Les peintures russes célèbres expliquées: Ivan le Terrible tue son fils

Gros plan sur le processus de création d’Ivan le Terrible tue son fils, chef-d’œuvre d’Ilia Repine qui déclencha de nombreuses controverses… Et fut même attaqué au couteau!

On pense qu’Ivan le Terrible a tué son fils au cours d’une dispute familiale après que la femme enceinte d’Ivan-fils est passée devant le tsar en petite tenue (montrer ses sous-vêtements au tsar était très offensant). Un autre récit prétendait qu’un désaccord politique opposant les deux hommes était en cause… Ivan le Terrible a lancé son bâton et accidentellement atteint la tête de son fils avant d’essayer désespérément de contenir l’hémorragie, en vain. Ivan, âgé de 27 ans, était le seul héritier du trône. Son frère cadet, Fiodor, était considéré comme souffrant d’une maladie mentale. L'image montre Ivan-fils au seuil de la mort, pardonnant à son père de s'en être pris à lui en tenant solennellement l'épaule d'un Ivan le Terrible affolé avec sa main droite.

Les historiens manquent de preuves pour expliquer la raison de la mort du jeune homme, mais en partie grâce au célèbre tableau d’Ilia Repine, la plupart des gens pensent maintenant que son père était responsable.

>>> Ivan le Terrible: sept faits intéressants sur le premier tsar de toutes les Russies

Création

Le tableau susmentionné de Repine s’inspire de l’assassinat de l’empereur russe Alexandre II (1er mars 1881). La corrida, dont Repine a été témoin lors de ses voyages en Europe en 1883, est également citée comme une source majeure, notamment en ce qui concerne la représentation du sang.

« Les malheurs, la mort, les meurtres et le sang ont un certain pouvoir d’attraction. À cette époque, toutes les expositions en Europe comportaient beaucoup de peintures sanglantes, a écrit Repine. J’ai dû être contaminé par cette tendance, car dès que je suis rentré chez moi, j'ai immédiatement commencé à travailler sur la scène d'Ivan et de son fils. Et la représentation du sang a finalement eu un énorme succès ». Le processus de création a eu des conséquences néfastes sur l'artiste. « J'ai peint à la hâte, j'ai souffert, j'ai douté, j'ai modifié et corrigé ce qui avait déjà été fait, j'ai caché le tableau avec déception, puis je l'ai repris et modifié de nouveau. Parfois, j'étais effrayé… Mes amis ont également eu cette impression en regardant la peinture. Mais quelque chose m'a poussé à finir la toile ».

Il y avait plusieurs versions différentes de la toile avant que Repine ne valide la scène finale. Au début, Ivan tenait le bâton à la main, mais il s'est finalement retrouvé sur le sol.

>>> Dix tableaux de l’illustre Ilia Répine à connaître absolument

Dès qu'elle a été achevée, la peinture a alimenté la controverse. Alexandre III de Russie n’étant pas un grand amateur de la toile, il l’a interdit en 1885 : c’était la première fois que cela se produisait en Russie ! Cependant, trois mois plus tard, l'interdiction a été levée et Pavel Tretiakov, qui a acheté le tableau à Repine, a commencé à l'exposer.

À ce jour, le tableau a été endommagé à deux reprises par des vandales. La première remonte à 1913, quand Abram Balachov, un peintre d’icônes aisé appartenant à une famille de vieux croyants, a poignardé la partie de la toile montrant les visages d'Ivan et de son fils, laissant trois longues traces obliques. Ce faisant, il a crié: « Assez de mort, assez de sang ! ». Après avoir appris ce qui s'était passé, le conservateur de la galerie Tretiakov, Gueorgui Khrouslov, s'est suicidé en sautant sous un train – il avait tellement honte que son personnel ne soit pas parvenu à garantir la protection du tableau.

Repine, 68 ans à l’époque, n’était pas sûr de pouvoir sauver l’œuvre, mais a finalement réussi à la restaurer. Balachov n’a pas été envoyé en prison pour son crime, mais il a été déclaré malade mental et admis dans un asile d'aliénés. Cependant, il n’a pas fallu longtemps pour qu’il soit libéré à la demande de son père influent.

>>> Un chef-d’œuvre d’Ilia Répine sauvagement vandalisé à la galerie Tretiakov

Le deuxième acte de vandalisme a eu lieu 105 ans plus tard, le 25 mai 2018. Un homme s'est précipité dans la salle de la galerie Tretiakov où le tableau était exposé cinq minutes avant la fermeture. Il a frappé le tableau avec un poteau en métal servant de support à la corde de protection. Le verre recouvrant la photo a été brisé et a endommagé la toile et le cadre. Cette fois, les visages d’Ivan et de son fils étaient indemnes. Seul le corps d’Ivan junior a été endommagé.

Podporine, âgé de trente-sept ans, a été déclarée sain d'esprit. Le 30 avril 2019, il a été condamné à une peine de 2,5 ans de prison. Les dommages qu'il a causés sont estimés à 30 millions de roubles (469 200 dollars) et le tableau est en cours de restauration.

Ce tableau faisait partie de notre sélection des dix œuvres à voir absolument au sein de la galerie Tretiakov. Retrouvez cette liste dans cette autre publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies