Quelle a été l’enfance de l’illustre Léon Tolstoï?

Heritage Images/Getty Images
Monument de la littérature russe et mondiale, l’auteur de «Guerre et Paix» ou d’«Anna Karénine» est né il y a tout juste 193 ans, le 9 septembre 1828 (selon le calendrier grégorien). Intéressons-nous brièvement à ses jeunes années.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Léon Tolstoï est devenu orphelin très tôt – sa mère, la comtesse Maria Volkonskaïa, est morte de la fièvre puerpérale (une maladie infectieuse contractée pendant l'accouchement) en 1830, alors que le futur écrivain n'avait que deux ans. En 1837, son père, Nikolaï Tolstoï, est à son tour décédé subitement. Le petit Léon, ses trois frères et sa sœur ont alors été confiés à des proches. Malgré la perte de ses parents, Tolstoï témoignait de son enfance avec chaleur : « Quelle meilleure époque que celle où les deux meilleures vertus – la gaieté innocente et le besoin illimité d'amour – étaient les seuls motifs de la vie ».

Silhouette de Maria Volkonskaïa, seule représentation retrouvée de la mère de Tolstoï, et Nikolaï Tolstoï

« [Léon] était particulièrement gai dans son enfance, il était rayonnant, a décrit sa sœur Maria. Quand, à l'occasion, il entrait en courant dans la pièce, avec un sourire si joyeux, comme s'il avait fait une découverte dont il voulait parler à tout le monde. Il aimait plaisanter. Il était toujours doux, tendre, complaisant ; jamais grossier. Si on le caressait, il versait une larme. Si ses frères l'offensaient, il s'en allait loin, et pleurait. Mais avec ses frères, il a vécu amicalement toute sa vie ».

Pelagueïa Iouchkova

À l'âge de 12 ans, Tolstoï, ses jeunes frères et sa sœur ont quitté le domaine familial de Iasnaïa Poliana, près de Toula, pour Kazan, dans la famille de leur tante, Pelagueïa Iouchkova. Sa demeure était l'une des plus hospitalières et des plus respectables de la capitale tatare. C'est là que Tolstoï a commencé ses études – avec des professeurs qui se rendaient à son domicile. Il a en outre été élevé par une gouvernante française.

Le jeune Léon montrait une aptitude remarquable pour les langues – il parlait l'anglais, l'allemand et le français, et en 1843, il est entré à la faculté des langues orientales de l'Université de Kazan. Néanmoins, les études ont rapidement lassé le jeune homme ardent et actif – il n'a jamais obtenu de diplôme universitaire. Cependant, ce n'est pas dans ce domaine que son succès était attendu.

Musée Léon Tolstoï à Kazan

Dans cet autre article, nous vous dévoilions des photographies de Russes célèbres durant leur enfance.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies