Être diplômé importe-t-il réellement sur le marché de l’emploi en Russie?

Étudiantes devant l'Université d'État Lomonossov de Moscou

Étudiantes devant l'Université d'État Lomonossov de Moscou

Konstantin Kokochkine/Global Look Press

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

66% des Russes possèdent un diplôme de l’enseignement supérieur, un taux auquel viennent s’ajouter 18% supplémentaires de citoyens en détenant même plusieurs, apprend-on d’une étude sociologique réalisée par la compagne Rambler&Co. 8% des sondés n’ont par contre pas poursuivi leur formation après l’équivalent russe du baccalauréat, tandis qu’autant n’ont pas achevé leur cursus universitaire entamé.

Par ailleurs, 43% des participants jugent qu’il est impossible de construire une carrière réussie sans diplôme. 26% considèrent au contraire que, malgré l’importance des diplômes, l’expérience et les compétences priment et 12% avancent même qu’étudier n’est absolument pas nécessaire.

Constatons ensuite que 45% des personnes interrogées occupent actuellement un emploi sans lien avec leur diplôme, que 20% sont impliqués dans une sphère d’activité proche de leur spécialité initiale, que 16% se sont reconvertis sans formation supplémentaire, et que 11% ont obtenu un nouveau diplôme afin de changer de métier. 17% affirment en outre avoir étudié non pas pour trouver un emploi, mais pour leur érudition personnelle, lorsque 8% admettent avoir intégré un établissement de l’enseignement supérieur pour le simple fait d’obtenir un diplôme, sans intention de travailler ultérieurement dans le domaine correspondant.

Aussi, 32% des sondés assurent qu’ils savaient à l’avance approximativement ce qu’ils souhaitaient faire plus tard, alors que 15% ont simplement suivi les conseils de leurs parents et que 12% ont choisi leur spécialité en fonction de leurs résultats aux examens.

À noter enfin que 55% des participants disposent d’un niveau de spécialiste (bac +5), 24% ont obtenu un master (également bac +5), 12% se sont contentés d’une simple licence (bac+3, appelée en russe « baccalauréat »), et 9% se sont hissés jusqu’au doctorat.

À noter que près de 350 000 personnes âgées d'entre 25 et 64 ans ont pris part à ce sondage en ligne entre le 1er le 3 août.

Dans cet autre article, nous vous proposions notre classement des plus belles universités de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies