays dans le secteur de l’aviation de chasse.

Selon une interview de Sergueï Chemezov, PDG de la compagnie publique russe Rostech, au journal Defense News, l’appareil sera construit aux Emirats arabes unis, où un bureau d’études sera créé pour l’occasion.

À l’avenir, la Russie transfèrera à la monarchie arabe ses technologies de création d’un chasseur léger de cinquième génération, ainsi qu’une licence pour les utiliser. La conception de l’avion est prévue pour 2018 et sa production en série devrait débuter au milieu des années 2020.

Les États-Unis peuvent-ils faire échouer le projet ?

Les experts font remarquer que les actions de la Russie aux Emirats vont à l’encontre des intérêts d’autres grands marchands d’armes, au premier rang desquels les États-Unis.

« En 1995, une situation similaire s’était présentée lorsque les Emiratis s’étaient décidés à acheter des chasseurs russes Su-35. À l’époque, les Américains avaient pu faire la promotion de leur F-16 et le proposer aux EAU à de meilleures conditions, ce qui avait mis fin au projet », raconte à RBTH Konstantin Makienko, directeur adjoint du Centre d’analyse stratégique et technologique.

Selon un article du journal russe Gazeta.ru faisant référence à une source anonyme dans l’industrie aéronautique, cette menace est toujours présente, car si Moscou et Abu Dhabi sont déjà parvenus à un accord, aucun contrat n’a encore été signé.

Cependant, d’autres experts se montrent plus optimistes. Selon Pavel Boulat, directeur du Laboratoire international de mécanique et des systèmes énergétiques de l’université des technologies de l’information, le choix des Emirats de conclure un partenariat avec la Russie pour développer un chasseur est tout à fait logique.

Outre la Russie, seuls les États-Unis et la Chine ont déjà créé un chasseur de cinquième génération. Selon l’expert, Pékin aura encore besoin de plusieurs années de travail avant que son appareil ne soit prêt à investir le marché mondial. Quant aux États-Unis, c’est une autre histoire : Washington ne vend son chasseur de cinquième génération qu’à ses alliés ayant participé depuis le début à son développement.

« C’est pour cette raison qu’Israël a reçu des F-35, mais pas le Japon. C’est pour cela que les Emirats ont décidé de coopérer avec la Russie à la condition que Moscou lance la production des chasseurs de cinquième génération aux Emirats », ajoute Boulat.

Si les négociateurs russes réussissent à conclure l’affaire, les experts s’attendent à l’apparition sur le marché d’un chasseur très prometteur et pratiquement en vente libre.

Quelles caractéristiques pour le futur chasseur ?

« A l’heure actuelle, la cellule du MiG-29 présente les meilleures caractéristiques aérodynamiques parmi tous les chasseurs légers au monde. La question de la silhouette du chasseur est donc partiellement réglée. Il reste à travailler sur la question de la furtivité du futur chasseur afin de le mettre en adéquation avec les standards de la nouvelle génération, et à créer un moteur permettant d’augmenter la vitesse de croisière en vol supersonique », fait remarquer Boulat.

Il ajoute que la vitesse du futur appareil atteindra Mach 1.6, c’est-à-dire environ 2000 km/h selon l’endroit au-dessus duquel l’avion volera. « De plus, le chasseur léger héritera de l’armement d’un autre chasseur russe de cinquième génération, le T-50. Il sera donc équipé d’un des canons les plus légers du monde, le 9-A1–4071K, qui emporte en vol 150 obus de 30mm », a précisé l’analyste.

Le futur chasseur sera également équipé de missiles air-air et air-sol. L’appareil pourra également transporter jusqu’à cinq tonnes de bombes non-guidées. Sa masse au décollage sera comprise entre 15 et 18 tonnes.

Lire aussi : 

Usines géantes de Russie: la construction des avions Soukhoï à Irkoutsk