Douze règles d’éducation des enfants de l'impératrice russe Catherine la Grande

Dennis Dugan/Universal Pictures, 1990; Fiodor Rokotov/Galerie Tretiakov
Ne pas les emmitoufler, ne pas les gaver de nourriture et ne pas les empêcher de jouer : l'impératrice a écrit plusieurs instructions destinées aux précepteurs de son petit-fils, le futur tsar Alexandre Ier, qui sont toujours d'actualité.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les traditions visant à élever les héritiers du trône de Russie se sont formées au fil des siècles : les princes étaient gâtés et chéris, enveloppés de fourrures, nourris jusqu'à cinq fois par jour et recevaient des sucreries à volonté. Leurs nounous et précepteurs leur parlaient extrêmement tendrement, et ils n’étaient jamais punis. Ils avaient un grand nombre de jouets et continuaient à « jouer » à l'âge adulte – comme en témoignent les troupes ludiques de Pierre Ier.

Tout ceci ne pouvait pas ne pas influer sur la façon dont une jeune femme allemande, que nous connaissons sous le nom de Catherine II, a élevé son fils, Paul Ier. Cependant, elle a constaté avec regret que sa santé et son âme avaient de graves lacunes – pointant du doigt son éducation.

Lorsque Catherine II a commencé à régner sans partage, elle a décidé d'intervenir dans l'éducation de son petit-fils bien-aimé (le futur tsar Alexandre Ier), ainsi que de son frère Constantin. En 1784, la reine a écrit de sa propre main le décret personnel « Instruction sur l'éducation ». Le principale chose que les enfants devaient acquérir était « une compréhension décente et précise des choses, ainsi qu’un corps et un esprit sains ».

1. Vêtements

L’habillement doit être aussi simple et léger que possible. « Que les vêtements de leurs Altesses ne soient pas trop chauds été comme hiver, ni lourds, ni bandés, ni écrasants [surtout] la poitrine ».

>>> Grandir, murir: cinq romans russes sur le passage à l’âge adulte

2. Alimentation

La nourriture doit être simple et cuite sans épices et avec un peu de sel. Si les enfants veulent manger entre le déjeuner et le dîner, donnez-leur un morceau de pain, en été, au lieu d'un des repas, donnez-leur des baies ou des fruits. « Qu'ils ne mangent pas lorsqu'ils sont rassasiés, et ne boivent pas sans soif ; et que lorsqu'ils sont rassasiés, ils ne soient pas régalés de nourriture ou de boisson ».

En outre, Catherine conseille de ne pas donner de vin aux enfants, sauf sur ordonnance...

3. Air frais

L'impératrice conseille d'aérer la chambre des enfants, surtout la nuit. En hiver, la pièce ne doit pas être trop chauffée. La température ne doit pas dépasser 13-14 degrés Réaumur (ce qui est approximativement égal à 16-17 degrés Celsius).

Et bien sûr, le plus souvent, elle conseille aux bambins de passer du temps dans la rue – « Autant que possible, leurs Altesses doivent être en plein air en été et en hiver ».

4. Renforcement corporel et baignade

L'impératrice a remarqué que les bains de vapeur suivis d’un plongeon dans l'eau froide ont un effet bénéfique sur la santé. Pour éviter les rhumes, elle recommande de se laver les pieds à l'eau froide - et de ne pas craindre que l'enfant se mouille les pieds. « En été, qu’ils se baignent autant qu’ils le veulent, pourvu qu’auparavant ils ne transpirent pas ».

5. Sommeil

Catherine dit que les enfants ne doivent pas dormir sur des lits à plumes moelleux et que les couvertures doivent être légères. Il ne faut pas envelopper la tête pendant le sommeil, et les enfants doivent se coucher et se lever tôt. « Huit à neuf heures de sommeil semblent suffire ». Il faut les réveiller non pas en les effrayant, mais en les appelant tranquillement par leur prénom.

6. Jeux

Il n'est pas nécessaire de restreindre l’activité ludique des enfants. « Ils doivent être encouragés à tout mouvement et tout jeu, en fonction de l’âge et du sexe ; car le mouvement donne au corps et à l'esprit force et santé ». De plus, les adultes ne devraient pas interférer dans les jeux à moins que les enfants eux-mêmes ne leur demandent de participer. « Ayant donné aux enfants une liberté de jeu totale, on peut en apprendre davantage sur leur moralité et leurs inclinations ».

>>> Portrait: le comte Bobrinski, fils illégitime de Catherine la Grande

Il ne faut pas laisser les enfants dans l'oisiveté, mais pas non plus les forcer à étudier ; il convient de nourrir constamment leur curiosité au moyen de divers exercices.

7. Médicaments

« Ne donnez pas de médicaments à moins que cela ne soit absolument nécessaire ».L'impératrice est ici très progressiste et évalue de façon assez moderne qu'il vaut mieux prendre soin de la santé de l'enfant que de lui donner sans cesse des médicaments qui ne font qu’attirer de nouvelles maladies. De plus, les jeunes organismes éprouvent souvent des frissons ou de la fièvre : la reine attribue cela à leur croissance et pense que cela disparaît par soi-même sans l'intervention de médecins.

Les douleurs causées par les blessures, les coups de soleil et autres méritent bien sûr d'être traitées. Mais il faut le faire sans hâte pour que les enfants apprennent à endurer la douleur.

8. Éducation d'un bon caractère

Une règle simple est que vous devriez féliciter votre enfant pour son bon comportement et ses réussites, et le réprimander en cas de mauvaise conduite. « Habituellement, aucune punition ne peut être utile aux enfants si elle n'est pas associée à la honte d'avoir fait quelque chose de mal ». Les enfants doivent être motivés à bien se comporter afin de « gagner » l'amour et les éloges.

Mais peu importe combien vous punissez, l'éducation est impossible sans exemple personnel. « Les instructeurs ne doivent pas faire en présence des élèves ce qu'ils ne veulent pas que les enfants adoptent, et il faut complètement supprimer les exemples mauvais et vicieux de la vue et de l'ouïe de leurs Altesses ».

« Le mensonge et la tromperie devraient être interdits aussi bien aux enfants eux-mêmes qu'à leur entourage, sans les utiliser même dans des blagues, tout en les détournant des mensonges ».

9. Larmes

Les enfants pleurent pour deux raisons : 1) par entêtement, 2) par sensibilité et par tendance à se plaindre. Mais les deux ne doivent pas être encouragés. Les enfants ne devraient pas obtenir ce qu'ils veulent avec des larmes. Apprenez aux enfants à « supporter la douleur avec patience et sans plainte ».

« Dès l'enfance, il est nécessaire de soumettre la volonté des enfants au bon sens et à la justice ».

>>> En images: que faisaient les enfants soviétiques après l'école?

10. Prendre soin des autres

Il ne faut pas frapper ou gronder les enfants, ni battre ou gronder quelqu'un devant eux. En outre, ne leur permettez pas de faire du mal aux animaux et aux insectes. Il convient de leur apprendre à prendre soin de ce qui leur appartient, que ce soient des animaux ou des fleurs en pot.

« Le principal mérite de l’éducation des enfants doit être l'amour de leur prochain ».

11. Peurs

Dans la petite enfance, les enfants doivent être protégés de ce qui les effraie – il ne faut pas leur faire peur à dessein. Plus tard, vous pouvez peu à peu les familiariser avec leurs peurs ou essayer de les prendre à la plaisanterie.

12. Courtoisie

« Quatre choses sont totalement contraires à la courtoisie:

1- L'impolitesse naturelle qui, sans condescendance envers les autres, ne regarde ni les inclinations, ni la situation, ni l'état d'une personne.

2- Le mépris des gens, le manque de respect, qui se révèle dans des regards, des paroles, des actes et des mouvements.

3- La condamnation par des paroles et des moqueries des actions du prochain, des disputes délibérées et un esprit de contradiction continu.

4- Un tempérament qui s’occupe des petites choses, qui trouve toujours en elles, de quoi qu’il s’agisse, un motif à s’attacher, condamner et critiquer ; en outre, une courtoisie excessive est intolérable en société ».

« Apprendre aux enfants à être courtois ; la courtoisie est basée sur le fait de ne pas avoir une mauvaise opinion de vous-même ou de votre prochain ».

Comment élève-t-on ses enfants à la russe ? Trouvez la réponse dans cette publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies