De Diaghilev à Dovlatov: huit rues qui portent le nom de Russes illustres

Legion Media
Aux quatre coins du monde, des rues et des places portent les noms d'artistes, de tsars et d'autre personnages historiques russes. Remémorons-nous huit histoires toponymiques, liées à Lénine, Kandinsky, Gagarine et d'autres Russes illustres.

Rue Pierre-le-Grand, Paris (France)

Crédit : Legion MediaCrédit : Legion Media

Le tsar réformateur, qui a fondé Saint-Pétersbourg et tourné la Russie vers l'Europe, a passé plus d'un mois à Paris, du 7 mai au 20 juin 1717. Pierre avait demandé au duc d'Orléans, régent du roi Louis XV alors âgé de sept ans, d'ignorer le protocole et de le laisser circuler librement dans la ville. Il ne voulait pas non plus vivre au Louvre, préférant s’installer à l’Hôtel de Lesdiguières. Pierre assista à des séances au parlement et au tribunal, visita le palais de la Monnaie, s’entretint avec beaucoup d’intérêt avec les ouvriers des fabriques et usines locales et s’émerveilla devant la Sorbonne. Toutefois, l’énergique tsar s’endormit d’ennui à l’Opéra de Paris. Malgré son mépris pour l’étiquette, Pierre a laissé aux Français le souvenir d’un homme distingué et clairvoyant. Il n’est donc pas surprenant que plus tard, en 1884, on donna son nom à une rue de Paris.

Place Igor-Stravinsky, Paris (France)

Crédit : Legion MediaCrédit : Legion Media

Le compositeur, chef d'orchestre et pianiste Igor Stravinsky est célèbre dans le monde entier pour ses ballets, composés pour Serge de Diaghilev et ses légendaires Saisons russes à Paris : Petrouchka, L'Oiseau de feu et Le Sacre du printemps. S’étant rendu à Paris en même temps que les « saisons » en 1910, 1911 et 1913, il s'installe dans cette ville en 1920 et y restera vingt ans. Ces années furent particulièrement riches sur le plan créatif : il écrivit trois opéras, Mavra, Œdipe Rex et Perséphone et plusieurs ballets, symphonies et concertos. Plus tard, le compositeur obtint la nationalité américaine et s’installa aux États-Unis. Mais une place et sa fontaine avant-gardiste, arborant les personnages de ses compositions, restent les témoins de son passage à Paris.

Piazza Demidoff, Florence (Italie)

Crédit : Clément BardotCrédit : Clément Bardot

La place de Florence fut nommée en honneur de l’industriel et mécène Nicolas Demidoff, grand philanthrope de Russie qui offrit à l’Université d’État de Moscou une collection de 3 000 objets scientifiques rares. Arrivant à Florence dans le cadre d’une mission diplomatique, il y construisit une maison pour les personnes âgées et les orphelins et fonda également un musée d’art et une galerie de peinture. Les Florentins reconnaissants lui dédièrent une place ornée d’une statue en marbre blanc.

Piazza Lenina, Cavriago (Italie)

Crédit : Legion MediaCrédit : Legion Media

La petite ville de la province de Reggio d'Émilie avait fait preuve de sa sympathie envers Vladimir Lénine en réunissant 500 lires pour soutenir le leader du prolétariat à l'époque de la révolution de 1917. Lénine remercia la ville dans un de ses discours, jetant ainsi les bases d’une amitié : les habitants de Cavriago lui attribuèrent même le titre de citoyen honorifique de la ville. En 1970, la ville reçut en cadeau un buste de Lénine, qui avait été emporté en trophée par les soldats fascistes. L’original est conservé au siège de la municipalité, quant à la réplique, elle fut installée sur la place qui porte le nom du père de la révolution bolchévique.

Alexanderplatz, Berlin (Allemagne)

Crédit : Global Look PressCrédit : Global Look Press

La place centrale de Berlin, auparavant Place de la Porte Royale, fut nommée sous les ordres du souverain Fréderic-Guillaume III de Prusse en l'honneur de l'empereur russe Alexandre Ier en 1803, lorsque celui-ci se rendit à Berlin pour sceller l'alliance antinapoléonienne.

Juri-Gagarin-Ring, Erfurt (Allemagne)

Crédit : Legion MediaCrédit : Legion Media

En 1963, le premier cosmonaute Iouri Gagarine se rendit en RDA dans le cadre d'une tournée mondiale. À l’occasion de ce déplacement, une rue de la ville d'Erfurt, qui portait jusque-là le nom de Mao Zedong, fut nommée en son honneur. Plus tard, en 1986, un monument y fut dressé. Depuis, de nombreux noms soviétiques ont été oubliés, mais celui de Gagarine reste très respecté à Erfurt, où se déroule régulièrement une fête en l'honneur du cosmonaute, les journées de Gagarine.

Serguei Dovlatov Way, New York (États-Unis)

Crédit : Ivan Zakharchenko / RIA NovostiCrédit : Ivan Zakharchenko / RIA Novosti

L’intersection du quartier du Queens fut renommée en 2014 par décision de la mairie après qu'une pétition d’admirateurs de l’écrivain russe eut rassemblé 17 000 signatures. Arrivé d'URSS en Amérique, Dovlatov vécut dans ce quartier plus de 10 ans, se consacrant à des récits spirituels et colorés sur la vie des émigrés soviétiques aux États-Unis. L’épouse et la fille de l’écrivain vivent toujours dans la maison de Dovlatov, non loin de l'intersection.

Chkalov Drive, Vancouvert (États-Unis) 

Crédit : Lester LuallinCrédit : Lester Luallin

En juin 1937, l'aviateur soviétique Valeri Tchkalov réalisa la légendaire traversée sans escale d'URSS en Amérique, en passant par le pôle Nord. Son vol dura plus de deux jours : décollant de Moscou, l’avion ANT-25 atterrit dans la ville américaine de Vancouver. Tchkalov et son équipage espéraient poursuivre jusqu’à San Francisco, mais ils se trouvèrent à court de carburant. Le lendemain matin, le pilote prononça un discours remarquable sur l’amitié des peuples, comparant les deux nations aux fleuves Volga et Columbia, tous deux liés à l’océan Pacifique.

Lire aussi : 

Encensoir volant et Pop art sur cigarettes: gros plan sur la Triennale de l’art russe

Andreï Zviaguintsev: « Mon nouveau film est inspiré par Bergman »

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.