Cinq ambitieux projets conçus à travers le monde par des architectes russes

Alors que certains ont d’ores et déjà été réalisés, d’autres ne sont encore qu’à l’état de plans. Jetons un œil à ces projets architecturaux développés par des Russes aux quatre coins de la planète, de New York au Népal.

«Le Cœur de Malte», Svetozar Andreïev

Une violente tempête a, le 8 mars 2017, totalement détruit la célèbre Fenêtre d’Azur (it-Tieqa Żerqa en maltais), une arche calcaire sur l’île de Gozo, à Malte. L’architecte Svetozar Andreïev, en collaboration avec la designer d’intérieur Elena Britanishskaya, a par conséquent eu l’idée de recréer ce site naturel à l’aide de matériaux modernes, qui deviendrait ainsi un nouveau symbole et lieu touristique pour l’État insulaire.

Selon ses plans, l’arche engloutie serait recrée sous la forme d’une structure à cinq niveaux en forme de spirale. Y serait ainsi aménagé un espace d’exposition de 5 000m². L’entièreté de l’édifice devrait par ailleurs être recouverte de panneaux d’acier à effet miroir, afin que le Soleil et l’eau se reflètent en permanence dans ses facettes, accentuant la gravité, l’allure et le caractère ambitieux de la construction.

Le 262, Cinquième avenue, New York, Bureau Meganom

Ce gratte-ciel résidentiel sur l’incontournable Cinquième avenue, au cœur de la Grosse pomme, est d’ores et déjà en construction. Une fois achevé, il mesurera plus de 300 mètres de haut. L’équipe, supervisée par Iouri Grigoryan, a proposé un édifice étroit comprenant seulement un appartement par étage, avec l’ensemble des structures de raidissage et des lignes électriques concentrées sur la face ouest. Il en résultera ainsi un espace de vie libre de tout support, offrant un panorama intégral éblouissant.

>>> L’effrayante splendeur du style architectural stalinien

Pour couronner le tout, les architectes sont parvenus à rendre cet édifice hautement efficace en termes de consommation d’énergie : la façade sud aveugle de la partie utilitaire (celle où se trouveront lignes électriques et structures de raidissement) sera couverte de panneaux solaires, tandis que l’un des étages techniques sera occupé par un conteneur à glace, entrant en jeu dans le système de climatisation.

Le Musée de dessin d’architecture à Berlin, Bureau Speech

Achevé avec succès en 2013, ce projet a été l’un des événements phares de l’histoire de l’architecture contemporaine russe. D’une superficie de seulement 500m² environ, cet édifice a été conçu pour accueillir une collection de plans rassemblés par l’un des fondateurs du bureau Speech, l’architecte Sergueï Tchoban.

Sa première acquisition a été un plan réalisé par le designer de décor de théâtre du XVIIIe siècle Pietro di Gottardo Gonzaga, dont des fragments ont été utilisés pour la conception artistique de la façade. Les murs en béton du bâtiment sont quant à eux presque dépourvus de fenêtres et agissent comme une sorte de thermos, procurant une haute efficacité énergétique et aidant à maintenir une température ainsi qu’une humidité intérieures nécessaires pour la conversation d’œuvres graphiques.

>>> Les incroyables contrastes architecturaux de Moscou en images

Abri pour alpinistes dans les montagnes du Népal, GAFA Architects

Ce projet hors du commun a initialement été développé dans le cadre d’une compétition internationale de l’UNESCO. Les architectes avaient alors imaginé un petit centre récréatif (de 150m² seulement) dans l’Himalaya, à une altitude de 4 600m, et s’inspirant de divers symboles : la tente, la pagode, la montagne, le geste de salutation népalais, la Lune ou encore la tour de temple de style shikhara, caractéristique du Nord de l’Inde. Cela aurait mis en lumière l’identité unique de l’édifice, combinée à un environnement rude, tout en offrant un confort digne de ce nom aux montagnards. Néanmoins, après un dévastateur tremblement de terre au Népal, le projet a été révisé et est aujourd’hui réalisé en tant que base de communication satellitaire.

Le gratte-ciel « Cobra » à Shanghai, Vassili Klioukine

Ancien banquier russe et à présent résident de Monaco, Vassili Klioukine touche à de nombreux domaines créatifs. Architecte autodidacte n’est en effet que l’une de ses multiples facettes et ses projets ouvertement kitchs sont proposés à plusieurs villes à travers le monde. Cet immeuble en forme de cobra a été pensé dans le contexte de la culture asiatique, dans laquelle les serpents et dragons sont vénérés pour leur rôle de gardiens de trésors et symboles d’immortalité et de sagesse. Les visuels de ce projet présentent une silhouette de reptile non seulement au cœur de la mégalopole chinoise, mais également audacieusement implantée entre des immeubles de Londres et de New York, comme pour en démontrer la verticalité. Il pourrait accueillir bureaux et appartements, tandis que la mâchoire ouverte de l’animal serait envisagée comme terrasse de restaurant ou discothèque. Les illuminations appuyées et dynamiques sont de rigueur, pour évoquer la mue du serpent.

Dans cet autre article, découvrez à quoi pourrait ressembler le Moscou de demain, au travers d’ambitieux projets architecturaux.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies