Plaisirs gastronomiques au rythme de la nuit

Cook'kareku

Cook'kareku

Press Photo
Moscou est non seulement une ville qui ne dort jamais, c’est aussi une ville qui n’arrête pas de manger. Les plaisirs gastronomiques restent à la disposition des couche-tard, notamment celui de goûter la cuisine traditionnelle.

Le Caf&eacute; PouchkinenCr&eacute;dit : Mark Boyarsky/ RBTH<p>Le Caf&eacute; Pouchkine</p>n
Le Caf&eacute; PouchkinenCr&eacute;dit : Mark Boyarsky/ RBTH<p>Le Caf&eacute; Pouchkine</p>n
MeatlessnCr&eacute;dit : Service de presse<p>Meatless</p>n
 
1/3
 
Les noctambules sont attendus dans plusieurs restaurants de Moscou prêts à leur proposer tous les plats servis dans la journée : de la marmelade aux airelles jusqu’au cheesecake sur grill, en passant par la tête de brochet.

1. Le Café Pouchkine

26A, boulevard Tverskoï

Café Pouchkine. Crédit : Mark Boyarsky/ RBTHCafé Pouchkine. Crédit : Mark Boyarsky/ RBTH

C’est le cœur du monde de la restauration à Moscou. Il bat pour ceux qui peuvent se permettre la cuisine des nobles russes dans les meilleures traditions historiques. Le restaurant occupe un bâtiment baroque dans le centre-ville et attire aussi bien la haute société de Moscou que les touristes étrangers. L’intérieur reprend le style du siècle passé et est décoré d’antiquités, tandis que le menu compte de nombreux mets délicats.

Inauguré en 1992, le Café Pouchkine figure aujourd’hui sur la liste des sites incontournables, à côté du Bolchoï et des musées du Kremlin. Caviar, tête de brochet, soupe de poissons à l’impériale avec vodka au gingembre et confiture maison aux pommes de pin sont servis sur le thème de poésies d’Alexandre Pouchkine à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. L’ambiance indique clairement que la note risque d’être élevée, mais contrairement aux rumeurs, il est possible d’y manger très bien et pas trop cher. En commandant par exemple un grand plat de pelménis (sorte de raviolis russes) à environ 13 euros. Qu’ils soient au saumon ou à la viande, les critiques gastronomiques affirment qu’ils sont les meilleurs de la ville.

2. Cook’Kareku

9, bâtiment 4, rue Sadovaïa-Koudrinskaïa

Cook'kareku. Crédit : Service de presseCook'kareku. Crédit : Service de presse

Prendre un petit déjeuner la nuit ? Si vous êtes à Moscou, l’idée n’est peut-être pas aussi saugrenue qu’il n’y paraît. Les petits déjeuners du monde entier servis en régime non-stop sont la spécialité de ce restaurant. Ils sont au nombre de 27 à raison d’environ 6 euros chacun. On peut commander de simples œufs au plat, mais aussi se laisser tenter par quelque chose de plus original.

D’autant plus que le chef Alexeï Berezine propose des recettes classiques révisées à sa façon. Ainsi, dans le petit déjeuner Bénédicte, l’œuf est servi non pas sur un pain, mais sur une rösti accompagnée d’épinards et de sauce hollandaise. La Cuco, omelette azerbaïdjanaise au fromage et aux épinards, est cuisinée avec de la mozzarella et servie avec de la feta. Bon point pour les clients : une remise de 30% si vous commandez le plat du pays où l’heure est celle du petit déjeuner.​

3. Le Tonneau

2, rue de 1905

Bochka. Crédit : Service de presseBochka. Crédit : Service de presse

Ce restaurant à viande met en valeur la cuisine soviétique qui présente un alliage de recettes russes, caucasiennes et ukrainiennes. Il est évident qu’on y vient manger un bon gros morceau de viande savoureuse et non prendre « un petit quelque chose ».

Le restaurant se présente comme un chalet au plafond à poutres apparentes avec, au milieu, un barbecue qui, tous les vendredis soirs, sert à griller à la broche un veau entier au charbon de bouleau. Et même si les noctambules risquent de rater l’occasion, car ce cérémonial débute à 20 h 30, tous les autres plats leur seront préparés sur commande par le chef Igor Bedniakov. Le menu propose quinze plats de viande sur grill, de la purée de champignons à la marmelade d’airelles, une croquette impériale de poulet au potiron servie avec une sauce aux pommes et à la moutarde et, pour terminer, des éclairs maison ou un morceau de Napoléon, ce cousin russe du millefeuille.

4. Meatless

26, rue Piatnitskaïa

Meatless. Crédit : Service de presseMeatless. Crédit : Service de presse

Les portes de ce restaurant sont ouvertes 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour les amateurs du grill « brutal ». Cette épithète a été trouvée par les clients pour les plats du chef Andreï Zavarnitsyne, fier de sa barbe et de ses nombreux tatouages. Zavarnitsyne a travaillé pendant plus de vingt ans avec le restaurateur américain Isaac Correa, qui a laissé une trace éclatante dans le monde de la restauration moscovite. Tous ses plats sont parsemés de cendres, de l’épaule d’agneau au cheesecake. Le menu est divisé en plusieurs parties – Grill à 100%, Avant le grill, À la place du grill et Après le grill – et absolument tout est saisi sur la braise, de la salade César à la sauce noire avec dinde au barbecue jusqu’aux desserts, en passant par les hamburgers et le poulpe en sauce d’ail.

5. Beverly Hills Diner

10, rue Pokrovka ; 1, rue Sretenka

Beverly Hills Diner. Crédit : Service de presseBeverly Hills Diner. Crédit : Service de presse

Un classique américain à Moscou avec serveurs en patins à roulettes, juke-box, portraits d’Elvis, Cadillac rose à l’intérieur et hamburgers géants, bien entendu meilleurs que chez KFC ou McDonald’s. Sans oublier l’ambiance : toutes les demi-heures, on monte le son et les serveurs et serveuses exécutent au milieu de la salle une danse endiablée de l’Amérique des années 1950. Les milk-shakes et les brownies sont de la partie.

 

Lire aussi :

L’alimentation saine gagne du terrain à Moscou

Les 5 restaurants les plus insolites de Moscou

Les boissons alcoolisées les plus populaires de l’ancienne Russie

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer