Un talent du Caucase russe en compétition pour l’édition 2018 du Prix de la Photographie de Paris

Eduard Korniyenko
Eduard Korniyenko, photographe originaire de Stavropol (1 230 kilomètres au sud de Moscou), a été sélectionné pour participer en ce mois de juillet au concours du Prix de la Photographie de Paris. Russia Beyond s’est entretenu avec cet homme à l’objectif finement affuté.

Parmi les 60 noms figurant sur la liste des participants de la 12ème édition du Prix de la Photographie de Paris, se détache celui d’Eduard Korniyenko, qui y défendra sa série de clichés intitulée Lords Of The Guns. Au travers de ces œuvres, il a immortalisé le quotidien de jeunes cadets cosaques de sa région d’origine, celle de Stavropol, dans le Caucase russe.

« La série Lords Of The Guns est né de la collaboration permanente avec les officiers de l’école de cadet général Ermolov, à Stavropol. Nous allions souvent dans la forêt, effectuions des sauts en parachutes, allions à une base d’entrainement durant les vacances scolaires. Les enfants se sont habitués à moi et je les photographiais sans problème », a précisé Korniyenko, interrogé par Russia Beyond, ajoutant que la lecture de Sa Majesté des mouches l’a également inspiré pour la réalisation, entre 2012 et 2017, de ces 24 clichés.

Membre de l’Union des Journalistes de Russie, il travaille actuellement pour l’agence de presse mondiale Reuters, ainsi que pour des rédactions locales de Stavropol. La photographie n’est cependant pas pour lui qu’un simple moyen de subsistance, c’est un choix de vie, une destinée.

« Un jour, je me suis réveillé et me suis dit : +Ça suffit les bêtises+, et ai démissionné de mon emploi [dans le commerce], pour embrasser le métier de correspondant photo, a confié Korniyenko à Russia Beyond. J’ai commencé à travailler dans un journal régional et deux mois plus tard, en janvier 2000, j’ai atterri dans la ville de Grozny [capitale de la Tchétchénie] libérée des combattants. 2 jours plus tard, quand j’en suis revenu, j’ai compris : mon devoir est de raconter aux gens ce que j’ai vu, sans enjolivure ».

S’il compte aujourd’hui à son actif de nombreuses distinctions, et notamment une troisième place dans ce même concours parisien en 2017, dans la catégorie Sport, cela n’est pas un hasard.

« Mon chemin artistique a commencé en enfance, mon grand-père et mon père se passionnait pour la photographie de famille, développant et tirant les pellicules par eux-mêmes. Du coup c’est héréditaire. », raconte-t-il en effet.

Fondé en 2007, le Prix de la Photographie de Paris s’impose comme l’une des plus prestigieuses compétitions de ce genre en Europe. Du 10 au 14 juillet, au sein de la galerie d’art Espace Beaurepaire, dans le 10ème arrondissement de Paris, seront présentées les œuvres de différents artistes prometteurs ou reconnus venus des quatre coins du globe. Y figurera d’ailleurs un autre Russe, Sergey Ponomarev, célèbre pour avoir notamment remporté en 2016 le Prix Pulitzer de la photographie d'actualité grâce à sa couverture de la crise des migrants.

Dans cette autre publication, admirez de sublimes photographies mettant en avant la beauté de l’authentique province russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies