La méthode Stanislavski, cette invention russe qui a révolutionné le métier d’acteur

Kira Lisitskaïa (Photos : Bettmann, Ullstein bild/Getty Images; Legion Media)
La «Méthode» de Сonstantin Stanislavski a eu un impact énorme sur Hollywood. Elle a donné naissance à plusieurs studios de théâtre, et de nombreuses célébrités modernes le considèrent comme une référence.

Suivez Russia Beyond sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Lorsqu'ils acceptent un nouveau rôle, les acteurs subissent souvent des transformations incroyables. Pour jouer dans Tootsie (1982), Dustin Hoffman a porté une perruque, des jupes moulantes et des talons hauts dans la vraie vie. Robert De Niro a travaillé comme chauffeur de taxi à New York pour le film Taxi Driver. Jack Nicholson a fait monter la colère en lui en se remémorant les querelles avec son ex-femme lors du tournage de The Shining (1980). Cette méthode où un acteur éprouve les mêmes choses que son personnage a été proposée à l'origine par le metteur en scène russe Constantin Stanislavski au XIXe siècle. Ensuite, ses adeptes aux États-Unis l'ont adaptée au cinéma. Aujourd'hui, ce système, sous différentes versions, est encore enseigné dans diverses écoles de théâtre, de New York à Hollywood.

Qu'est-ce que la « Méthode » Stanislavski ?

Constantin Stanislavski

L'acteur et réalisateur Constantin Stanislavski est le père de l'école de théâtre moderne en Russie. En 1898, avec le réalisateur Vladimir Nemirovitch-Dantchenko, Stanislavski crée le Théâtre d'art de Moscou où il applique et développe avec succès son système pendant des décennies – une méthode avancée et quelque peu rebelle qui niait les vieux dogmes. Il l'a décrite dans son livre Le travail d’un acteur sur lui-même (1938).

Son système est basé sur les principes suivants :

  1. Vérité de l'expérience (l'acteur doit ressentir des émotions véridiques)
  2. Travailler avec les circonstances (l'acteur doit étudier le style de vie du personnage)
  3. Jouer « ici et maintenant » (toute action naît sur scène)
  4. L'acteur doit constamment s'améliorer
  5. L'acteur doit interagir avec les collègues sur scène.

En bref, un acteur devait jouer (c'est-à-dire VIVRE) son rôle pour que Stanislavski lui-même dise : « Je crois ! »

>>> Comment le gourou du théâtre russe Constantin Stanislavski a-t-il révolutionné la dramaturgie?

Comment le système de Stanislavski s'est-il retrouvé aux États-Unis ?

Richard Boleslawski

En 1923-1924, le Théâtre d'art de Moscou part en tournée aux États-Unis. Les organisateurs ont lancé une incroyable campagne de de PR : des articles sur le théâtre russe et le génie de Stanislavski sont parus dans les médias, une série de conférences sur l'art d’être acteur, animée par Stanislavski et l'acteur émigré Richard Boleslawski, a été organisée.

Lee Strasberg

L'intérêt américain pour le système russe était si grand que Boleslawski, avec sa collègue Maria Ouspenskaïa, a ouvert en 1923 le laboratoire américain Theatre. Parmi leurs élèves figuraient Lee Strasberg et Stella Adler qui organisèrent plus tard le Group Theatre puis leurs propres studios.

Strasberg vs. Adler

Strasberg a fréquenté les représentations du Théâtre d'art de Moscou et a été étonné par le jeu des acteurs, qui était naturel et sans effort, de son propre aveu. Travaillant au Group Theatre, Strasberg a développé ce système pour l’adapter aux normes culturelles américaines. Son principe de base était l'utilisation de la « mémoire affective » et reposait sur le fait qu'un acteur devait revivre un événement singulier de son passé pour manifester des sentiments véridiques sur scène.

Marilyn Monroe avec sa coach Paula Strasberg

Strasberg a appliqué sa méthode non seulement au Group Theatre, mais aussi lorsqu'il dirigeait l'Actors Studio à New York dans les années 1950. Jack Nicholson, Robert De Niro, Marlon Brando, Dustin Hoffman et bien d'autres sont diplômés de son école. À Hollywood, il a également fondé le Lee Strasberg Theatre & Film Institute, appelant son système « Method Acting » (« Méthode de jeu d’acteur »).

Stella Adler

Cependant, Stella Adler n'était pas d'accord avec Strasberg sur la méthodologie du jeu d'acteur et a décidé d’interroger personnellement Constantin Stanislavski – dont elle est devenue le SEUL étudiant américain. En 1934, Adler a passé cinq semaines dans sa formation pratique à Paris et a ensuite fondé le Stella Adler Studio of Acting. Parmi ses élèves figuraient Mark Ruffalo, Judy Garland, Elisabeth Taylor et Melanie Griffith.

>>> Pourquoi un théâtre de province russe met en scène un roman dystopique d’Aldous Huxley?

En outre, il y avait d'autres adeptes des méthodes de Stanislavski aux États-Unis, comme l'acteur du Théâtre d'art de Moscou Mikhaïl Tchekhov (neveu d'Anton Tchekhov), qui a fondé l’Actors Laboratory en 1939. Son système a permis de révéler les talents de Marilyn Monroe et Clint. Eastwood.

Marilyn Monroe lit un livre de Mikhaïl Tchekhov

Transformer la douleur en art

Aujourd'hui, de nombreux acteurs hollywoodiens travaillent constamment avec la méthode Stanislavski, les méthodes de Strasberg et la technique d'Adler, en les adaptant au fil du temps. L'un d'entre eux est Jack Nicholson, qui, « pendant ces années de vaches maigres, restait assis dans les cafés de Los Angeles pendant des heures à discuter de la métaphysique stanislavskienne avec des théoriciens du cinéma aux tendances similaires », comme l'ont écrit les journalistes. Ses émotions dans The Shining de Stanley Kubrick (1980) étaient authentiques : « Cette scène à la machine à écrire - c'est comme ça que j'étais quand j'ai obtenu mon divorce. » Lors de sa préparation pour Vol au-dessus d'un nid de coucou (1975), il a communiqué avec les vrais patients d’une clinique psychiatrique.

Al Pacino a été initié à la méthode Stanislavski à l'adolescence et l'a alors trouvée… ennuyeuse. « Qu'est-ce qu'un gamin de treize, quatorze ans sait de Stanislavski ?, a-t-il déclaré. Tout ce que je savais, c'était chanter, danser, m’amuser, imiter. Désormais, je regardais mon nombril vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept. Il m'a fallu je ne sais combien d'années pour m'en remettre ». Aujourd’hui, il est co-président de l'Actors Studio avec Ellen Burstyn et Alec Baldwin.

Jack Nicholson et Lara Flynn Boyle

Robert De Niro a appris la méthode Stanislavski avec Stella Adler et Lee Strasberg et a vécu des scènes de vie incroyables pour ses rôles. Pour Raging Bull (1983), De Niro a participé à trois combats sur le ring, en plus de prendre plus de 20 kg. En préparation de Taxi Driver, l'acteur a obtenu une vraie licence et a travaillé pendant des périodes de 12 heures pendant deux semaines dans un vrai taxi new-yorkais. Dans Les Nerfs à vif (1993), il a demandé à un dentiste de lui meuler des dents.

Nicolas Cage a également revisité la méthode Stanislavski au cours de sa carrière. « Stanislavski a dit que la pire chose qu'un acteur puisse faire est d'imiter. Étant un peu rebelle, je voulais briser cette règle. J'ai donc essayé une approche à la Warhol du personnage de Sailor Ripley dans Sailor et Lula (1990). Dans des films comme Prisoners of the Ghostland (2021) ou encore Volteface (1997) ou Embrasse-moi, vampire (1988), j'expérimentais ce que j'aimerais appeler le style Kabuki occidental ou style plus baroque ou style lyrique de la performance cinématographique. Me libérer du naturalisme, pour ainsi dire, et exprimer de manière plus large la performance ».

Dustin Hoffman

>>> Cinq grands dramaturges russes à connaître absolument

En fin de compte, la « Méthode » a influencé non seulement l'industrie du cinéma, mais aussi les acteurs eux-mêmes. Comme Dustin Hoffman l'a dit un jour, sa conscience féministe a été renforcée par Tootsie : lors de sa préparation pour le rôle, il portait des talons et des vêtements pour femmes et se promenait dans New York incognito. Il s'est rendu compte qu'être ignoré en tant que femme d'apparence moyenne lui avait fait réaliser combien de femmes il négligeait également, car elles ne correspondaient pas aux normes de beauté idéales de la société. 

Dans cette autre publication, découvrez quatre grands acteurs soviétiques qui ont tenté de concrétiser le rêve américain.

Chers lecteurs,

Notre site web et nos comptes sur les réseaux sociaux sont menacés de restriction ou d'interdiction, en raison des circonstances actuelles. Par conséquent, afin de rester informés de nos derniers contenus, il vous est possible de :

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies