Un Jour dans l’Histoire: Journée des troupes aéroportées en Russie

ZUMA Press/Global Look Press
Symboles de force et de virilité, les «bérets bleus» célèbrent leur fête le 2 août

Crédit : ZUMA Press / Global Look PressCrédit : ZUMA Press / Global Look Press

« Infanterie ailée », « bérets bleus » – la liste des surnoms donnés aux combattants des Troupes aéroportés russes (VDV), symbole de force et de virilité, est longue.

L’histoire de la formation de ces unités remonte au 2 août 1930. Dans le cadre des exercices de la Force aérienne du district militaire de Moscou, une unité de 12 parachutistes a été pour la première fois larguée près de la ville de Voronej (sud) pour effectuer une tâche tactique. Cette expérimentation a alors permis aux théoriciens militaires de distinguer les avantages et l’énorme potentiel de ce genre d’unités, dont les premières ont vu le jour vers 1932–1933.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les parachutistes soviétiques ont toujours été en première ligne et ont signé une série d’exploits glorieux. Durant l’ère soviétique, cette force a été engagée dans tous les conflits  survenus sur le territoire de l’URSS.

Célébrée le 2 août, la Journée des troupes aéroportées a été instituée en 2006 en signe de reconnaissance des mérites de cette force dans le domaine de la défense et de la protection de l’État. En ce jour, les parcs des villes russes se transforment en lieux de retrouvailles entre les compagnons d’arme coiffés des célèbres bérets bleus. Ces rassemblements s’accompagnent souvent de baignades dans les fontaines, si bien qu’en prévision de cette Journée, certains parcs assèchent leurs plans d’eau. Les parachutistes assurent pourtant que cette tradition perd en popularité.

Dans d’autres pays de l’espace postsoviétique – en Biélorussie, au Kazakhstan et en Ukraine – la Journée des troupes aéroportée est célébrée le 1er août.

Lire aussi : 

Briser les clichés: ces jeunes filles qui intègrent les écoles militaires russes

Dans le quotidien des soldats russes en Syrie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer