En quête d’espace, le musée Pouchkine lorgne sur le sous-sol

Публичное пространство Музейного городка ГМИИ им. А. С. Пушкина

Публичное пространство Музейного городка ГМИИ им. А. С. Пушкина

The Pushkin State Museum of Fine Arts; Architectural bureau "Project Meganom"
Le musée des beaux-arts Pouchkine de Moscou prévoit de matérialiser le rêve de son fondateur Ivan Tsvetaev sur la «cité muséale»: coup d’œil sur cette réorganisation de grande envergure à proximité du Kremlin.

Le musée des beaux-arts Pouchkine de Moscou. Crédit : Lori / Legion MediaLe musée des beaux-arts Pouchkine de Moscou. Crédit : Lori / Legion Media

Moscou entame la construction d’une cité muséale destinée à agrandir l’un des plus importants établissements de Russie, le musée des beaux-arts Pouchkine. D’ici 2019, l’espace entourant ce musée, qui se dresse en face de la cathédrale du Christ-Sauveur, changera radicalement d’apparence et descendra partiellement en sous-sol.

En plus de cent ans d’histoire, le musée Pouchkine a sensiblement élargi ses collections. Conçu comme un musée de moulages sur la base du Cabinet des beaux-arts et des antiquités de l’Université de Moscou, il est devenu le plus grand musée d’art ouest-européen de Russie, présentant des toiles de Rembrandt et Tiepolo et détenant une imposante collection d’impressionnistes célèbre dans le monde entier.

La collection du musée s’est enrichie à pas de géant après la Révolution de 1917 au point de ne plus pouvoir tenir dans le bâtiment principal réalisé par l’architecte Roman Klein. Cela étant, la directrice du musée de l’époque, qui est aujourd’hui sa présidente, Irina Antonova, commence à élargir dès les années 1980 les espaces en y rattachant les bâtiments situés à côté.

Crédit : Le musée des beaux-arts Pouchkine de Moscou; Société d’architecture Meganom
Crédit : Le musée des beaux-arts Pouchkine de Moscou; Société d’architecture Meganom
 
1/2
 

De Norman Foster à Meganom et Avesta

Le nouveau domaine – installé sur six hectares et composé d’une trentaine de bâtiments de différents styles et époques – ressentait le besoin impératif de devenir une cité muséale. Les experts se sont attelés à la tâche dès les années 1980, mais la réalisation du projet était toujours repoussée pour une raison ou une autre.

Après le retrait du projet de l’architecte britannique Norman Foster, le concours de concept architectural a été remporté en 2014 par Iouri Grigorian et sa société d’architecture Meganom. Le nouveau projet prévoit de réunir les bâtiments, dont bon nombre sont des monuments classés, au sein d’un parc ceint d’un boulevard passant par la rue Volkhonka ainsi que dans un espace de conservation situé au sous-sol.

Le concept de cette cité muséale est réalisé par la société de conseils Avesta qui a élaboré des programmes pour le Centre Pompidou à Paris et le musée Punta della Dogana à Venise. Il  est centré sur la vie du musée en fonction de la saison, sur la mise en place de nouveaux axes comme Pouchkine design et Pouchkine moderne, ainsi que sur un milieu accessible à tous les visiteurs.

L’espace entre les bâtiments du musée permettra de présenter des œuvres d’art public et d’organiser des festivals et des concerts en été. En hiver, toutes les manifestations se déplaceront au sous-sol où une grande salle répètera scrupuleusement les contours du bâtiment principal et reliera toutes les autres constructions avec des expositions permanentes et temporaires, des cafés, des zones de loisir et des magasins.

Crédit : Le musée des beaux-arts Pouchkine de Moscou; Société d’architecture Meganom
Crédit : Le musée des beaux-arts Pouchkine de Moscou; Société d’architecture Meganom
 
1/2
 

Une cité à thèmes

Dans le même temps, chacun des bâtiments aura son propre « thème ». Ainsi, la propriété des Viazemski-Dolgorouki abritera la Galerie des maîtres anciens et l’immeuble de rapport des Stoulov deviendra la Maison du texte (une bibliothèque). Les impressionnistes et les postimpressionnistes « déménageront » dans la villa des Golitsyne, tandis que leur emplacement actuel sera occupé par une exposition sur le design.

Les pièces exposées dans les locaux de conservation au sous-sol auront un lien thématique avec les pièces du rez-de-chaussée et de l’étage. Les travaux ont démarré avec la construction de l’unique nouveau bâtiment de la cité muséale : le centre de dépôt et de restauration qui comprendra des zones de conservation, des ateliers de restauration et des surfaces d’exposition. Une fois ces bâtiments ouverts au public en 2019, les restaurateurs s’attaqueront au bâtiment principal de la rue Volkhonka où l’espace libéré par d’autres collections accueillera une exposition permanente consacrée à l’Antiquité.

Grâce à ces transformations, la superficie du musée passera de 49 000 m2 à 105 000 m2, ce qui permettra d’accueillir 3 millions de visiteurs par an, soit le triple du chiffre actuel. Il est d’ores et déjà possible de jeter un coup d’œil à l’avenir et de se faire une idée de la future cité muséale sur le site.

Les premiers changements feront leur apparition l’année prochaine avec l’élargissement de la zone piétonne et la transformation de la rue Volkhonka en boulevard bordé d’arbres.  

Lire aussi :

« Sans le collectionneur Chtchoukine, il n’y aurait ni Matisse ni Picasso »

Un musée de l’impressionnisme russe ouvre ses portes à Moscou

Les cinq musées les plus populaires de Moscou et Saint-Pétersbourg

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.