Nathalie Parain, une peintre entre la Russie et la France

Nathalie Parain.

Nathalie Parain.

archive personnelle
Formée par le grand peintre Piotr Kontchalovski, Nathalie Parain est devenue ambassadrice de l’avant-garde russe en France. Mais pour la plupart des Français, elle est avant tout une dessinatrice qui a illustré des livres pour enfants. C’est elle qui a fait connaître aux jeunes lecteurs français le petit chien Chataigne (nouvelle d’Anton Tchékhov) et nombre d’autres personnages de livres pour enfants.

Ronds et carrés

Nathalie Parain. Archive personnelle.

Nathalie Parain est née en 1897 à Kiev dans la famille du professeur de philosophie Gueorgui Tchélpanov. Après la mort de la mère, la famille déménage à Moscou. Nathalie y effectue sa scolarité et s’inscrit à l’Ecole Stroganov de dessin. Après la Révolution d’Octobre de 1917, l’établissement est intégré dans le réseau d’ateliers d’Etat Vkhutemas, où les étudiants sont initiés aux grands principes de la peinture, de l’architecture et du design modernes. L’un de ses professeurs est le peintre Piotr Kontchalovski, fondateur en 1911 de l’union Valet de Carreau, mouvement phare de l’avant-garde russe.

Des couleurs vives aux contrastes bruyants et la géométrie à la base de tout : cette leçon, elle la retiendra pour la vie. Des dizaines d’années plus tard, quand Nathalie illustrera des livres pour enfants, cette géométrie éclatante sera toujours au rendez-vous dans ses œuvres. L’un de ses livres pour enfants aura d’ailleurs pour titre Ronds et carrés. Le rond et le carré sont ses assistants de toujours, constituant la base de ses dessins.

Diplômée du Vkhutemas, elle va enseigner le dessin dans une école et donne des leçons de dessin privées. En 1925, elle fait la connaissance du philosophe et écrivain Brice Parain, attaché culturel de l’ambassade de France en Union soviétique. Ils se marient en 1926 et, la mission diplomatique de Brice Parain achevée, ils partent en 1928 s’installer en France, dans la ville de Plessis Robinson.

Dessinatrice pour enfants

Chataigne d'Anton Tchékhov, dessins de Nathalie Parain. Archive personnelle.

Nathalie est nostalgique de l’Union soviétique, mais il est dangereux d’y retourner. L’unique fil qui la retient à son pays natal est le livre. Brice Parain devient rédacteur de littérature allemande et russe aux éditions Gallimard. Il trouve pour sa femme des livres en russe. Il se les procure, quoique avec difficulté, via des connaissances en URSS. C’est ainsi que Nathalie a l’idée d’illustrer des livres. Elle commence à travailler dans la même maison d’édition que son mari. Brice était traducteur et rédacteur et Nathalie dessinatrice.

Le premier héros de Nathalie réalisé en France a un pelage soyeux et des moustaches : c’est Mon Chat d’André Beucler, qui paraît en 1930.

Archive personnelle.

Un peu plus tard, elle fait la connaissance du pédagogue et éditeur français Paul Faucher qui invite Nathalie aux éditions Flammarion.

Paul Faucher prônait une participation active de l’enfant à sa propre formation : ainsi, le livre doit être également un jeu. C’est pour illustrer ces livres-jeux qu’il invite Nathalie Parain, dont le style de création éclatant et géométrique lui semble correspondre le plus à ses idées.

Aux éditions Flammarion, Nathalie illustre les Albums du Père Castor et réalise des livres dont le petit lecteur peut découper des figurines pour les coller. Elle a notamment pour collègue un autre émigré russe, le peintre Fiodor Rojankovski.

La reconnaissance

Dessins de Nathalie Parain. Archive personnel.

Nathalie Parain présente aux petits lecteurs français les héros des contes russes et des œuvres des classiques russes. En 1932, les éditions YMCA-Press publient le livre Baba Yaga. Avec ses dessins, Nathalie Parain réussit à faire de ce conte populaire russe sur la méchante sorcière Baba Yaga une histoire captivante, où les illustrations s’enchaînent pour produire l’effet d’un dessin animé.

Elle réalise ensuite des dessins pour la nouvelle Chataigne (Kachtanka) d’Anton Tchékhov publiée par Gallimard. C’est une œuvre commune du couple Parain : Brice traduit le texte, tandis que Nathalie l’illustre.

Elle travaille sur les contes de La Fontaine et sur les nouvelles de Léon Tolstoï… En 1944, elle reçoit un prix de l’Académie des beaux-arts pour l’illustration du livre de Marcel Aymé Les Contes du chat perché.

Nathalie aimait travailler dans sa maison de Verdelot, entourée d’un charmant jardin, qu’elle occupait avec son mari et leur fille Tatiana.

La famille Parain. Archive personnelle.

Tatiana Parain-Maillard a choisi une autre voie dans la vie – elle est mère au foyer –, mais elle préserve avec soin l’héritage de sa mère peintre. La fille de Tatiana porte d’ailleurs le prénom de sa grand-mère : aujourd’hui, c’est Nathalie Maillard qui veille sur la collection des œuvres de Nathalie Parain. En outre, elle s’emploie à perpétuer la mémoire des héros de la Première Guerre mondiale à Villeroy. Elle et sa mère s’occupent d’un jardin, d’un potager et de ruches.

Nathalie Parain est décédée en 1958 à Sceaux, au sud de Paris. Aujourd’hui encore, les parents lisent à leurs enfants des livres illustrés par la dessinatrice d’origine russe. En 2006, le livre Les Contes du chat perché a été réédité en fac-similé par les Editions MeMo dans la série Les Trois ours. En 2014, les studios Rousski pout (Chemin russe) ont tourné un film intitulé : Nathalie Parain. Perception de l’espace.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.