La banque de développement des BRICS entame ses activités

Le ministre russe des Finances Anton Silouanov annonce le lancement de l’activité de la banque des BRICS.

Le ministre russe des Finances Anton Silouanov annonce le lancement de l’activité de la banque des BRICS.

Vladimir Fedorenko / RIA Novosti
Le ministre russe des Finances Anton Silouanov a annoncé que la banque de développement des BRICS, une organisation réunissant le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, avait commencé son activité. L’accord de création d’un « pool » (réserve) de devises des BRICS a également été signé à Moscou. Tout ceci s'est produit à la veille du sommet des BRICS, qui débute à Oufa le 8 juillet.

Le ministre russe des Finances Anton Silouanov a annoncé le lancement de l’activité de la banque des BRICS. Selon sa déclaration, la banque pourra bientôt recevoir ses notations, et financer ses premiers projets avant la fin de l’année.

Le ministre a déclaré que l'ex-dirigeant de la banque indienne ICICI Kundapur Vaman Kamath avait été nommé président de la banque. Le capital de l’institution s’élève à 100 milliards de dollars.

L’accord de création de la banque de développement des BRICS a été signé il y a un an. Sa fonction principale est de financer des projets d’infrastructure au sein des BRICS et dans les pays émergents.

Pas de monnaie unique à l’horizon

Selon M. Silouanov, les projets russes candidats à un financement du Fonds de développement national, en particulier les projets de Rosneft, peuvent également se porter candidats à un financement de la banque des BRICS.

Cependant, comme l’a fait remarquer le ministre, si à l’avenir les investissements dans des projets à l’étranger seront possibles, les projets à l’intérieur des BRICS constituent pour l’instant la priorité de la banque.

Comme l’a indiqué le ministre, cela concerne aussi la Grèce, actuellement en difficulté financière. « Peut-être qu’à l’avenir, les projets de la Grèce et d’autres pays feront partie bénéficieront du soutien financier [de la banque des BRICS], mais je pense que cela ne se produira pas rapidement, pas dans un avenir proche », a déclaré M. Silouanov.

Il a également déclaré que la question d’une union financière plus étroite des pays des BRICS – une union monétaire – n’était pas à l’ordre du jour pour l’instant. « La création d’une union monétaire implique un volume gigantesque de mesures d’intégration fiscale, budgétaire, douanière, de règlements techniques, etc. De ce fait, la création d’une union monétaire, d’une monnaie unique, n’est pas à l’ordre du jour » a souligné Silouanov.

Fonds monétaire

En plus des étapes liées à la nouvelle banque, les dirigeants des banques centrales des pays des BRICS ont signé le 7 juillet à Moscou un accord relatif à un « pool » (réserve) de devises. Son financement s’élèvera également à 100 milliards de dollars.

La Chine injectera 41 milliards de dollars, le Brésil, l’Inde et la Russie 18 milliards chacun, l’Afrique du Sud 5 milliards de dollars. Le pool a été créé pour donner aux banques centrales des BRICS la possibilité de se soutenir mutuellement en cas de crise de liquidités en dollars, et de compenser un déficit budgétaire.

Comme l’a déclaré la dirigeante de la Banque centrale de Russie Elvira Nabioullina, le fond est une « assurance ». « Nous ne voyons pas à l’heure actuelle de raisons de penser que l’un des pays membres aura besoin de demander l’aide de cet instrument dans un avenir proche », a déclaré la responsable, faisant également remarquer qu’elle ne voyait pas de nécessité de fonder des réserves de change des BRICS en bonne et due forme. « Selon nous, la réserve de devises et une définition stricte de ses règles de fonctionnement, ce qui a été fait dans l’accord de création, répond aux besoins pour lesquels le pool a été créé : agir comme un mécanisme d’assurance contre les risques financiers et liés à la situation des marchés financiers mondiaux » a déclaré Mme. Nabioullina.

Bien que les médias qualifient le pool monétaire d’« alternative au FMI », le gouvernement russe se garde d’établir ce genre de parallèles. Le vice-ministre russe des Finances Sergueï Storchak a déclaré que le nouveau mécanisme financier des BRICS n’avait aucun lien avec le FMI. « La comparaison entre le fonds de réserves de change et le FMI n’a aucun sens. Ils n’ont rien de commun, si ce n’est des noms relativement proches. En effet, le FMI est une organisation internationale, et le pool monétaire est un « portefeuille », auquel on ne peut faire appel que dans des situations clairement définies », a-t-il souligné.

 

 

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.