Narian-Mar: pourquoi visiter cette ville septentrionale éloignée de tout?

Sergueï Malgavko/TASS
Des habitants et des experts régionaux vous conseillent ce qu'il faut voir, faire et manger dans leur région natale, et vous disent que rapporter en souvenir de votre voyage.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Je n’ai séjourné à Narian-Mar  que cinq jours. Mais en cinq jours, j'ai fait beaucoup de choses. J'ai assisté à une répétition du concours [de luges, ndlr] Vessiolié Sany, goûté les produits de l'usine de viande locale, cuisiné des chips de viande de cerf, visité la toundra de Malozemelskaïa, séjourné dans une grande famille avec dix enfants ! J'ai fait une tarte salée avec de la pâte brisée au restaurant-musée Timan, j’ai rencontré une femme d’éleveur de rennes, j'ai bu du thé à l'oignon », a écrit John Warren, voyageur, spécialiste culinaire et présentateur de télévision dans la préface du livre Narian-Mar. C'est ma terre.

Warren dit avoir compris ici et vu de ses propres yeux que plus les conditions de vie sont difficiles et plus la nature est rude, plus les gens sont optimistes, plus ils se réjouissent et apprécient les petites choses que peu de gens remarquent dans les grandes villes.

Narian-Mar est le centre et la seule ville du district autonome de Nénétsie. Cette terre lointaine est située au-delà du cercle polaire arctique, presque sur l'océan Arctique lui-même. Les Nenets – des nomades éleveurs de rennes – vivent ici. Traduit de la langue nénètse, le nom Narian-Mar signifie « ville rouge ». Nous avons demandé aux participants du concours littéraire C'est ma terre de répondre à nos questions sur Narian-Mar.

>>> L’envoutante Tchoukotka, aux confins de la Russie, en d’exceptionnelles photographies

Pourquoi un étranger devrait-il venir dans votre ville ?

Iouri Tioulioubaïev, critique du projet Narian-Mar. C'est ma terre : « Ici, les étrangers pourront voir la vie réelle des nomades, non reconstituée ou "numérisée" et visiter les endroits avec la densité de population la plus faible de toute la Russie ».

Andreï Souleïkov, auteur et producteur du projet Narian-Mar. C'est ma terre« À Narian-Mar, de nombreuses maisons ont un nom - "Titanic", "Bastille", "Petit chaperon rouge" - et chacune a sa propre légende. Par exemple, il y a une "muraille de Chine" - de nombreux résidents sont sûrs que cette maison jumelle aux numéros 12 et 14 de la rue Vioutcheïski est disposée selon la célèbre pratique chinoise du Feng Shui.

Il existe une légende selon laquelle le principe chinois répandu "arbre et montagne" a été utilisé dans la construction de maisons : dans l'architecture chinoise, les arbres symbolisent les colonnes et les montagnes les tours. Le bâtiment jumeau possède des tours, et le rôle symbolique des arbres est joué par des baies vitrées rectangulaires rouges avec des fenêtres dépassant de la ligne de façade.

Musée d'histoire locale

Cela peut être vu d'en haut. Ainsi, des citadins particulièrement attentifs disent qu'ils ont remarqué plus d'une fois comment des volées d'oiseaux migrateurs tournaient dans le ciel au-dessus de la muraille de Chine locale. C'est-à-dire qu'ils ajustent l’itinéraire pour l'hivernage et le retour, en utilisant le bâtiment comme point de repère».

Cathédrale de l'Épiphanie

Que faut-il voir / faire / manger ?

Iouri Tioulioubaïev : « Vous devez absolument visiter un tchoum, la tente des Nénetses, faire du traîneau à rennes sur au moins un kilomètre et essayer l’"aïbourdat" - de la viande de renne fraîche avec du sang. Peut-être qu'au début, cela vous semblera un peu sauvage, mais cela vous aidera à renouer avec vos racines, car tous nos ancêtres vivaient et mangeaient de cette façon ».

Viande de renne en conserve

>>> Combien coûte la construction d'une hutte d’éleveurs de rennes en Russie?

Andreï Souleïkov : « "Au-delà du cercle polaire arctique, les fleurs ne s'épanouissent pas en bouquets, mais en montagnes : il y a une montagne toute blanche - ce sont des mûres et des myrtilles. Il y a une montagne toute rose - c'est de l’Ivan-Tchaï, ou du sorbier, du romarin sauvage, ou du géranium ! Et pensez juste qu’il y a deux, trois fois plus de nectar dans chaque fleur que dans les fleurs ordinaires, et chaque fleur attend une abeille", a écrit la voiture soviétique Mikhaïl Prichvine dans son livre Miel polaire.

Ainsi, à Narian-Mar, vous devriez absolument goûter le miel produit par les abeilles locales, et manger du pain d'épice fait avec ce miel. Le miel et le pain d'épice sont tous deux uniques - il n'y en a nulle part ailleurs de semblable. Il y a même une tradition consistant à acheter du pain d'épice dans une maison de pain d'épice spéciale et à en offrir aux passants. Faites un vœu - gâtez un étranger avec un délicieux pain d'épice - et il se réalisera certainement ! ».

Que faut-il ramener en souvenir de Narian-Mar ?

Iouri Tioulioubaïev : « Il est préférable d'emporter avec vous des souvenirs chaleureux de ce que vous avez vu, des gens forts, des endroits magnifiques. En ce qui concerne les souvenirs, il existe désormais dans le district de Nénétsie un large assortiment d'objets fabriqués à la main à partir de matériaux naturels : à la fois traditionnels (comme la poupée oukko) et modernes, par exemple, des aimants pour réfrigérateur en corne de cerf ».

Andreï Souleïkov : « Du pain carré. Rapporter du pain pétri à la main de voyage est généralement une bonne tradition, car nous rapportons non seulement de la nourriture, mais aussi la chaleur des mains de ceux qui l’ont préparé. Mais il n'y a pas que ça. Il y a une légende à Narian-Mar : si vous êtes une personne au bon cœur, vous pouvez trouver des bijoux dans le pain. Ce pain est cuit sur des feuilles carrées. Ce pain n'est pas coupé avec des couteaux, mais avec des veines de renne ».

Dans cette autre publication découvrez sept faits étonnants sur le Grand Nord russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies