Quatre raisons d’aller voir le nouveau film Hostages

Hostages

Hostages

Kinopoisk.ru
Un film russo-géorgien racontant l’histoire d’une tentative de détournement d’avion à l’époque soviétique va sortir cet été en France. Basé sur des faits réels, il a été projeté en avant-première au festival de Berlin où il a été bien accueilli.

1. Basé sur des faits réels

Le 17 novembre 1983, dans la ville encore soviétique de Tbilissi, le gotha local célèbre une noce. Une parente du dirigeant du parti communiste de Géorgie, Tinatine Patviashvili, épouse l’acteur Guega Kabakhidze, âgé de 21 ans.

Hostages / Kinopoisk.ruHostages / Kinopoisk.ru

Après la noce, les jeunes époux, accompagnés de quelques amis de la jeunesse dorée devaient partir pour un court voyage de noces dans la station balnéaire de Batoumi. Mais alors que l’avion s’approchait de la ville, deux événements se produisirent simultanément. Tout d’abord, l’équipage de l’appareil reçut l’ordre de la tour de contrôle de revenir à Tbilissi, car de fortes rafales de vent rendaient impossible de se poser à Batoumi. Quelques minutes après l’annonce indiquant que l’avion rebroussait chemin, les jeunes gens, qui faisaient encore la fête quelques heures plus tôt, sortirent des armes, tuèrent l’un des passagers et blessèrent l’ingénieur de bord. Leur exigence : que l’avion mette immédiatement le cap sur la Turquie. L’un des pirates se saisit même d’une grenade et menace de faire exploser l’avion. Les pilotes n’allèrent pas en Turquie : dans la nuit du 19 novembre, l’avion se posa à Tbilissi, l’assaut fut donné quelques heures plus tard et entraîna la mort d’une hôtesse de l’air.

Tous les passagers, sauf Tiniatine, furent condamnés à être fusillés. Aujourd’hui encore, leurs familles ne savent pas où sont enterrés leurs corps. Cette histoire est célèbre en Géorgie, mais personne ou presque n’en entendit parler en URSS. Le réalisateur Rezo Guiguinenshvili est le premier cinéaste à avoir étudié méticuleusement tous les documents disponibles sur ce détournement raté et à proposer au public son interprétation des événements de novembre 1983.

2. Un film sur une situation globale

Le réalisateur éprouve une sympathie manifeste pour les personnages qui détournent l’avion, en particulier les jeunes mariés, qui participèrent au détournement mais ne brandirent pas d’armes à bord de l’avion. Mais cela n’a rien à voir avec une sympathie aveugle qui justifierait la mort d’innocents. Ce n’est pas un hasard si dans la dernière partie du film, tous les personnages répètent « Pourquoi ont-ils fait ça ? Ils avaient tout ! »; et ce n’est pas un hasard non plus si, un an plus tard, la mère de la mariée lui dit : « Est-ce que votre liberté valait les vies d’autres personnes ? » et s’entend répondre : « Nous avons fait ça parce que vous nous disiez que nous vivions dans un pays horrible ».

Hostages / Kinopoisk.ruHostages / Kinopoisk.ruLe réalisateur s’efforce d’élever son film à un niveau global. Son film nous montre des idéalistes qui s’avèrent incapables de se confronter à la réalité. Il nous montre qu’une liberté payée du sang des autres est condamnée à ne pas durer. Les personnages de Hostages comprennent rapidement que leur plan a échoué, mais marchent cependant à la mort avec résignation. C’est une tragédie sur le destin aveugle, qui dispose sans pitié du sort des héros et les oblige à passer du statut de combattants pour la liberté à celui de criminels et d’assassins, puis de victimes.

3. Un casting alléchant

Le film rassemble la fine fleur du cinéma géorgien. Le personnage de la mariée est joué par Tina Dalakishvili, rendue célèbre en 2014 par son rôle dans L’Etoile d’Anna Melikian, qui participé à de nombreux festivals européens. Le rôle du marié est joué par Irakli Kviribadze, un jeune premier faisant ses études à Los Angeles. Après Hostages, on lui prédit de devenir le nouveau sex-symbol géorgien.

Hostages / Kinopoisk.ruHostages / Kinopoisk.ru

Le père du marié est joué par le célèbre acteur Merab Ninidze, et son rôle a sa propre histoire : le vrai marié, Guega Kabakhidze, joua peu de temps avant le détournement de l’avion le rôle principal dans le film Pénitence du légendaire Tengiz Abuladze. Il eut le temps de tourner plusieurs scènes. Après sa condamnation à mort, toutes ces scènes furent détruites et c’est précisément Merab Ninidze qui reprit le rôle principal de Pénitence.

4. Un superbe travail de caméra

Vladislav Opelyants est l’un des plus célèbres opérateurs de Russie, capable de travailler sur tous les sujets. Il maîtrise aussi bien le « grand style » (c’est lui qui a filmé Soleil Trompeur 2 du réalisateur oscarisé Nikita Mikhalkov) que le cinéma d’art et d’essai et les vidéos musicales. Mais Hostages est un film dans lequel il a « plongé la tête la première ». La scène de la noce, par exemple, est le travail de caméra le plus impressionnant jamais vu depuis dix ans dans tout l’espace postsoviétique.

Hostages / Kinopoisk.ruHostages / Kinopoisk.ru

Outre la France, le film arrivera cette année dans les salles obscures d’Espagne, d’Italie, de Chine et de Pologne. 

Lire aussi : 

Les huit étoiles montantes du cinéma russe

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.