Les dix films soviétiques et russes les plus spectaculaires dédiés aux chars d'assaut

Nikita Kourikhine et Léonid Menaker/Sputnik
Comment est né le légendaire T-34, pourquoi les Allemands avaient-ils si peur du char soviétique KV et qui est le «dieu des chars»?

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L’Odyssée du T-34 (1964)

Juin 1942. Sur un terrain d'entraînement allemand, les exercices d’utilisation des canons antichars sont en cours et les chars soviétiques T-34 capturés, pilotés par des prisonniers de guerre soviétiques, sont utilisés comme cibles humaines. Ne voulant pas mourir en vain, l'un de ces équipages (et un combattant de la Résistance française qui les a rejoints) décide de s'échapper à bord de leur véhicule de combat...

Selon le réalisateur du film, Léonid Menaker, l'intrigue était basée sur des faits réels, sur lesquels il est tombé en lisant le journal : « L'un des équipages a réussi à démarrer un T-34. Ils se sont échappés d’un ouragan de feu, ont tourné pendant deux heures sur le territoire allemand, jusqu'à ce qu'ils arrivent sur un pont, le long duquel marchait un groupe d'écoliers. Pour sauver leur vie, les membres de l’équipage de char ont dû écraser les enfants. En fin de compte, le char s’est retrouvé bloqué... Les soldats allemands venus à la rescousse ont littéralement criblé la voiture de balles, le commandant a été fait prisonnier et pendu le soir même... C’est ainsi que l'idée de ce film m’est venue ».

>>> Les trois plus grandes victoires du T-34 et de ses équipages

L'exploit de Farkhad (1967)

Ce film aborde à nouveau le thème de l'évasion de la captivité allemande à bord un char, esquissé dans L’Odyssée du T-34. Cette fois, c'est le capitaine Farkhad Abbassov qui perce les barrages ennemis.

L'exploit de Farkhad est l'un de ces rares films soviétiques sur la Seconde Guerre mondiale où les personnages principaux sont des militaires des républiques soviétiques d'Asie centrale. L'acteur ouzbek Javlon Khamraïev, qui joue le rôle d'Abbassov, était accompagné d'acteurs lettons et estoniens. Le film a été tourné par des cinéastes ouzbeks dans la région de Kaliningrad.

Le Constructeur en chef (1980)

En mars 1940, deux chars T-34 camouflés jusqu'à les rendre méconnaissables ont effectué dans le cadre d’essais un périple secret de 750 km de Kharkov à Moscou, où ils ont été présentés aux dirigeants du pays. C'est alors que fut prise la décision cruciale de lancer la production en série du célèbre T-34.

Le film Constructeur en chef est dédié à ces événements, en mettant l'accent sur le destin du créateur du T-34 Mikhaïl Kochkine. L'ingénieur n’était pas voué à voir comment sa « créature » se comporterait sur le champ de bataille pendant la Seconde Guerre mondiale. La participation à l’épopée jusqu’à Moscou et au retour à Kharkov à bord des chars a gravement affaibli sa santé. Il est décédé le 26 septembre 1940.

>>> Ces armes qui ont changé le cours de la Grande Guerre patriotique

L’Unité du général Choubnikov (1981)

À l'hiver 1942, les troupes allemandes s'apprêtent à libérer la 6e armée de Friedrich Paulus encerclée à Stalingrad. Le corps mécanisé du général de division Nikolaï Choubnikov est chargé de faire échouer l'offensive ennemie...

Le film regorge de scènes de bataille très dynamiques, mais comporte un certain nombre d'inexactitudes historiques. Vous pouvez y voir des chars T-34-85, qui ne sont apparus dans l'Armée rouge qu'en 1944, des camions Oural d'après-guerre, ainsi que des véhicules blindés légers soviétiques des années 1950 BTR-40, qui jouent le rôle des machines de guerre allemandes.

L'équipage du véhicule de combat (1983)

Le film raconte l'affrontement entre le T-34 d'Alexander Menchov et un as des chars allemand à l'été 1943. Ce duel a été une sorte de précurseur de l'une des plus grandes batailles de chars de l'histoire - la bataille de Prokhorovka.

L'intrigue de « L'équipage du véhicule de combat » est basée sur l'histoire vraie du membre d’équipage de char Alexandre Milioukov. Pendant la bataille de Koursk, il a détruit un Pz. V Panthère allemand dernier cri. Milioukov, qui a survécu à la guerre, a écrit le scénario du film.

Le Char Klim Vorochilov-2 (1990)

Au tout début de l'invasion de l'Union soviétique par les Allemands, un groupe hétéroclite composé d'un sergent blessé, d'un cadet, d'un enfant des rues et d'un professeur de physique, tombe sur un char lourd KV-2 abandonné par son équipage. Tous les quatre ont l’idée audacieuse et folle de combattre l’ennemi à bord de ce char.

Le Char Klim Voroshilov-2 a été l'un des derniers films tournés en URSS. L'argent pour le tournage manquait cruellement et une partie du film a dû être réalisée en noir et blanc. Aucun char KV-2 n'a pu être obtenu et son « rôle » a été joué par un char Joseph Staline converti.

Le Tigre blanc (2012)

Été 1943. Les troupes soviétiques sont en panique. Le mystérieux char lourd allemand Pz. VI, surnommé par les soldats « Tigre blanc », détruit massivement le matériel soviétique, tout en restant invulnérable aux canons ennemis. Le membre d’équipage de char Ivan Naïdenov, qui a miraculeusement survécu à une collision avec ce « fantôme », se fixe pour mission de le retrouver et le détruire. Un « dieu des chars », qui lui parle, l'aidera dans cette mission périlleuse...

Le Tigre blanc est un film insolite sur la guerre. C'est plutôt un thriller mystique, une fable philosophique, dont l'idée principale est que la guerre est un monstre qui ne peut être vaincu. « Bien sûr, je suis contre la guerre,déclare la réalisatrice Karen Chakhnazarov : Mais ce qui m'intéresse, c'est : pouvons-nous en quelque sorte mettre fin à cela ? En sommes-nous capables ? Ou est-ce quelque chose d'indissociable de la nature humaine ?" ». 

Indestructible (2018)

L'intrigue du film Indestructible est basée sur l’histoire vraie de l'exploit de Semion Konovalov. Le 13 juillet 1942, lors d'une bataille près de Rostov-sur-le-Don, l'équipage d'un char lourd KV-1, que les Allemands appelaient « fantôme », a détruit sous son commandement 16 chars, 2 véhicules blindés et 8 véhicules avec des soldats ennemis.

Les cinéastes ont essayé de recréer ces événements héroïques avec une précision maximale. Spécialement pour le film, des chars soviétiques T-34 et KV-1 ont été restaurés, ainsi que des chars allemands Pz V Panther. Le tournage a eu lieu près de Mojaïsk dans la région de Moscou, où en 1941 de violentes batailles pour la capitale se sont déroulées.

T-34 (2018)

Le blockbuster militaire à gros budget et spectaculaire T-34 regorge d'images informatiques et ravira les fans du jeu World of Tanks. Son intrigue rappelle à bien des égards celle de l’Odyssée du T-34 : l'équipage d'un char soviétique, conçu pour servir de cible vivante aux militaires de la Wehrmacht, s'échappe à son bord d'un terrain d'entraînement allemand. Les coïncidences s'arrêtent cependant là et l'histoire du T-34 commence à suivre son propre cours.

L'acteur Alexander Petrov a rappelé sa préparation au rôle principal du lieutenant Nikolaï Ivouchkine : « Avant de jouer dans T-34, j'ai loué une pièce pendant plusieurs semaines, une petite pièce - et j'ai collé de partout des photos de guerre, avec ceux qui se sont battus, qui étaient en captivité, sous l'occupation. Chaque jour, j’y allais, j’éteignais mon portable et je passais plusieurs heures, à lire, à penser, à scruter ces visages, ces yeux. Je me suis imprégné du rôle comme ça ».

Tanks for Stalin (2018)

La célèbre échappée à bord de chars de Kharkov à Moscou, montrée dans Le Constructeur en chef, a de nouveau intéressé les cinéastes, mais en y jetant un regard actuel. Cette fois, cependant, l'histoire originale a été enrichie d’une foule de détails fictifs.

Pour des effets plus impressionnants, les créateurs ont décidé d'ajouter à l'intrigue un groupe de saboteurs allemands et même un gang de gardes blancs cachés dans les bois depuis la guerre civile. Leur tâche est d'empêcher Kochkine et son T-34 d'atteindre Moscou et d'empêcher ainsi qu'une arme aussi puissante ne soit à la disposition de l'Armée rouge.

Dans cette autre publication découvrez comment les Allemands ont utilisé le meilleur char soviétique durant la Seconde Guerre mondiale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies